Comment se sent votre bébé quand vous le laissez pleurer

Pleurer est le seul moyen de communication des bébés. Si vous l'ignorez, les conséquences émotionnelles pourraient être sérieuses. Le saviez-vous ?
Comment se sent votre bébé quand vous le laissez pleurer

Dernière mise à jour : 13 octobre, 2021

La façon dont une mère doit réagir aux pleurs de son bébé est l’une des questions les plus débattues dans l’éducation des enfants. Nous souhaitons donc vous expliquer ce que ressent votre bébé lorsque vous le laissez pleurer et les conséquences que cela peut avoir sur son développement émotionnel.

Il y a des gens qui, suivant leur instinct, viennent immédiatement à l’appel de leur enfant, le prennent dans leurs bras et le réconfortent. En revanche, d’autres pensent que ce type d’attitude gâte le nourrisson et qu’il est préférable d’attendre qu’il se calme de lui-même.

La sagesse populaire a soutenu pendant des années qu’« il était bon de laisser l’enfant pleurer un peu ». Certains arguments en faveur des pleurs sont qu’ils améliorent la capacité pulmonaire de l’enfant, qu’ils l’aident à dépenser de l’énergie et même qu’ils favorisent le sommeil.

Aujourd’hui, nous savons que ces affirmations n’ont aucun fondement scientifique et qu’elles ne prennent pas en compte les dommages émotionnels qui peuvent survenir chez le bébé lorsque nous l’exposons à une telle impuissance. C’est pourquoi il est important que vous sachiez comment ce simple comportement parental peut nuire à votre enfant, avant de continuer à l’appliquer.

Pourquoi laissait-on pleurer les bébés ?

comment se sent votre bébé lorsque vous le laissez pleurer

Au-delà des conseils populaires mentionnés ci-dessus, de nombreux professionnels ont soutenu l’idée selon laquelle laisser les bébés pleurer est un bon moyen de leur apprendre à dormir.

Le neurologue et pédiatre Richard Ferber a été un pionnier à son époque, après avoir proposé une méthode d’entraînement au sommeil du nourrisson qui consistait précisément en cela. On la connaît communément sous le nom de ferbérisation.

Selon cette méthode, pour apprendre à un enfant à dormir, il faut le laisser dans son berceau, dans une pièce sombre, et répondre de moins en moins à ses appels jusqu’à ce que ce comportement disparaisse.

Autrement dit, lorsque le bébé pleurera, ses parents apparaîtront avec des intervalles de temps de plus en plus espacés et ils ne devront pas à le prendre dans leurs bras mais le réconforter à distance. L’interaction avec le bébé devra être minimale.

Eduard Estivill Sancho, un médecin espagnol expert en troubles du sommeil, a également contribué à la vulgarisation de cette technique en l’adaptant dans son modèle, Sleep Child.

Que ressent votre bébé ?

De nombreux parents ont trouvé ces méthodes basées sur l’extinction du comportement très efficaces. Mais cela est vrai si l’on se réfère uniquement à des questions pratiques car, avec le temps, les bébés cesseront de pleurer pour réclamer leurs parents et resteront dans leur lit, seuls et silencieux.

Cependant, ils n’y parviendront pas parce qu’ils ont appris à dormir mais parce qu’ils auront vu que, peu importe combien de temps ils pleurent, personne ne viendra à leur secours.

Pour comprendre ce que ressent votre bébé lorsque vous le laissez pleurer, il est important de considérer son contexte. N’oubliez pas que les bébés naissent comme des créatures impuissantes et absolument dépendantes des adultes qui s’occupent d’eux.

Lorsque ses parents s’éloignent, le bébé ne sait pas pourquoi ils le font, où ils vont ou s’ils reviendront à ses côtés. De plus, à cet âge, sa notion du temps est très différente de celle des adultes.

Pour toutes ces raisons, le bébé se sentira complètement seul dans le noir, incapable de bouger, de se déplacer ou de se défendre et loin de ses principales figures protectrices.

La peur et le stress que le bébé ressentira à cette étape seront très élevés car son seul moyen de demander de l’aide, en pleurant, sera systématiquement ignoré. Son impuissance et son incertitude seront alors absolues.

Conséquences de le laisser pleurer

Les émotions négatives que ressent votre bébé lorsque vous le laissez pleurer la nuit peuvent avoir des conséquences graves sur son développement affectif, susceptibles de perdurer dans le temps. Parmi les principaux dommages, nous pouvons énumérer les suivants :

  • Les niveaux élevés de stress altèrent la production de cortisol du corps, causant ainsi des dommages au cerveau en développement.
  • L’incapacité des parents à répondre aux demandes de protection et d’affection de l’enfant favorise le développement d’un attachement insécure. Cela peut causer des problèmes émotionnels et sociaux à votre enfant pour le reste de sa vie.
  • En raison du caractère traumatisant de la situation, il est possible que des troubles du sommeil apparaissent dans le futur. De nombreux adultes qui ont été élevés avec ces méthodes souffrent d’insomnie ou ont peur du noir.
  • Le bébé apprend que ses émotions et son bien-être ne sont pas importants pour ses parents et qu’il n’a personne pour le réconforter et l’aider. Cela peut entraîner des problèmes d’estime de soi et des difficultés de comportement affectif.
Garçon assis seul dans un parc.

Favorisez un attachement sécure et une dépendance saine

De nombreux parents qui laissent pleurer leur bébé la nuit le font avec l’intention de favoriser son autonomie et d’éviter une dépendance excessive de leur enfant.

Cependant, c’est une chose qui doit se faire progressivement et au fur et à mesure que l’enfant grandit. Il n’y a rien de bon à le précipiter. Les bébés ont besoin de recevoir une réponse parentale adéquate à 100 % de leurs demandes. Ils ont besoin d’attention, d’affection, de confort et de sécurité.

Ne pas répondre à leurs appels peut les rendre anxieux et cela peut provoquer une ambivalence. Par conséquent, forger un attachement sécure avec votre enfant est la meilleure chose que vous puissiez faire pour accompagner sainement le développement de sa personnalité.

Que pouvez-vous faire à ce sujet ?

Il est important de se rappeler qu’en réconfortant votre bébé, vous ne le gâtez pas ou ne le rendez pas dépendant. Il dépend vraiment de vous de façon naturelle.

Si vous le laissez pleurer seul dans le noir, vous pouvez lui causer de graves dommages émotionnels. Par conséquent, n’hésitez pas à aller le voir et n’ayez pas peur de le serrer dans vos bras ou même de dormir à côté de lui.

Le développement des enfants a son propre rythme et, à terme, votre enfant pourra réguler ses habitudes de sommeil et dormir de manière autonome. L’assurance de savoir que vous êtes disponible quand il a besoin de vous est ce qui lui permettra d’atteindre cet objectif à l’avenir.

En définitive, se mettre à la place de nos enfants est l’une des clés de l’éducation. Si vous n’aimez pas être ignoré par un être cher et que vous vous sentez mal quand cela arrive, pourquoi exposer votre bébé à une situation aussi douloureuse ? Écoutez votre instinct et appuyez-vous sur votre amour pour éduquer votre enfant.

Cela pourrait vous intéresser ...
Techniques pour apprendre au bébé à dormir sans interruption
Être parents
Lisez-le dans Être parents
Techniques pour apprendre au bébé à dormir sans interruption

Il existe des techniques très différentes pour apprendre au bébé à dormir. Il suffit d'un peu de patience, de persévérance et de former de bonnes h...



  • Reguera, E. A. (2014). Apego, cortisol y estrés, en infantes: una revisión narrativa. Revista de la Asociación Española de Neuropsiquiatría, 34(124), 753-772. https://doi.org/10.4321/S0211-57352014000400008
  • Ferber, R. (2006). Solve your child’s sleep problems: new, revised. Simon and Schuster.
  • Henry, J. P., & Wang, S. (1998). Effects of early stress on adult affiliative behavior. Psychoneuroendocrinology23(8), 863-875.