Top 10 des questions que les parents se posent sur les poux

Les poux sont un des motifs de consultation les plus fréquents en pédiatrie. Les préoccupations des parents vont de la contagion aux traitements.
Top 10 des questions que les parents se posent sur les poux

Dernière mise à jour : 22 octobre, 2021

Bien que l’infestation par les poux soit plus fréquente chez les enfants, elle peut également survenir chez les adultes. D’autre part, les manifestations de la pédiculose peuvent varier d’une personne à l’autre.

Aujourd’hui, nous répondons aux 10 doutes les plus fréquents.

1. Que sont les poux?

Les poux sont des parasites qui dépendent des humains pour vivre. Ils passent tout leur cycle de vie dans notre corps et selon la zone qu’ils affectent, ils se différencient en trois variétés:

  • Pediculus humanus capitis (ou poux de tête).
  • Phtirius pubis (également appelé morpion ou poux du pubis).
  • Pediculus humanus (ou poux de corps).

Les poux de tête et de corps mesurent de 2 à 4 millimètres de long, tandis que les poux du pubis sont beaucoup plus courts.

2. Les poux volent-ils ou sautent-ils?

Ces parasites ne peuvent ni sauter ni voler. Par conséquent, se transmettre entre deux personnes nécessite un contact étroit. Ils ont des griffes qui leur permettent d’adhérer facilement aux mèches de cheveux et de se déplacer rapidement d’un endroit à un autre.

Des poux.

3. Y a-t-il un impact plus important chez les enfants?

En général, les épidémies de poux affectent les enfants âgés de 3 à 12 ans, le plus souvent chez les filles. En fait, les petites épidémies ont tendance à se développer en milieu scolaire. Car les liens sociaux les plus étroits s’y développent.

La localisation privilégiée des poux est la région occipitale et la région rétro-auriculaire. Car ce sont les zones les plus chaudes du cuir chevelu.

4. Pourquoi les poux démangent-ils?

L’infestation se manifeste par des démangeaisons intenses et dans la plupart des cas, cela génère une réaction d’hypersensibilité. Les symptômes peuvent apparaître 2 à 6 semaines après l’infection.

Les démangeaisons (prurit) sont une réaction du corps à la salive du pou et l’intensité de cette sensation dépend de la sensibilité de chacun.

Il est important de savoir que le grattage permanent, en plus d’être gênant, peut entraîner une surinfection bactérienne due à une infection des lésions causées par le parasite. Par conséquent, les poux de tête peuvent être associés à des complications plus graves, telles que la pyodermite ou l’impétigo.

5. Comment se transmettent ces parasites?

Les poux de tête sont une maladie hautement contagieuse et se propagent rapidement d’un enfant à l’autre. Bien qu’il existe une contagion par contact direct, elle se produit généralement après le partage de chapeaux, de peignes, d’accessoires pour cheveux ou de serviettes.

Les infestations se produisent plus fréquemment pendant les mois chauds de l’année, dans les zones où le taux d’humidité est élevé (piscines, vestiaires, entre autres).

6. Comment éliminer les poux?

Les pédiculicides topiques sont considérés comme les traitements de première intention, notamment les pyréthroïdes, le lindane, l’ivermectine topique et le malathion.

Le pyréthroïde topique le plus connu est la perméthrine à 1 %. Cependant, le parasite a développé une résistance élevée à ce médicament ces dernières années.

Une autre méthode d’élimination très efficace est l’utilisation du peigne fin sur cheveux mouillés. Car avec cet élément, il est possible d’éliminer les poux et les lentes retenus à la base des cheveux.

7. Les remèdes naturels ou maison sont-ils efficaces?

La grande majorité des remèdes maison n’assurent pas la mort des poux ou l’excrétion des lentes et il n’y a aucun support scientifique pour soutenir leur efficacité.

Bien que l’on pense que certaines huiles essentielles ou la mayonnaise agissent pour éliminer les poux et les lentes, cela n’est pas recommandé.

8. Le manque d’hygiène provoque-t-il une pédiculose?

Malgré les préjugés, la pédiculose n’est pas un indicateur de mauvaise hygiène de l’enfant. Selon une publication de l’Association espagnole de pédiatrie, une hygiène méticuleuse des personnes n’empêche pas l’infestation par les poux.

9. Faut-il répéter le traitement?

Dans la plupart des cas, un deuxième traitement est nécessaire pour éradiquer complètement les parasites. Par conséquent, il est conseillé de le répéter 7 à 10 jours après le premier.

Chaque fois que des produits pédiculicides sont utilisés, ceux-ci doivent s’accompagner d’une élimination manuelle (ou au peigne fin) des poux et des lentes.

Une mère qui passe le peigne à poux sur la tête d'un enfant.

10. Existe-t-il des méthodes pour prévenir l’infestation?

Pour prévenir de nouvelles infections, il est conseillé de laver tous les vêtements et la literie utilisés les jours précédant le traitement. Idéalement, faites-le avec de l’eau très chaude ou repassez les tissus après séchage.

À leur tour, les articles qui ne peuvent pas être rincés doivent être placés dans un sac hermétique pendant 2 semaines. De plus, il est préférable d’aspirer les meubles, les tissus d’ameublement et les tapis de la maison.

Les poux sont plus qu’un simple problème cosmétique

Bien que les poux soient une condition gênante, ils ne transmettent aucune maladie et ne sont pas dangereux pour la santé des enfants. Dans tous les cas, face à des démangeaisons du cuir chevelu, il est nécessaire d’identifier si elles sont dues aux poux ou non.

Les pédiculicides en vente libre abondent sur le marché, mais en général, les poux y ont déjà développé une résistance. Pour cette raison, il est recommandé de consulter un médecin spécialiste pour recevoir le traitement le plus efficace et le plus approprié pour l’enfant.

Cela pourrait vous intéresser ...

L’importance de créer des habitudes d’hygiène dès l’enfance
Être parents
Lisez-le dans Être parents
L’importance de créer des habitudes d’hygiène dès l’enfance

Quelle est l'importance d'inculquer des habitudes d'hygiène personnelle chez le jeune enfant ? Découvrez ces rituels d'hygiène personnelle...



  • Bragg BN, Simon LV. Pediculosis. 2020 Nov 20. In: StatPearls [Internet]. Treasure Island (FL): StatPearls Publishing; 2021 Jan–. PMID: 29262055.
  • Meister L, Ochsendorf F. Head Lice. Dtsch Arztebl Int. 2016;113(45):763-772. doi:10.3238/arztebl.2016.0763
  • Ko CJ, Elston DM. Pediculosis. J Am Acad Dermatol. 2004 Jan;50(1):1-12; quiz 13-4. doi: 10.1016/s0190-9622(03)02729-4. PMID: 14699358.
  • Gairí Tahull JM, Molina Morales V, Moraga Llop FA, Viñallonga Sardá X, Baselda Torres E. Pediculosis de la cabeza. Revisión del año 2006. En: Protocolos de la Asociación Española de Pediatría [consultado en 08/2021]. Disponible en: https://www.aeped.es/sites/default/files/documentos/pediculosis.pdf
  • Giardelli M, Larralde de Luna M. Pediculosis y escabiosis. Comité Nacional de Dermatología Pediátrica. Archivos argentinos de pediatría, 2001; 99(1). Disponible en: https://www.sap.org.ar/docs/publicaciones/archivosarg/2001/01_68_74.pdf