Les fibromes utérins et l’infertilité

· 5 mai 2018
Si une femme enceinte ou en âge de procréer détecte certains symptômes ou mal-êtres, il est préférable de faire des tests assez tôt. Il peut s'agir de fibromes utérins, dont la détection précoce est d'une importance vitale.

Les fibromes utérins sont l’une des nombreuses complications que peut connaître le système reproducteur de la femme. Bien qu’il s’agisse d’une affection bénigne, elle peut avoir des conséquences négatives.

La relation entre les fibromes utérins et l’infertilité fait qu’il est prioritaire de prendre des précautions, de faire des tests et d’éviter toute complication avant, pendant ou après la grossesse.

Qu’est-ce qu’un fibrome utérin ?

Les fibromes utérins sont des tumeurs bénignes formées par un tissu musculaire qui se développent dans l’utérus de la femme. C’est une affection assez fréquente: elle survient chez une femme sur cinq durant sa période fertile.

C’est précisément à ce moment que certains des effets du lien entre les fibromes utérins et l’infertilité peuvent se produire.

Les causes des fibromes utérins

Bien que l’on ne sache pas exactement ce qui les provoque, on considère que les fibromes trouvent leur origine dans l’une des deux circonstances :

  • La génétique : ils peuvent se transmettre de mère en fille par l’intermédiaire des gènes.
  • Les hormonesce facteur se développe et dépend exclusivement de chaque organisme. Les œstrogènes contribuent à leur croissance ; c’est pourquoi, bon nombre ne sont perçus qu’après la grossesse, lorsque la progestérone est abondante.

« Les fibromes utérins surviennent chez une femme sur cinq durant sa période fertile ».

Dans quelle zone les fibromes peuvent-ils être provoqués ?

Les fibromes utérins, comme son nom l’indique, se développent dans l’utérus de la femme. Toutefois, ils peuvent grandir dans différentes régions :

  • Sur la paroi musculaire.
  • Sous la surface de la muqueuse utérine.
  • Sous la couverture externe de l’utérus.
  • Sur une tige ou un pédoncule à l’extérieur de l’utérus.
  • A l’intérieur de la cavité utérine.

Il en résulte trois types de fibromes que les spécialistes identifient : les fibromes sous-séreux (se produisant à l’extérieur de l’utérus) ; les fibromes intra-muros (ils se développent à l’intérieur de la paroi utérine) ; et les fibromes sous-muqueux (dans la paroi de l’utérus).

Les fibromes utérins peuvent provoquer des douleurs abdominales

Comment les identifier ?

Les fibromes utérins ont tendance à être accompagnés de certains des symptômes suivants :

  • Des saignements excessifs pendant les menstruationsqui peuvent aussi être plus longues.
  • Il peut y avoir des saignements entre les règles; des caillots peuvent même se former.
  • Des douleurs abdominales et des gonflements dans cette zone.
  • Une prise de poids.
  • Des crampes pelviennes ou une sensation d’être remplie.
  • Des complications pendant la grossesse ou l’accouchement.
  • Des douleurs lors des rapports sexuels.
  • Des mictions plus fréquentes que d’habitude.

Les fibromes ne sont pas toujours faciles à détecter, surtout chez les femmes qui souffrent d’obésité. On peut les diagnostiquer par les échographies, les IRM, les hystéroscopies, les hystérographies ou les biopsies de l’endomètre.

Le lien entre les fibromes utérins et l’infertilité

Les fibromes peuvent parfois être la cause d’infertilité chez les femmes qui en souffrent. Cela se produit lorsque les symptômes sont trop intenses ou quand leur taille est grande. La meilleure alternative dans ces situations est de les enlever le plus tôt possible.

Le facteur fondamental pour savoir si les fibromes utérins affectent la fertilité de la femme est d’évaluer leur taille, leur nombre et leur emplacement. S’il n’y a pas de complications majeures, une myomectomie permettrait de poursuivre la grossesse ou de conserver la fertilité de la femme.

Pendant la grossesse, la plus grande irrigation sanguine et l’augmentation des taux d’hormones peuvent générer la croissance des fibromes; ce qui augmente leur risque. C’est ici que repose l’axe principal de la relation entre les fibromes utérins et l’infertilité.

Au-delà des problèmes utérins, d’autres complications provoquées par les fibromes qui peuvent affecter le développement d’une grossesse sont :

  • L’anémie en raison de saignements abondants, il peut y avoir une carence en globules rouges qui la génère.
  • Des naissances prématurées : l’utérus est sous l’effet de conditions anormales, il a moins d’espace. Cela peut avancer le moment d’accoucher.
  • Les césariennes: elles deviendront nécessaires dans les cas où les fibromes obstruent le canal de la naissance ou placent le bébé dans une position inconfortable.
  • Des saignements après l’accouchement : cela peut conduire à des hémorragies post-partum, avec les risques que cela implique.

« Pendant la grossesse, la plus grande irrigation sanguine et l’augmentation des taux d’hormones peut générer la croissance des fibromes ».

Est-il possible de les résoudre ?

Le traitement le plus commun pour cette affection est la chirurgie. Il en existe deux types : la myomectomie, qui consiste en l’extraction des fibromes (tumeurs) sans toucher l’utérus; ou l’hystérectomie, qui retire l’utérus partiellement ou totalement.

En Espagne, l’utilisation de l’acétate d’ulipristal a été approuvé en 2013. Ses effets soulagent la douleur et diminuent les saignements. De plus, près de 70% des tumeurs parviennent à être réduites de presque un quart de leur taille, évitant ainsi la chirurgie pour un grand nombre de femmes.

Les fibromes utérins prennent de la place dans l'utérus et peuvent être la cause de naissances prématurées

D’autre part, les pilules contraceptives peuvent aider à contrôler le flux abondant de sang durant les règles. On peut utiliser également des stérilets qui sécrètent des hormones afin de réduire les saignements et ne pas produire de lien entre les fibromes utérins et l’infertilité.

L’acide tranexamique, des compléments de fer, des analgésiques et des injections de hormonothérapie (pour de courtes périodes de temps) sont aussi administrés.

Seulement 0,5% des fibromes utérins sont capables de produire un cancer. Dans ces cas, les sarcomes, qui sont des cellules cancérigènes, se développent dans les muscles, la graisse, les os et le tissu fibreux.

En raison des complications qui peuvent apparaître avec les fibromes, il est conseillé de prévenir, comme dans tous les cas où la santé est en jeu. Surtout quand il s’agit de femmes en âge de procréer: prendre les précautions adéquates.