La fonction émotionnelle de la tétine

17 août, 2020
La tétine peut parfois être un bon complément, surtout pour ces bébés qui ne connaissent pas l'allaitement maternel. Son usage n'est cependant pas le plus adéquat.

Aujourd’hui, l’utilisation de la tétine par les plus petits est complètement répandue et normalisée. Beaucoup de parents pensent même qu’il s’agit d’un élément nécessaire et indispensable pour leur bébé.

Or, en réalité, les enfants n’en ont pas besoin ; certains vont même jusqu’à la rejeter. Ainsi, avant de vous faire un avis sur cet objet, il est important que vous connaissiez la fonction émotionnelle de la tétine.

En tant que parents, nous prenons les décisions qui nous semblent les plus justes et bénéfiques pour nos enfants. Chaque foyer, chaque famille connaît des circonstances différentes et l’on ne peut donc pas généraliser lorsqu’il s’agit de dire ce qui est le plus positif. Les décisions que vous prendrez seront licites et justes si vous pensez à vous informer au préalable.

L’importance de la succion

Le réflexe de succion accompagne les enfants avant même leur naissance puisque ce schéma commence à se développer dans le ventre de la mère. Cependant, la succion va bien au-delà de sa fonction nutritive.

Elle aide le petit à se développer sur le plan neurologique et favorise l’apparition du langage. Mais, avant toute chose, elle exerce un effet calmant et tranquillisant sur le bébé.

L’allaitement maternel, de la même façon, ne sert pas seulement d’aliment à l’enfant : il permet aussi d’établir le lien d’attachement. Le sein le console, l’aide à se réguler sur le plan émotionnel et à se sentir en sécurité. C’est donc le moyen le plus optimal et le plus naturel qui permette de couvrir les besoins émotionnels des enfants.

Un bébé avec sa tétine.

La tétine remplit cette même fonction en permettant à l’enfant de sucer de manière répétée. En faisant cela, il se tranquillise et obtient des sensations agréables. Or, un objet ne pourra jamais remplacer une personne et même si la tétine permet la succion, elle n’offre pas le contact et l’affection de la mère, qui est ce que recherche vraiment le bébé.

La fonction émotionnelle de la tétine

Il arrive que des mères ne puissent pas, ou ne souhaitent pas, passer par l’allaitement maternel. Leurs obligations professionnelles les empêchent peut-être d’être toujours présentes, ou elles souffrent de mastite, ont les tétons gercés, ou sont simplement épuisées par la demande excessive de leur enfant.

Dans ces cas, la tétine apparaît comme un substitut simple à la fonction émotionnelle de calme et de consolation qu’exerce le sein. Nous offrons donc la tétine à l’enfant quand il est irritable, inquiet, quand il pleure, quand il est dans sa poussette, quand il va dormir…

Cela aide indubitablement l’enfant à se tranquilliser ou à trouver le sommeil, mais ce n’est pas le plus adéquat.

L’utilisation excessive de la tétine peut créer des malformations dentaires. Elle interfère aussi dans le parler car elle empêche l’enfant de balbutier et de commencer à s’exprimer. 

Par ailleurs, elle génère une dépendance qui aboutit à des difficultés et des contrariétés quand on cherche à l’ôter de l’enfant. Mais, surtout, elle le prive de ce dont il a réellement besoin.

Un enfant angoissé, inquiet ou triste a besoin d’affection et de contact. Il doit se sentir écouté et protégé par les adultes, qui constituent ses principales sources d’attachement. L’établissement d’un lien sûr est primordial pour son bon développement émotionnel, et c’est une chose que la tétine n’offre pas.

Prendre la tétine à un enfant.

Si nous voulons que, dans le futur, l’enfant développe des stratégies adéquates de régulation émotionnelle, qu’il soit autonome et en bonne santé sur le plan psychologique, nous devons couvrir ses besoins émotionnels au cours de ses premières années de vie. Lui donner la tétine n’est pas suffisant.

La tétine : quand lui donner ou non ?

En somme, la tétine peut être un complément adéquat mais ne remplacera jamais l’affection et l’attention des parents. Ces enfants qui ne connaissent pas l’allaitement maternel peuvent manifester un plus grand besoin de succion que celui couvert par le biberon.

Dans ces cas, la tétine peut constituer une aide mais elle devra toujours être accompagnée de contacts, de regards, d’affection et de chaleur humaine : lui donner sa tétine et s’en aller ne suffira pas.

Par ailleurs, il est préférable de la garder pour des moments ponctuels où le besoin est réel. Par exemple, quand nous prenons la voiture avec le petit et ne pouvons pas le sortir de son siège pour le bercer et le calmer.

Pour apprendre à réguler ses émotions tout seul, l’enfant a besoin que quelqu’un ait déjà rempli cette fonction pour lui. Il est donc indispensable que les adultes significatifs soient disponibles pour le petit. Gardez bien à l’esprit que votre bébé a surtout besoin de vous : la tétine n’est qu’un objet optionnel.

 

  • Sánchez, L. M., González, E. D., Florensa, S. G. T., & Marti, J. G. (2000, January). Uso del chupete: beneficios y riesgos. In Anales de Pediatría (Vol. 53, No. 6, pp. 580-585). Elsevier Doyma.
  • Facal, M., Pérez, A. J., & Lagarón, C. (2003). Chupetes¿ sí o no?¿ es conveniente que la madre ofrezca el chupete a su bebe? La respuesta es… A veces. Revista de ortodoncia clínica6(4), 206-217.