Boissons végétales pour bébés et enfants

13 juin, 2020
Le lait de soja est la boisson végétale qui ressemble le plus au lait de vache sur le plan nutritionnel et qui est donc le choix numéro un des végétaliens.
 

Actuellement, on trouve sur le marché une large gamme de boissons végétales. Elles peuvent être utilisées pour augmenter la variété du régime alimentaire ou comme approche thérapeutique de l’allergie aux protéines du lait de vache.

Les boissons végétales sont-elles comparables au lait de vache ?

Sur le plan nutritionnel, elles ne peuvent pas être considérées comme un substitut du lait, car leur composition varie fortement en fonction de la source végétale. Cependant, il est également important de noter qu’il n’est pas nécessaire de remplacer le lait, car il ne s’agit pas d’un aliment essentiel dans le régime alimentaire.

Le lait est un aliment riche en calcium, en protéines et en graisses, bien que ces dernières varient selon la version consommée. En ce sens, dans les boissons végétales, selon la source dont elles proviennent, la teneur en l’un ou l’autre des macronutriments prédomine.

Celles qui proviennent de céréales ou de pseudo-céréales, comme les boissons à base de riz ou d’avoine, sont riches en glucides.

D’autres, celles obtenues à partir de légumineuses, sont riches en protéines. Et il y en a un troisième, fabriqué à partir de fruits secs ou d’oléagineux, comme la noix de coco ou les amandes, qui se distinguent par leur forte teneur en matières grasses.

Ainsi, selon sa composition nutritionnelle, la boisson végétale la plus proche du lait de vache est la boisson au soja enrichie en calcium. En effet, elle contient des apports similaires en protéines, en graisses et en calcium.

 

Les boissons végétales chez les nouveau-nés

Pendant les six premiers mois de la vie, le lait maternel ou le lait maternisé est l’aliment principal des nouveau-nés. Bien que l’Organisation mondiale de la santé recommande que le lait de choix soit celui de la mère, ce n’est pas toujours le cas.

Du lait d'amande

La mammite (inflammation des glandes mammaires) est très normale et peut conduire à l’abandon de l’allaitement. En ce sens, on peut aussi se demander : quel type de formule est indiqué si la famille veut opter pour un mode de vie végétalien ?

Une autre possibilité, plus fréquente que prévu, est que le nouveau-né présente une allergie aux protéines du lait de vache. En effet, dans une étude menée par le service d’allergologie d’un hôpital de Madrid, l’incidence de cette allergie chez les bébés a été calculée et établie à 1,9 %. Quel est le protocole d’action approprié dans ces cas ?

Approche végétalienne

Le régime végétalien des enfants est parfaitement compatible avec une bonne croissance, à condition qu’il soit bien planifié, ce que soulignent les principales associations scientifiques. De nombreuses raisons peuvent pousser les parents à se positionner pour ou contre ce courant d’alimentation mais, dans les deux cas, elles doivent être respectées.

 

Le régime végétalien n’inclut pas les aliments d’origine animale et exclut donc les formules traditionnelles. Pour les familles qui choisissent d’allaiter, il existe des formules de soja et de riz adaptées aux bébés végétaliens.

Les laits de soja doivent être exempts d’isoflavones s’ils sont utilisés pour les bébés de moins de six mois, et les laits de riz doivent être hydrolysés pour minimiser leur teneur en arsenic.

Dès l’âge de six mois, les préparations de soja contenant des isoflavones peuvent être consommées. Plus tard, dès l’âge de deux ans, les boissons végétales peuvent être intégrées à l’alimentation.

Toutefois, il est important de souligner qu’un régime végétalien doit être bien planifié et supervisé par un diététicien/nutritionniste ou un professionnel de la santé compétent.

Allergie aux protéines du lait de vache

Lorsque l’allergie aux protéines du lait d’une vache est diagnostiquée, le seul traitement consiste à éviter totalement les protéines du lait. Chez les nouveau-nés, il peut y avoir deux approches, selon le type de lactation.

Dans le cas d’un bébé allaité, le régime d’évitement est de la responsabilité de la mère. La mère doit éliminer tous les produits laitiers de son alimentation et surveiller ses taux de calcium et de vitamine D. Pour connaître la quantité de calcium et de vitamine D dont vous avez besoin, il est utile de connaître vos apports antérieurs en ces micronutriments.

Une fois que les besoins individuels en calcium ont été établis, sans oublier qu’ils sont augmentés pendant la lactation, il faut encourager la consommation d’aliments riches en calcium.

 

Pour les bébés nourris au lait maternisé, il existe plusieurs possibilités, dont certaines sont même financées par le gouvernement. Le lait hydrolysé est le traitement de choix dans ces cas. Pour ceux qui ne le tolèrent pas, il existe des formules à base de soja et de riz avec les spécifications indiquées dans la section précédente.

Du lait de coco en bocal

À partir de deux ans, ces formules peuvent être remplacées par des boissons végétales enrichies. Dans ces cas, la teneur en protéines du régime alimentaire doit être évaluée pour s’assurer que les besoins sont satisfaits.

Comment faire un bon choix de boisson végétale ?

Pour faire un choix entre plusieurs options, vous devez examiner l’étiquetage nutritionnel. S’il n’y a pas beaucoup de différences parmi les marques de lait de vache, il y en a dans les boissons végétales. Vous devez tenir compte des éléments suivants :

  • La quantité de matière première qu’il contient, qui sera indiquée en pourcentage.
  • Autres spécifications liées au reste des ingrédients :
    • Examiner s’il s’agit d’une source enrichie en micronutriments ou non. Le calcium et la vitamine D sont deux des micronutriments les plus complétés car ils sont naturellement présents dans le lait de vache.
    • Surveiller la quantité de sucres ajoutés, qui ne doit pas dépasser 4-5 grammes par 100 grammes de produit.
    • S’assurer qu’aucune mesure n’a été prise pour rendre le produit moins cher, telle que l’incorporation de mélanges de matières premières. On trouve un pourcentage élevé de riz dans certaines boissons à base de noix de coco.
    • S’assurer que des huiles n’ont pas été ajoutées pour gonfler la teneur en matière grasse. Ce fait, s’il est ajouté en petites quantités, n’est pas pertinent et ne détériorera pas la qualité de l’alimentation.
 
  • Martínez MB et al. (2003). Incidencia de alergia a proteínas de leche de vaca en el primer año de vida y su repercusión en el consumo de hidrolizados. In Anales de Pediatría (Vol. 58, No. 2, pp. 100-105). Elsevier Doyma.
  • Biarge MM. (2017). Niños vegetarianos,¿ niños sanos?. Asociación Española de Pediatría.
  • Martín AP. (2013). Alergia a proteínas de leche de vaca. Protocolos diagnósticos y terapéuticos en Pediatría. Protoc diagn ter pediatr, 1, 51-61.