L’attachement insécure : caractéristiques et conséquences

28 août 2019
Un attachement insécure peut survenir chez un enfant qui s'est senti rejeté par ses parents.

Il existe de nombreuses études associant un attachement insécure au comportement dysfonctionnel, à n’importe quel stade de la vie. Selon Bowlby (1958), le bébé humain doit être proche de certaines figures qui fournissent tout ce qui est nécessaire à sa survie, jusqu’à ce qu’il puisse se débrouiller seul.

En raison de la proximité et du contrôle que le bébé exerce sur ces individus, le lien d’attachement se crée. Une personne établit un attachement lorsque, dans des situations d’insécurité, elle cherche le contact avec la figure qui détermine le meilleur moyen de le protéger.

« La réaction de peur provoquée par l’inaccessibilité de la mère est une réaction d’adaptation fondamentale qui, au cours de l’évolution, est devenue une réponse essentielle à la contribution de la survie de l’espèce. »

– Bowlby –

La création du lien d’attachement

La façon dont nous établissons le lien d’attachement est régulée tout au long de la vie, grâce aux expériences vécues. Cependant, la période la plus critique est celle de l’enfance, où les croyances se forment sur :

  • La conscience de soi
  • Notre conception de l’attachement
  • Ce que nous pouvons attendre ou pensons mériter des autres

De plus, Pankseep (1998) a affirmé que l’attachement est régulé par un système neurobiologique qui serait activé à partir des différents systèmes sensoriels, du système vestibulaire (position et équilibre) et des capteurs hypothalamiques de la température et de la faim.

Une mère et son enfant incertain

Ces systèmes favorisent l’approche de la figure de référence, tout en activant des réponses désagréables à la séparation. En effet, ce processus serait régulé par l’ocytocine, la prolactine et les endorphines.

Moriceau et Sullivan (2005) ont conclu que l’attachement serait produit par l’activation et la modification structurelle du bulbe olfactif. En effet, de cette façon, le système nerveux s’adapterait à l’environnement dans lequel se trouve l’enfant. Cela serait possible grâce au :

  • Développement postnatal des projections noradrénergiques du locus coeruleus (McLean et Shipley, 1991).
  • L’immaturité de l’amygdale et de l’axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien (Jakubs, & Sullivan, 2009).

«Le type d’attachement dépendra de la disponibilité, de la réceptivité, de la chaleur de la mère ; ainsi que de la connexion établie avec elle. »

– Bouteille, 2005 –

Les conséquences d’un attachement insécure

Ce modèle d’attachement sera formé chez les personnes dont les parents :

  • Ne se sont pas montrés disponibles émotionnellement.
  • Ont ignoré les demandes d’aide de l’enfant.
  • Ont été incapables de subvenir aux besoins de leurs enfants.
  • Les relations qu’ils ont établies sont incohérentes, chaotiques et instables.

A l’intérieur de ce profil, et en raison des déficiences subies, l’enfant tente de s’adapter à cette situation. En effet, selon les outils développés par le nourrisson, deux types d’attachement peuvent apparaître :

  1. Un attachement insécure – d’évitement, dans lequel il tentera d’éviter ses parents au maximum. En effet, le petit a appris qu’il ne peut compter sur personne et qu’il doit être autonome.
  2. Un attachement insécure – ambivalent, caractérisé par la recherche incessante de l’attention des autres. Depuis que la relation est devenue imprévisible, il ne comprend pas ce qu’il doit faire.

Les deux types d’attachement ont des conséquences qui peuvent être graves, par exemple :

  • Troubles psychologiques et de la personnalité. Par exemple : dépression, trouble obsessionnel-compulsif, trouble des limites, etc.
  • Comportements addictifs
  • Déséquilibres émotionnels
  • Perfectionnisme négatif et sentiment d’inefficacité
  • Suicide
  • Etc.

Les caractéristiques d’un attachement insécure – d’évitement

  • Pensée analytique, évitant toute implication émotionnelle.
  • Désintérêt apparent dans les relations avec les autres.
  • Retraite et tendance à l’individualisme.
Attachement insécure : la cause de tristesse

  • Evitement des situations qui impliquent un certain degré d’intimité.
  • Au stade de l’enfance, cela peut passer inaperçu à l’école, sans problèmes scolaires. Cependant, lorsque l’enfant atteint l’adolescence, cela peut réduire considérablement ses performances.
  • Difficulté possible pour contrôler son agressivité. Explosions de colère et de rage.
  • Désorganisation possible dans son quotidien.

Caractéristiques de l’attachement attachement insécure -ambivalent

  • Attire constamment l’attention, par le biais de comportements perturbateurs ou d’un possible chantage émotionnel.
  • Idéalisation des autres. Cependant, si l’enfant se sent frustré parce qu’il n’a pas vu ses besoins satisfaits, il peut dévaluer les gens qu’il admirait.
  • Souci obsessionnel de savoir ce que les autres admirent, veulent ou ont besoin. D’autant plus si ce sont des figures d’attachement significatives.
  • Ambivalence émotionnelle et cas d’anxiété.
  • Problèmes d’apprentissage ou de contrôle de l’attention.
  • Tendance à ignorer les besoins des autres, en se concentrant uniquement sur soi-même.
  • Difficulté à assumer sa culpabilité, en tenant les autres responsables. Ainsi qu’une récurrence à tergiverser dans certaines situations.
  • Barg Beltrame, Gabriel. (2011). Bases neurológicas del desarrollo. Ciencias Psicológicas5(1), 69-81. Recuperado en 20 de abril de 2019.
  • Gonzalo Marrodan, JL. (2009). Guía para el apoyo educativo de niños con trastorno de apego. Ed: Libros Ted.
  • Guzmán-González, Mónica, Carrasco, Natalia, Figueroa, Paulina, Trabucco, Caterina, & Vilca, Daniela. (2016). Estilos de Apego y Dificultades de Regulación Emocional en Estudiantes. Psykhe (Santiago)25(1), 1-13.
  • Marrone, M. (2001). La teoría del apego. Un enfoque actual. (2º ed. 2009). Madrid: Psimática.
  • Siegel, D. J. (2007) La mente en desarrollo. Cómo interactúan las relaciones y el cerebro para modelar nuestro ser. Bilbao, Desclée de Brouwer.