Qu'est-ce que l'hystérectomie ? Pourquoi la réalise-t-on ?

01 janvier, 2020
Savez-vous en quoi consiste l'hystérectomie ? C'est une intervention qui est pratiquée sur certaines femmes ; elle est couramment liée à des pathologies telles que l'endométriose sévère, les polypes utérins ou le cancer.
 

Qu’est-ce que l’hystérectomie ? C’est une procédure chirurgicale au cours de laquelle on extrait l’utérus d’une femme. Elle peut être pratiquée si elle souffre d’une condition et qu’il est impératif d’effectuer l’opération, ou parce qu’elle souhaite un changement de sexe.

ll existe trois types d’hystérectomie : l’hystérectomie dite totale, la partielle et la radicale, dans laquelle même la partie supérieure du vagin est enlevée.

Cette intervention, réalisée par un gynécologue-obstétricien, est indiquée chez les patientes souffrant de maladies telles que le cancer de l’utérus, les prolapsus constants et l’endométriose, entre autres pathologies importantes.

Qu’est-ce que l’hystérectomie ?

La procédure d’ablation de l’utérus appelée hystérectomie est l’une des opérations les plus courantes pratiquées sur les femmes. En réalité, elle est même pratiquée sur les césariennes.

Ce phénomène survient car il existe de nombreuses pathologies qui, selon la médecine occidentale, peuvent être corrigées en effectuant une ablation partielle, totale ou radicale de l’utérus.

Il existe plusieurs raisons pour lesquelles une hystérectomie est pratiquée. Les médecins doivent étudier attentivement les antécédents de la patiente avant de pratiquer une hystérectomie. Il s’agit d’un processus irréversible, qui induit la ménopause et provoque également l’infertilité. Comme vous le savez, l’utérus est l’espace où les fœtus sont mis en gestation.

Un ventre avec une cicatrice
 

Les maladies qui conduisent à la réalisation d’une hystérectomie

Lorsque les médecins recommandent l’ablation de l’utérus, la patiente souffre très probablement de certaines des conditions décrites ci-dessous :

  • Fibromes utérins : appelés tumeurs bénignes ou aussi fibromes, ils peuvent apparaître pendant les années les plus fertiles de la femme. Ils produisent, entre autres, une douleur intense et des saignements abondants.
  • Cancer de l’utérus, des ovaires ou des trompes.
  • Prolapsus de l’utérus : il se produit lorsque les tissus et les ligaments qui soutiennent l’utérus perdent leur tonicité ; en conséquence, l’utérus tombe et pousse également vers le vagin.
  • Endométriose : elle se produit lorsque le tissu de l’utérus se développe à l’arrière de celui-ci.
  • Faute professionnelle après un avortement.
  • Placenta percreta : dans cette pathologie, le placenta adhère si fermement à la paroi utérine que la seule solution est l’hystérectomie
  • Grossesse molaire : elle provoque une multiplication anormale des tissus à l’intérieur de l’utérus.
  • Polypes endométriaux ou utérins : ils produisent une inflammation chronique, de la douleur et même de l’obésité.

Bien que les symptômes forts des pathologies décrites ci-dessus soient des raisons pour une hystérectomie, il est également possible que les femmes qui souhaitent changer de sexe aient recours à cette procédure.

“L’hystérectomie est une procédure chirurgicale par laquelle on enlève l’utérus d’une femme.”

 

Changements dans l’organisme et effets secondaires possibles

Si vous envisagez cette chirurgie, vous devriez connaître les détails suivants à ce sujet :

  1. L’hystérectomie est une procédure irréversible, donc, en principe, la conséquence la plus radicale et la plus évidente est de ne pas pouvoir tomber enceinte. Cependant, si une femme subit une ablation partielle et qu’elle a encore ses ovaires, ses ovules peuvent être prélevés et fécondés dans le corps d’une autre femme.
  2. La constipation.
  3. Les gaz.
  4. Les femmes qui se font enlever l’utérus commencent à présenter des symptômes de la ménopause tels que des bouffées de chaleur, de l’agitation, de la nervosité ou des sautes d’humeur.
  5. De nombreuses femmes ne ressentent aucun malaise ou inconvénient lors des rapports sexuels après l’intervention, bien qu’il existe également des groupes de patients qui prétendent le contraire.
  6. Possibilité d’incontinence urinaire ou intestinale.
  7. Sécheresse vaginale.
  8. Prolapsus vaginaux : ce point est controversé, car bien que l’une des raisons de pratiquer une hystérectomie soit d’éviter les prolapsus, la réalité est qu’il y a un pourcentage de femmes qui, après avoir subi une ablation de l’utérus, continuent à souffrir de cette difficulté.
  9. Changements émotionnels ou psychologiques : de nombreuses patientes signalent des changements émotionnels ou des altérations psychologiques après avoir subi une hystérectomie. Certains de ces symptômes peuvent être expliqués en comprenant qu’ils commencent à ressentir les effets de la ménopause. D’autres peuvent se sentir déprimées, anxieuses ou voir leur estime de soi diminuée en sachant qu’elles ne pourront plus concevoir.
 
Une jeune femme qui souffre de douleurs abdominales

Conclusion et indications

En ce qui concerne le dernier point, l’essentiel est que les femmes qui se sentent concernées doivent consulter immédiatement leur médecin ou leur psychologue. Il est normal de se sentir confuse ou angoissée après une telle procédure.

Enfin, il est important de préciser que bien que l’hystérectomie soit pratiquée pour de nombreuses maladies bénignes telles que celles décrites dans le deuxième paragraphe, son utilisation sera en principe destinée aux patientes atteintes d’un cancer, soit de l’utérus, des ovaires ou du col de l’utérus. Bien sûr, toujours après une analyse stricte réalisée par le médecin spécialiste.