Comment identifier la tristesse chez un enfant ?

23 octobre, 2020
Si la tristesse est une humeur difficile à surmonter pour les adultes, imaginez ce qu'elle peut signifier pour un enfant. Aujourd'hui, nous évoquerons quelques symptômes qui peuvent nous aider à identifier une phase de tristesse chez un enfant.

Pour les parents et les éducateurs, il est primordial de savoir reconnaître lorsqu’un enfant est triste parce qu’il est en colère ou alors de mauvaise humeur. En effet, les causes ou les raisons peuvent être très différentes. Dans le cas de la tristesse chez un enfant, il s’agit d’un état d’âme plus compliqué à gérer.

Par conséquent, pour aider un enfant à surmonter une phase de tristesse, il est nécessaire, premièrement, de pouvoir l’identifier. Pour cela, il faut reconnaître certains symptômes de la tristesse, puis essayer de les comprendre et de savoir d’où ils viennent.

La tristesse, une émotion fondamentale

De même que la peur, la colère, le dégoût, la joie et la surprise, la tristesse est, selon Paul Ekman, l’une des six émotions fondamentales. D’un point de vue psychologique, la tristesse remplit une fonction adaptative. Effectivement, il s’agit d’un type de réaction émotionnelle qui sert à mettre de la distance par rapport aux situations douloureuses.

La tristesse aide à guérir les plaies et la douleur provoquées par des situations négatives et des pertes importantes. Cependant, elle peut également envahir la vie d’une personne lorsqu’elle ne répond pas à ses attentes et qu’elle se sent désillusionnée. Ou alors quand les situations difficiles sont plus nombreuses que la joie et les moments heureux.

Un enfant dans ses pensées.

En ce sens, il faut préciser que la tristesse et la façon de la gérer se manifestent de différentes manières et dépendent du stade de maturité, de la personnalité et du caractère de chaque personne. Ainsi que de son parcours et son expérience de vie.

Causes et symptômes de la tristesse chez un enfant

En ce qui concerne les causes, comme nous l’avons souligné, dans le cas des adultes, il s’agit de pertes, de ruptures, de situations complexes et douloureuses.

Par contre, dans le cas des enfants, les causes de la tristesse peuvent également être dues à la perte d’un être cher. Mais un enfant peut aussi être triste pour d’autres circonstances ou événements spécifiques à son âge.

Aller vivre dans une autre ville, ou changer d’école et s’éloigner des amis, peuvent être des raisons de tristesse chez un enfant.

Ou bien lorsqu’il perd un animal de compagnie, ou cessent de voir un être cher pendant une longue période, comme c’est le cas des divorces ou séparations des parents. De même, un enfant peut se sentir triste à cause d’un changement de chambre qui l’a séparé de son frère ou de sa sœur.

Par ailleurs, concernant les symptômes de la tristesse, les plus communs sont les pleurs, l’abattement et l’apathie. 

Toutefois, il existe également d’autres symptômes qui peuvent être le manque ou l’augmentation de l’appétit, la diminution ou le manque de concentration, un manque d’entrain et le besoin de dormir beaucoup. Ou, à l’inverse, la tristesse peut parfois se manifester par des insomnies, et même des épisodes d’anxiété.

Comment identifier la tristesse chez un enfant ?

Les symptômes de la tristesse chez un enfant sont similaires à ceux des adultes. Néanmoins, il est plus complexe pour les enfants de pouvoir reconnaître qu’ils sont tristes, en raison de leur développement. Il est encore plus difficile pour eux d’identifier les causes ou les raisons qui ont provoqué cette tristesse.

Symptômes de la tristesse chez les enfants

Les parents devraient pouvoir reconnaître quand un enfant est triste en restant attentif aux facteurs suivants :

  • Changements soudains dans le comportement ou les attitudes qui se prolongent ou demeurent dans le temps.
  • Lorsqu’un enfant pleure à longueur de journée, et parfois, sans raisons apparentes.
Une jeune fille triste.

  • L’enfant mange davantage et avec une anxiété relative. Ou alors il mange moins, même s’il s’agit de son plat ou de ses aliments préférés.
  • Lorsque les cycles de sommeil varient énormément en peu de temps. S’il dort plus ou moins longtemps, ou s’il se réveille beaucoup pendant la nuit.
  • Quand l’enfant s’isole, aussi bien de ses proches que de ses amis habituels.
  • Si son esprit est ailleurs, dispersé et ne fait pas attention à ce qu’il fait. Il présente donc des difficultés pour se concentrer et faire ses devoirs scolaires, par exemple.
  • L’enfant parle et communique peu. Aussi bien à la maison qu’à l’école.
  • Il s’ennuie, est apathique et montre peu d’envie et d’énergie pour faire les choses. Aussi bien avec les jeux qu’avec les activités et les personnes qui le motivent et l’enthousiasme d’habitude.
  • Il agit parfois de façon agressive ou s’irrite facilement et répond par des gestes brusques. Par exemple, il pousse, tire ou élève la voix.

L’empathie est nécessaire pour identifier la tristesse chez un enfant et pouvoir l’aider à être heureux

La tristesse se distingue d’une crise de colère, ou même d’une dépression. Contrairement à la tristesse, la colère est passagère et réagit à des raisons plus triviales. En revanche, une dépression correspond à un trouble de l’humeur, encore plus complexe qu’une phase de tristesse.

Par conséquent, dans la mesure où les adultes peuvent reconnaître la tristesse chez un enfant, il leur sera également plus facile de l’aider à gérer cette émotion. Ainsi, à travers l’écoute, la tendresse et les câlins, les parents peuvent devenir le meilleur antidote, composé de l’ingrédient joie, afin de neutraliser la tristesse de leurs enfants.

e