Poids plume à la naissance : quels sont les risques ?

· 24 mars 2018
Il arrive souvent qu'un bébé pèse un poids plume à la naissance. Ce n'est pas rare, mais ce n'est pas anodin. Quelles sont les conséquences ? Ce sont des questions que les chercheurs se sont déjà posées. En effet, le poids plume à la naissance augmente les risques de mortalité infantile. On sait aujourd'hui que la naissance prématurée est l'une des causes principales de ce faible poids à la naissance.

On parle de poids plume quand le bébé pèse moins de deux kilos et demi à la naissance. Dans certains cas, l’explication est évidente : le bébé est né prématurément. En d’autres circonstances, le poids plume à la naissance peut être dû à un retard de croissance dans le ventre maternel, en raison d’une mauvaise alimentation de la mère pendant la gestation ou d’autres problèmes prénataux.

Poids plume à la naissance : quelles sont les causes plausibles ?

Ce poids plume du bébé à la naissance peut être la conséquence de plusieurs facteurs internes et externes. Les risques pendant la grossesse font notamment partie des causes probables. La plupart du temps, c’est la mère qui n’a pas reçu les bons soins pendant sa grossesse, mais il s’agit parfois de problèmes congénitaux.

Les principales causes sont les suivantes :

  • Les causes maternelles : la malnutrition, l’anémie, la toxicomanie, l’alcoolisme, le tabagisme, la pression sanguine élevée de la femme enceinte
  • Des problèmes pendant la grossesse : le décollement du placenta, un flux sanguin insuffisant, des infections, une mauvaise alimentation en oxygène du fœtus dans l’utérus
  • Des soins inadéquats : une alimentation inadaptée, un manque d’attention, le stress…
  • Les causes naturelles : les jeunes mamans ont moins de dix-sept ans ou plus de trente-cinq ans.

Les conséquences chez le nouveau-né

Un bébé qui pèse un poids plume à la naissance est plus fragile.

Les bébés qui pèsent un poids plume à la naissance sont plus fragiles. Moins le bébé pèse lourd, plus il est vulnérable. En effet, son corps n’est pas aussi résistant que celui d’un enfant né avec un poids normal. Le nouveau-né peut avoir des problèmes alimentaires ou respiratoires. De plus, comme il n’a pas assez de gras, il a plus de mal à réguler et à maintenir sa température corporelle.

Dans cet article, nous aimerions passer en revue les principales complications.

Des problèmes respiratoires

Les problèmes respiratoires sont très fréquents chez les nouveau-nés avant la trente-quatrième semaine. Par exemple, le syndrome de détresse respiratoire, comme son nom l’indique, est une maladie respiratoire due à un développement insuffisant des poumons. Il manque au bébé une protéine qu’on appelle le surfactant pulmonaire. Cette protéine facilite l’expansion des alvéoles en les isolant de l’humidité. Les bébés victimes de ce syndrome peuvent avoir besoin d’oxygène et d’autres traitements respiratoires pour respirer.

Des problèmes neurologiques

Au niveau neurologique, le risque principal, ce sont les saignements dans le cerveau. En effet, c’est un problème qui peut toucher les bébés pesant un poids plume à la naissance pendant les trois premiers jours. En général, ce sont des saignements légers. Cependant, quand ils sont plus graves, ils peuvent générer une forte pression dans le cerveau du nouveau-né. L’accumulation de liquide peut causer des dommages cérébraux.

Des problèmes gastro-intestinaux

Les bébés nés prématurément peuvent également souffrir d’une maladie intestinale grave : l’entérocolite nécrosante. C’est une maladie dangereuse qui peut causer une inflammation de leur petit ventre.

Une incapacité à maintenir sa température corporelle

Le bébé ne peut pas maintenir sa température corporelle.

Comme nous l’avons signalé en introduction, les bébés qui viennent au monde avec un poids plume n’ont pas assez de gras pour réguler et maintenir leur température corporelle. Cela peut entrainer des perturbations chimiques dans le sang et une croissance plus lente.

La rétinopathie du prématuré

C’est un problème qui affecte les vaisseaux sanguins des yeux. Dans la plupart des cas, les bébés reçoivent des soins qui leur permettent de guérir sans perdre la vue ou en perdant peu d’acuité visuelle. Cependant, il faut continuer le traitement. Cela peut arriver aux bébés avant la trente-deuxième semaine.

L’immaturité hépatique

Le foie du nouveau-né n’est pas assez développé. Cela peut entrainer des complications, parce qu’il ne fonctionne pas correctement.

L’immaturité du système immunitaire

Le bébé court le risque de ne pas pouvoir combattre les infections. Cela signifie qu’il est vulnérable aux attaques et que les complications peuvent se multiplier.

Le syndrome de la mort subite du nourrisson

La majorité des bébés nés avec un poids plume ont besoin de recevoir une attention spécialisée dans l’unité des soins intensifs des bébés prématurés. Le problème peut être grave ou s’aggraver. C’est pour cette raison qu’il faut aider le bébé à prendre du poids rapidement.