Les risques d’être enceinte après 35 ans

26 février 2018
Être enceinte après 35 ans est de plus en plus fréquent chez les femmes. Toutefois, bien que cela soit de plus en plus courant, les risques durant la grossesse augmentent.

De nombreuses femmes retardent la maternité pour diverses raisons, aussi bien personnelles que professionnelles. Le but de cet article n’est pas de faire une critique de la situation, mais d’exposer les risques réels d’être enceinte après 35 ans.

Être enceinte après 35 ans

A mesure que les femmes vieillissent, il peut être plus difficile de concevoir et, au cas où elles y parviennent, la difficulté de maintenir une grossesse saine augmente. La fertilité commence à diminuer entre 32 et 37 ans, avec une baisse plus rapide après 37 ans.

Cela est du au fait que les femmes naissent avec un certain nombre d’ovules. Au fil des années, la quantité et la qualité des ovules commencent à baisser, surtout au cours de la troisième décennie de la vie. De plus, certaines affections, telles que l’Endométriose ou les fibromes, qui peuvent avoir un impact négatif sur la capacité de reproduction, deviennent plus fréquentes avec l’âge.

D’autre part, comme la conception devient plus compliquée à mesure que l’âge augmente, il y a également tout un nombre de risques qui surviennent avec la grossesse, ce qui peut affecter la santé de la mère et du bébé.

Être enceinte après 35 ans exige une surveillance accrue pendant la grossesse

Les risques de la grossesse qui augmentent après 35 ans

Être enceinte après 35 ans peut augmenter le risque de complications pendant la grossesse tant pour la mère que pour le bébé. Plus les femmes prennent de l’âge, plus le risque de développer de l’hypertension et du diabète (y compris le diabète gestationnel) augmente. Ces conditions peuvent avoir un effet dommageable sur la grossesse.

L’hypertension artérielle pendant la grossesse augmente le risque de problèmes avec le placenta et d’altérations dans la croissance du fœtus. Le diabète gestationnel peut accroître le risque d’anomalies congénitales, d’hypertension et de fausse couche. Ces facteurs augmentent aussi les possibilités d’avoir un enfant plus grand que la normale, ce qui peut causer des complications supplémentaires au moment de l’accouchement.

En plus d’affecter potentiellement la santé du bébé, l’hypertension et le diabète peuvent avoir des effets à long terme sur la santé de la maman, y compris un risque accru de maladie cardiaque et d’accident vasculaire cérébral. A partir de 35 ans, les femmes courent également un plus grand risque d’avoir un bébé avec une malformation congénitale associée à des anomalies chromosomiques, comme le syndrome de Down.

Les femmes âgées ont un plus grand risque de présenter les complications suivantes pendant leur grossesse :

  • une grossesse multiple
  • une naissance prématurée
  • un bébé avec une insuffisance pondérale à la naissance
  • une césarienne
  • la mort fœtale ou naissance d’un bébé « mort-né »

Les enfants qui naissant prématurément ou avec un faible poids à la naissance courent un risque plus élevé de problèmes de santé à court et à long terme, tels que le syndrome de détresse respiratoire, d’infections diverses et des retards de développement.

Certaines recherches suggèrent que l’âge du père au moment de la conception peut aussi avoir une incidence sur la santé de l’enfant, bien que d’autres investigations soient nécessaires dans ce domaine.

Être enceinte après 35 ans demande une discipline et plus d’exigence de la part de la femme

Des conseils pour avoir un bébé en bonne santé à partir de 35 ans

Les femmes de plus de 35 ans peuvent prendre un certain nombre de mesures pour augmenter leurs chances d’avoir un bébé en bonne santé. Ces recommandations doivent être discutées avec le médecin spécialiste, en gardant à l’esprit que les visites prénatales doivent être régulières en surveillant la santé du fœtus et de la mère.

Les facteurs importants qui doivent être débattus avec le spécialiste comprennent le régime alimentaire, l’exercice et la prise de poids. Bien qu’il soit conseillé pour toutes les femmes enceintes de manger sainement, de rester actives et de ne pas prendre plus de poids pendant la grossesse, cela devient particulièrement important à mesure que les femmes vieillissent.

De plus, avant la grossesse, les médecins recommandent à toutes les femmes de prendre 400 mg d’acide folique chaque jour, en commençant un mois avant la conception et pendant la grossesse. L’acide folique aide à prévenir les anomalies du tube neural comme le spina bifida.

Les femmes devraient également arrêter de fumer, de boire de l’alcool et de consommer des drogues. Il est également conseillé d’éviter l’exposition ambiante aux substances toxiques. En outre, la prise de médicaments et de compléments doit toujours être supervisée par le spécialiste.

Comme c’est le cas pour toutes les femmes enceintes, il peut être suggéré aux femmes de plus de 35 ans de subir un dépistage génétique des anomalies congénitales. Ceci est particulièrement important en raison du risque accru de certains troubles pour les enfants nés de mères plus âgées.

Les tests utilisés pour la détection des anomalies congénitales comprennent:

  • Des ultrasons : Les ondes sonores sont employées pour examiner le fœtus
  • L’amniocentèse : C’est un examen pour détecter les anomalies congénitales. On utilise une seringue pour extraire du liquide amniotique afin de faire un examen de la poche entourant le fœtus. Il existe un risque de fausse couche.
  • Un prélèvement des villosités choriales : Des cellules du placenta sont prélevées pour être analysées. Il existe également un risque de fausse couche.

 

 

 

A découvrir aussi