Hépatite C pendant la grossesse: risques et traitement

Le virus de l'hépatite C est responsable de l'infection, qui peut être aiguë ou chronique. Heureusement, les risques pour la mère et le bébé de complications pendant la grossesse lors d'une infection aiguë sont faibles.
Hépatite C pendant la grossesse: risques et traitement

Dernière mise à jour : 22 juin, 2021

L’hépatite C pendant la grossesse est un problème de santé publique, bien que des complications surviennent chez une faible proportion de patientes. Il s’agit d’une infection virale largement répandue dans le monde et sa transmission se fait par voie sanguine, en particulier avec l’injection de drogues illicites.

Bien qu’il n’y ait pas de risque accru de complications pendant la grossesse, certaines femmes enceintes et certains bébés peuvent éprouver des difficultés supplémentaires en raison d’une infection chronique. Si vous souhaitez en savoir un peu plus sur le sujet, nous vous invitons à poursuivre votre lecture.

Qu’est-ce que l’hépatite C?

Comme son nom l’indique, l’hépatite C est une maladie caractérisée par une inflammation du tissu hépatique. Qui, à son tour, est causée par le virus de l’hépatite C. Selon une publication de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), le virus peut provoquer une infection chronique. Bien que, dans la plupart des cas, les personnes touchées sont asymptomatiques.

Ce dernier point n’implique pas que la maladie soit bénigne à chaque fois. En effet, il s’agit d’une cause majeure de cancer du foie chez les personnes vivant avec une infection chronique. Une population estimée à 71 millions de personnes, selon l’OMS.

Hépatite C.

Même si la répartition du virus et de la maladie est mondiale, elle est plus fréquente dans certaines régions d’Europe et de la Méditerranée orientale. En particulier au sein des groupes à risque qui ont tendance à utiliser des drogues injectables illicites.

Comment se transmet-elle?

Le sang est le fluide par lequel la maladie est transmise. Selon un article de revue scientifique publié dans la revue Offarm : pharmacie et société, les voies les plus fréquentes sont les suivantes :

  • Transfusions.
  • Hémodialyse.
  • La toxicomanie parentérale.
  • Transplantation d’organe.
  • Accidents du travail chez le personnel de santé.
  • Tatouages, acupuncture et pose de piercings.

Une autre voie de transmission importante est la voie verticale. C’est-à-dire celle qui se produit de la mère à l’enfant pendant la grossesse.

Selon une publication de la Fédération argentine des sociétés de gynécologie et d’obstétrique, aux États-Unis entre 1 et 2,5% des femmes enceintes sont infectées. Cela augmente considérablement le risque de transmission verticale.

Comment savoir si je suis porteur/se de l’hépatite C?

D’un point de vue clinique, la plupart des patients sont asymptomatiques, en particulier dans les infections aiguës. Lorsque des symptômes apparaissent, c’est toujours après la période d’incubation du virus, qui peut aller de 2 semaines à 6 mois. Les plus fréquents sont les suivants :

  • Jaunissement de la peau (jaunisse).
  • Perte d’appétit.
  • Nausées et vomissements.
  • Douleur abdominale, notamment dans la partie supérieure et droite (quadrant supérieur droit).
  • Fièvre.
  • Urine foncée.
  • Selles pâles ou claires.

En cas de présentation de l’un de ces symptômes, il est important d’aller chez le médecin le plus tôt possible afin d’établir le diagnostic d’hépatite C. Dans tous les cas, dans certains pays, il est conseillé d’effectuer des tests périodiques, notamment lors des visites prénatales.

Ces études diagnostiques comprennent des tests sanguins, qui consistent en des tests sérologiques qui déterminent la quantité d’anticorps dirigés contre le virus dans le sang. Si ceux-ci sont élevés, il existe un test de confirmation qui détermine la présence du matériel génétique du virus dans le sang.

Si ce dernier examen est positif et que les médecins doivent évaluer la gravité des lésions hépatiques, ils peuvent demander une élastographie du foie, une IRM, une élastographie transitoire ou une biopsie hépatique. C’est ainsi que les experts de la Mayo Clinic le décrivent dans une publication.

Traitement de l’hépatite C pendant la grossesse

Le traitement pendant la grossesse varie en fonction des symptômes et du degré d’insuffisance hépatique. Selon une publication dans le Journal of Gastroenterology of Peru, la thérapie dans ces cas a plusieurs objectifs :

“Les soins obstétricaux pour les femmes infectées par le VHC visent à limiter les dommages supplémentaires au foie. A contrôler les conséquences de l’établissement d’une maladie du foie au cours de la grossesse et à réduire les risques de transmission mère-enfant.”

Pour cette raison, le simple fait d’éviter tout médicament hépatotoxique peut servir à prévenir les complications de l’infection. Les femmes atteintes de cirrhose du foie (une des conséquences de l’hépatite chronique) peuvent éprouver de nombreuses difficultés nécessitant un traitement d’urgence.

Cela comprend des médicaments pour prévenir la coagulation ainsi que des interventions endoscopiques ou chirurgicales pour traiter les varices pouvant provoquer une hémorragie interne.

Hépatite C et grossesse : comment cela vous affecte, vous et votre bébé?

De nombreuses femmes peuvent traverser une grossesse sans savoir qu’elles ont l’hépatite C. Le risque de développer des complications est faible. Cependant, chez certaines personnes prédisposantes, l’infection chronique peut évoluer vers la cirrhose du foie et le cancer.

Femme aux yeux jaunes, caractéristiques de l'hépatite C.

Bien que la transmission verticale du virus soit une possibilité, il n’y a jusqu’à présent aucune preuve suggérant que les césariennes électives ou l’interruption de l’allaitement diminuent le risque d’infection du bébé.

Une étude intitulée Transmission du virus de l’hépatite C au nouveau-né décrit que les risques d’infection les plus élevés se situent lors de l’accouchement, sans différence significative entre la césarienne et la voie naturelle. De plus, la co-infection avec le VIH semble augmenter les risques de transmission.

L’infection chronique par le virus de l’hépatite C n’entraîne pas de risques supplémentaires pendant la grossesse, selon un ouvrage publié dans Gastroenterology and Hepatology. Si la mère se trouve dans un état clinique stable, le plus gros problème qui peut survenir est l’infection du bébé par les voies susmentionnées.

Dans ce cas, bien que l’infection aiguë puisse générer des symptômes alarmants, c’est la faible possibilité d’infection chronique qui peut avoir le plus d’impact sur la santé des enfants. Pour cela, des examens médicaux réguliers sont indispensables.

Le suivi médical est indispensable

Bien que dans la grande majorité des cas, l’hépatite C ne cause pas de problèmes de santé importants, il faut tenir compte du fait qu’il s’agit d’une maladie susceptible de développer des complications.

Pour cette raison, il est important d’accéder à des tests de dépistage ou de consulter un médecin en cas de présentation de l’un des symptômes pour obtenir un diagnostic précoce et un traitement rapide.

Cela pourrait vous intéresser ...
La jaunisse infantile
Être parentsLisez-le dans Être parents
La jaunisse infantile

Lorsque le bébé a une coloration jaunâtre au niveau de la peau, des yeux et du mucus, il est possible qu'il s'agisse d'un cas de jaunisse infantile...