Ma raison d’être après être devenue maman

· 30 décembre 2017
Ma première raison d'être après être devenue maman, c'est mon enfant, sa santé, son bonheur, son bien-être... Il n'y a rien au monde qui puisse me mouvoir plus et me pousser à lutter comme le fait mon petit. Même quand les contretemps du destin, pas que de rares fois, m'empêchent d'avancer. Quand ces contretemps vont à l'encontre de mes forces physiques et émotionnelles, j'ai toujours ce pilier auquel me tenir, cette arme qui ne fléchira jamais, quand il s'agit de me reprendre en main, de lutter et de continuer à aller de l'avant.

La mission de ma vie consiste à labourer un chemin sur lequel mon enfant puisse marcher en toute sécurité. Je dois lui donner le meilleur de ce que j’ai, et l’éduquer comme une personne intègre.

La stratégie est simple. Il s’agit de le combler de mon amour, le protéger et l’aider à chaque fois qu’il aura besoin de moi.

Depuis que je suis devenue maman, je n’arrive pas à avoir d’autres priorités. Ma tête est remplie d’options, de bourse, de Wall Street, d’entreprise, d’investissement, d’économie et d’argent. Mais même ainsi, les gènes et la chimie qui m’attachent avec un lien indestructible à quelqu’un que je commence à peine à connaître, font que je me soumettrais à n’importe quel sacrifice pour lui.

Mes deux objectifs les plus importants

Le sacrifice est quelque chose que toutes les mères connaissent

Le premier objectif de ma vie après être maman, je l’ai déjà mentionné. C’est mon enfant et tout ce qui entoure son bien-être émotionnel et physique.

Le deuxième, c’est moi. Mais pas moi en tant que personne indépendante et égocentrique en soi. C’est moi en tant que mère, avec la nécessité de transformer les défauts qui me caractérisent. Ainsi, j’ai pour objectif d’éviter que mon enfant ne copie ces défauts, ou qu’il en souffre dans sa propre chair pendant notre vie commune.

Mon but numéro deux consiste à m’ouvrir intellectuellement. C’est à dire à acquérir toutes les connaissances nécessaires pour quand le moment sera venu de l’aider à répondre à ses questions les plus singulières.

Pour atteindre cet objectif, je dois aussi me dépasser au niveau personnel et émotionnel.

Être cette femme qui sait être modeste et désintéressée, sans l’apathie et l’esprit de compétition que ma vie de femme d’affaires m’a donné.

 Je dois apprendre à ne regarder personne de haut, ni à considérer comme égaux ceux qui sont au-dessus de moi.

Je dois faire miennes des valeurs qui sont plus humaines. Comme par exemple, écouter mes interlocuteurs avec attention, ne pas imposer mon opinion, discuter des désaccords avec respect, et avoir le regard moins dirigé vers le discrédit de ceux qui m’entourent.

Je veux apprendre à ne pas mentir, ne pas envier, et à pardonner. Aussi, j’ai besoin d’expulser hors de moi les pensées mauvaises et cette mentalité négative qui me pousse toujours à penser du mal des autres, à dormir d’un seul œil et à m’attendre à ce qu’on me trahisse.

Pour cela, je dois commencer dès maintenant à me préparer. Je vais avoir besoin de nombreuses années pour devenir une personne meilleure. Cette personne pourra être la mère que mon enfant mérite d’avoir.

Mon troisième objectif après être maman

Ma raison d'être : un bébé est un cadeau du ciel

Après être devenue maman, tout est devenu plus compliqué. Avant l’accouchement, je pensais que j’étais préparée à supporter les douleurs. Je pensais que j’étais prête à pousser suffisamment pour mettre mon enfant au monde. Et après sa naissance, j’ai su que c’était le plus facile, ces quelques heures de contractions et de douleur.

Le chemin difficile, l’effort, la constance. Ce sont ces lignes directrices qui marquent véritablement la carrière de mère. Et elles ne se construisent qu’après que votre enfant soit né.

Mais quand je suis devenue maman, j’ai compris ce qu’était le sacrifice. J’ai compris aussi ce que voulait dire l’amour au premier regard, et le don de soi à quelqu’un qui sait à peine qui vous êtes.

Pour tout ça, mon troisième et dernier but est d’arriver à ce que ce petit que j’allaite, que je caresse, baigne, gâte et dont je m’occupe, sache que je suis sa maman. Et qu’en moi, comme en personne dans le monde entier, il trouve une main tendue. Et une épaule prête à le recevoir, un compliment pour l’encourager. Enfin, j’espère qu’il trouve en moi le pardon, la force d’aller de l’avant, et tout ce dont il a besoin, peu importe la situation.  

Personne au monde ne fera changer ce nouveau chemin qu’il m’a apporté. Car je vais dédier toute ma persévérance, tout mon cœur et tout mon courage à ces trois objectifs.

Ma première, deuxième et troisième raison d’être est de défendre de cape et d’épée, contre vents et marées, la relation que l’on a entamé, mon enfant et moi, en cette après-midi d’amour.