Normaliser l'allaitement maternel comme un droit

03 juillet, 2020
Nous devons normaliser l'allaitement maternel car l'enfant a le droit d'être nourri et la mère de le faire sans crainte, sans culpabilité et sans honte.
 

L’allaitement maternel est la méthode d’alimentation la plus appropriée pour un bébé. En outre, il constitue un élément important dans la formation de l’attachement mère-enfant. Cependant, malgré les nombreux avantages qu’il apporte, de nombreuses personnes le considèrent encore avec un jugement négatif et le stigmatisent.

La normalisation de l’allaitement est une tâche qui nous incombe à tous. En effet, il faut contribuer à briser les barrières psychologiques qui nous empêchent de le voir pour l’acte naturel qu’il est.

En réalité, nous vivons de plus en plus dans une société dénaturée qui nous éloigne de nos origines et de nos besoins essentiels. Nous sommes donc trop souvent amenés à privilégier l’indépendance, la productivité et l’exigence dans tous les domaines de notre vie.

Cependant, la chaleur humaine, le contact et le soutien mutuel sont essentiels. Et cela d’autant plus à un stade aussi délicat que le début de la maternité.

Les bébés ont besoin de l’affection, des soins et de la protection de leur mère. Et les femmes ont besoin quant à elle du soutien et de la compréhension de la société. Nous devons normaliser l’allaitement maternel car l’enfant a le droit d’être protégé et nourri. Mais aussi car la femme a le droit de nourrir son bébé sans crainte, sans culpabilité et sans honte.

L’allaitement maternel est nécessaire

L’allaitement maternel est l’aliment le plus approprié pour un nourrisson. Ses avantages sont innombrables. Tout d’abord, il renforce le système immunitaire du nouveau né. En outre, il le protège contre les maladies.

 

Et finalement, il fournit au bébé tous les éléments nutritifs dont il a besoin. L’OMS recommande que ce soit la source exclusive de nutrition pour l’enfant pendant les six premiers mois de sa vie.

Une maman et son bébé pendant l'allaitement maternel au sein.Une maman et son bébé pendant l'allaitement maternel au sein.

À partir des six mois de l’enfant, d’autres types d’aliments peuvent être introduits dans son alimentation progressivement et de manière appropriée. Toutefois, l’allaitement devrait se poursuivre idéalement jusqu’à l’âge de deux ans au moins. C’est une recommandation, ce n’est donc pas une règle obligatoire ou une limite rigide.

Il n’est pas nécessaire d’arrêter l’allaitement lorsque l’enfant atteint cet âge. Cependant, dans tous les cas, il est préférable de procéder à un sevrage respectueux et progressif au moment où la mère et l’enfant se sentent prêts.

Pouvoir décider librement

Le choix de l’alimentation que chaque enfant suivra est un choix personnel de la mère et du couple. Dans tous les cas, les choix qui seront fait seront tout à fait légitimes. Il existe plusieurs raisons pour lesquelles l’allaitement maternel ne peut ou ne veut pas être mis en œuvre.

En effet, le choix d’utiliser du lait infantile pour les nourrissons est une décision parfaitement légale. Cependant, il est important que ce choix ne se fasse pas à cause de la pression que peut provoquer l’opinion publique.

 

En effet, de nombreuses mères renoncent parfois à ce droit. Cela en parti parce qu’elles n’ont pas suffisamment d’informations et de soutien de la part de leur famille et du système de santé.

Avoir du soutien pendant l’allaitement est nécessaire pour nous aider à surmonter les difficultés qui en découlent. Mais aussi pour recevoir les conseils et le soutien émotionnel nécessaires.

Cependant, en général, c’est le contraire que les femmes reçoivent. L’allaitement maternel est mal vu par une grande partie de la société. Cette dernière le considère trop souvent comme une entrave à la capacité de la mère à fonctionner en tant que professionnelle et en tant qu’individu.

D’autre part, les possibilités de conciliation entre ces deux aspects « mère et professionnelle » sont clairement insuffisantes.

De plus, lorsqu’une femme allaite en public, elle peut percevoir des regards désapprobateurs, des reproches et des un sentiment d’incompréhension.

De ce fait, de nombreuses mères se cachent dans les salles d’allaitement (lorsqu’elles sont disponibles) ou directement dans les toilettes publiques lorsqu’elles veulent allaiter leur bébé. Souvent, elles couvrent leur enfant avec un tissu pendant qu’elles le nourrissent au sein.

Une femme donnant le sein à son bébé.
 

Normaliser l’allaitement maternel comme un droit

Le manque de soutien et la pression sociale peuvent amener de nombreuses femmes à renoncer à ce merveilleux droit. Un droit qui leur est si nécessaire, à elles et à leurs bébés. L’allaitement n’est pas seulement un aliment, c’est aussi un moment pour lui transmettre de l’affection, de la protection et de la sécurité.

Il est donc important de normaliser cet acte naturel. Chose à laquelle beaucoup de femmes célèbres ou influentes commencent à faire face. La visibilité est la première étape car si on ne parle pas de quelque chose, on n’y trouve pas vraiment sa place.

N’oubliez pas que votre bébé peut manger quand il en a besoin peu importe le lieu où il se trouve. Cela n’est en aucun cas une raison pour avoir honte ou se moquer. Vous n’avez pas besoin de le cacher ou de le dissimuler. Enfin, aucun d’entre nous n’aimerait manger dans la salle de bain ou avec un chiffon sur la tête, n’est ce pas ?

Informez-vous, allez chez des professionnels de la santé ou dans des groupes de soutien à l’allaitement, associez vous avec d’autres mères… Ne vous cachez pas. L’allaitement est un acte naturel, nécessaire et bénéfique. La tache est dans les yeux de celui qui la regarde et la voit comme quelque chose de différent de ce que c’est réellement.

 
  • Cebrián, D. M., Santana, R. M., Villanueva, E. G., & Santana, P. S. (2002, January). Factores relacionados con el abandono de la lactancia materna. In Anales de Pediatría (Vol. 56, No. 2, pp. 144-150). Elsevier Doyma.
  • Díaz-Argüelles Ramírez-Corría, V. (2005). Lactancia materna: evaluación nutricional en el recién nacido. Revista cubana de pediatría77(2), 0-0.