Mon enfant est dégoûté par la nourriture: que faire?

Pourquoi votre enfant se sent-il dégoûté par la nourriture ? Découvrez différentes stratégies pour y faire face de manière optimale.
Mon enfant est dégoûté par la nourriture: que faire?

Dernière mise à jour : 11 mai, 2022

Avez-vous déjà réfléchi à l’influence des émotions sur l’alimentation? Bien que le rejet de certains aliments dans l’enfance soit normal, cela peut être un véritable casse-tête pour les parents. Pour cette raison, nous voulons vous apprendre comment agir lorsque votre enfant se sent dégoûté par la nourriture.

Tout d’abord, le dégoût fait partie des 7 émotions de base définies par Paul Ekman. Il apparaît par tout ce que nous percevons à travers les sens, les actions ou les perceptions des personnes et des idées. De plus, il a une connotation négative et adaptative, puisqu’il est influencé par différents facteurs, comme nous le verrons plus loin.

Pourquoi votre enfant peut-il se sentir dégoûté par la nourriture ?

Un bébé qui rejette la nourriture.

La texture, la principale raison pour laquelle votre enfant se sent dégoûté par la nourriture

La sensation en bouche et au toucher, ainsi que le croquant lors de la mastication déterminent la préférence pour certains aliments. Jusqu’à présent, nous avons des preuves que 55 % des filles et 37 % des garçons âgés de 10 à 13 ans ont tendance à rejeter les aliments pour ces raisons, en fonction de leur opinion.

Cela arrive même lorsque vous introduisez de la nourriture pour la première fois. Par conséquent, il est toujours conseillé de proposer une grande variété d’aliments avec des textures différentes afin qu’ils s’y habituent dès leur plus jeune âge.

Par ailleurs, le rejet se produit généralement à cause de textures trop molles. Il est présent chez les enfants ayant une plus grande sensibilité au toucher des mains et de la langue lors de son introduction dans la bouche. Au contraire, vous pouvez obtenir une plus grande acceptation avec l’âge et l’introduction progressive de morceaux cuits, comme dans Baby Led Weaning.

L’inconnu ou “je n’ai jamais essayé”

Cela survient normalement entre 6 à 12 mois et peut être maintenu jusqu’à 3-4 ans. Il s’agit d’un mécanisme de défense contre l’inconnu et le danger. C’est le moment où l’aspect visuel entre en jeu. Par conséquent, profitez-en pour soigner la présentation et l’association des couleurs.

Même l’odeur que dégage la nourriture peut rendre malade. C’est le cas du brocoli et de certains poissons gras. Un autre aspect qui doit être pris en compte est le goût. Connaissez-vous la meilleure façon de les encourager à les essayer ? Utilisation d’herbes aromatiques et d’épices telles que le romarin et l’origan.

Aspects psychologiques et émotionnels produits lorsque votre enfant se sent dégoûté par la nourriture

À son tour, la nourriture génère du plaisir et, par conséquent, produit un impact émotionnel. De plus, la mémoire et l’association générée par l’environnement au moment des repas entrent en jeu. Un exemple serait l’obligation de tout manger ou le fait d’avoir passé un mauvais moment à cause du risque d’étouffement ou que cela était douloureux.

N’oubliez pas que s’asseoir à table est un acte social et que le petit est en phase d’apprentissage. Il fera donc attention à tout ce qui se passe. En conséquence, toute situation désagréable et similaire déclenchera un rejet constant. C’est quelque chose qui peut rester durant des années de manière inconsciente.

D’autre part, le dégoût est un mécanisme de défense original du corps et fait généralement partie des mécanismes complexes qui font que les choses nous attirent ou nous repoussent. Dans le cerveau, le lobe antérieur de l’insula, une petite région impliquée dans l’émotion et reliée au goût et à l’odorat, est activé.

Il y a des aliments qui peuvent être polluants. Par conséquent, c’est une émotion universelle qui peut même être ressentie par les personnes aveugles. Pour le chercheur Eduardo León, le dégoût, en tant que réponse naturelle et culturelle, fonctionne comme un « protège-dents ».

Il est important de souligner le caractère rationnel des émotions puisqu’elles ont servi à garantir la survie de l’espèce.

Comme les autres émotions, le dégoût a des composantes :

  • Phénoménologique: quand on éprouve du dégoût, voire des nausées ou des vomissements .
  • Cognitive: car il implique une menace de contamination.
  • Physiologique: en activant le système nerveux parasympathique pour donner des réponses involontaires.
  • Comportemental: avec cette expression typique de rejet similaire dans toutes les cultures et bien sûr chez les enfants.

Si votre enfant ressent du dégoût pour certains aliments, vous savez déjà que du plus profond de sa nature, il nous communique quelque chose.

Que faire pour résoudre le problème ?

Une fois que vous connaissez les raisons pour lesquelles votre enfant se sent dégoûté par la nourriture, c’est à vous de faire tout votre possible pour l’aider à le surmonter ou trouver des alternatives.

Fournir une nourriture équivalente à celle qu’il rejette

Combien d’aliments rejette-t-il? Il est impossible de tout aimer. Mais ce n’est pas un problème s’il le mange avec d’autres aliments du même groupe. C’est ainsi qu’il reçoit les mêmes nutriments et peut grandir en bonne santé et sans aucun déficit.

Par exemple, les cardes peuvent se remplacer par des épinards ou des feuilles de laitue. En revanche, si vous détectez que le rejet est dû à la technique de cuisson, vous pouvez la varier jusqu’à trouver celle qui lui plaît. Parfois, l’exposition et la manipulation répétées des aliments augmentent l’acceptation.

Définir les priorités alimentaires

La chose fondamentale quand le dégoût pour la nourriture apparaît est d’établir quelques lignes directrices de base. De cette façon, vous vous assurez que l’enfant mange suffisamment, varié et sainement. Par conséquent, l’objectif principal est que son alimentation contienne tous les groupes d’aliments.

Un enfant qui apprend à manger seul.

Le fait est que vous veillez à ne pas trop restreindre la nourriture, car cela peut devenir un trouble. Vous analysez même les raisons pour lesquelles il se comporte ainsi et détectez si cela limite sa vie autour de la table. Parfois, cela peut être dû à un problème moteur ou psychomoteur au niveau de la bouche et du reste du système digestif.

N’oubliez pas que même si votre enfant déteste le poisson, vous pouvez le remplacer par de la viande, des œufs ou des légumineuses. De même, s’il déteste les sardines, il peut manger du saumon ou tout autre poisson gras.

Chercher une manière progressive d’introduire la nourriture, mais ne pas forcer

Si vous voulez que son dégoût diminue, évitez de le forcer ou de le récompenser, car cela aura l’effet inverse. De plus, cela deviendra un moment de tension et de frustration pour l’un comme pour l’autre. Par conséquent, soyez patient et allez-y doucement.

Une bonne astuce consiste à donner l’aliment en question en petite quantité et à le cuire différemment. Vous pouvez également le combiner avec d’autres aliments qu’il aime. Par exemple, s’il rejette les courgettes mais qu’il aime les pâtes à la sauce tomate, mélangez-les avec des petits morceaux sautés à la poêle et assaisonnés d’origan. Une autre fois, vous pouvez l’inclure dans le cadre d’une lasagne ou en purée avec un autre légume.

Bref, apprendre à votre enfant à manger demande du temps ainsi qu’un environnement agréable. N’oubliez pas que le dégoût est normal, du moins la première fois qu’il essaye un nouvel aliment. C’est l’exposition répétée qui favorise sa consommation, alors n’abandonnez pas facilement. Ne le grondez pas et ne lui criez pas dessus non plus, écoutez-le simplement et proposez-lui une alternative.
 
Enfin, gardez à l’esprit que, même s’il rejette un aliment, il continuera à grandir à son rythme et de manière saine.
 


  • De Moura, S L (2007) Determinants of food rejection amongst school children, Appetite, 49(3): 716-9.
  • Ekman, P (2005) Basic Emotions. Handbook of cognition and emotion. Wiley Online Library, 45-60.
  • León, E. A. (2014). El asco: Una emoción entre naturaleza y cultura. Saga–Revista de Estudiantes de Filosofía, (26), 21-39. https://revistas.unal.edu.co/index.php/saga/article/view/45560/46938
  • Nicklaus, S; Schwartz, C (2019) Early influencing factors on the development of sensory and food preferences. Curr Opin Clin Nutr Metab Care, 22(3): 230-35.
  • Sandín, B., Chorot, P., Santed, M. A., Valiente, R. M., & Olmedo, M. Asco y psicopatología: Nueva frontera en psicología clínica. https://www.infocop.es/view_article.asp?id=2384
  • Sick, J; Højer, R; Olsen, A (2019) Children’s Self-Reported Reasons for Accepting and Rejecting Foods. Nutrients, 11(10): 2455.
  • Thomas, J J; Lawson, E A; Micali, N; Misra, M; Deckersbach, T; Eddy, K T (2017) Avoidant/Restrictive Food Intake Disorder: a Three-Dimensional Model of Neurobiology with Implications for Etiology and Treatment. Curr Psychiatry Rep, 19(8): 54. 
  • Tournier, C; Demonteil, L; Ksiazek, E;  Marduel, A; Weenen, H; Nicklaus, S (2021) Factors Associated With Food Texture Acceptance in 4- to 36-Month-Old French Children: Findings From a Survey Study. Fornt Nutr, 7.
  • Ventura, A K; Worobey, J (2013) Early influences on the development of food preferences. Curr Biol, 23(9): 401-8.
  • Werthmann, J; Jansen, A; Havermans, R; Nederkoorn, C; Kremers, S; Roefs, A (2015) Bits and pieces. Food texture influences food acceptance in young children. Appetite, 84:181-7.