Onychophagie infantile : ce qu'il faut savoir

L'onychophagie infantile est une habitude assez courante dans l'enfance. Découvrez ses causes, ses conséquences négatives pour la santé et comment elle peut être traitée.
Onychophagie infantile : ce qu'il faut savoir

Dernière mise à jour : 01 décembre, 2021

L’habitude de se ronger les ongles pendant l’enfance est appelée onychophagie infantile. Il s’agit d’un trouble très fréquent au cours de cette étape, qu’il ne faut pas négliger.

Bien qu’il s’agisse d’une habitude souvent normalisée chez les enfants, la vérité est qu’elle a des conséquences négatives sur la santé. Pour cette raison, l’idéal est d’éviter que l’habitude ne se prolonge dans le temps.

Les raisons qui peuvent amener un enfant à acquérir le comportement de se ronger les ongles sont variées et nous allons ici les aborder. Accompagnez-nous dans cette lecture et découvrez quelles mesures peuvent être prises pour faire disparaître l’onychophagie infantile.

Qu’est-ce que l’onychophagie infantile ?

Comme nous l’avons déjà mentionné, l’onychophagie infantile est l’habitude qu’ont certains enfants de se mordre ou de se ronger les ongles de manière compulsive. Bien qu’elle soit souvent considérée comme quelque chose de courant à cet âge, il faut savoir qu’elle peut se transformer en manie.

L’onychophagie est une habitude nerveuse qui commence généralement comme un mécanisme pour réduire l’anxiété, l’ennui ou le stress. Mais, avec le temps, l’acte devient réflexif et inconscient et il devient difficile d’arrêter.

Cette attitude apparaît généralement entre 3 et 6 ans et, à partir de là, elle commence à diminuer naturellement jusqu’à disparaître. Néanmoins, d’autres fois, l’habitude s’intensifie et commence à affecter le bien-être de l’enfant. Dans ces cas, vous devez agir en temps opportun.

Enfant qui se ronge les ongles.

Pourquoi l’onychophagie infantile survient-elle ?

L’origine de la maladie n’est pas connue avec certitude et différents facteurs pourraient prédisposer à son apparition. Essayer d’identifier la cause du problème est très bénéfique lors de la planification de l’approche.

L’onychophagie infantile est une habitude réflexe qui est généralement déclenchée par un stimulus réveillant la nervosité ou l’insécurité chez l’enfant. L’action de se ronger les ongles avant une émotion négative donne à l’enfant un sentiment apparent de tranquillité. Par conséquent, cela l’amène à répéter le comportement et à ne pas pouvoir l’éviter.

Voici quelques-uns des facteurs qui peuvent donner lieu à cette habitude :

  • Situations qui génèrent de l’anxiété, de la tension ou de la frustration chez l’enfant.
  • Stress ou situations difficiles à affronter : changement d’école, déménagement, arrivée d’un petit frère, décès d’un proche, séparation des parents.
  • Peur.
  • Situations physiques ou émotionnelles telles que l’ennui ou la fatigue.
  • Troubles obsessionnels compulsifs ou manies : actes répétitifs dans certaines situations, comme regarder la télévision, jouer à des jeux vidéo ou lire.
  • Perte ou faible estime de soi.
  • Imitation : l’enfant copie l’habitude prise par un autre membre de la famille.

Conséquences de l’onychophagie infantile

Au-delà du problème esthétique causé par des lésions visibles aux doigts, se ronger les ongles a d’autres conséquences négatives sur le développement, la santé et l’estime de soi de l’enfant.

Altérations dans les mains

Les morsures d’ongles constantes et répétées provoquent des microtraumatismes au niveau de l’ongle et nuisent à sa bonne croissance. Il est courant de voir des doigts avec des ongles cassés, qui poussent en différentes couches ou de manière inégale.

Les ongles incarnés, déformés et les lésions des cuticules sont également assez fréquents. L’apparition de verrues sur les doigts est une autre conséquence associée à l’onychophagie infantile.

Prédisposition aux infections

Avoir l’habitude de mettre les mains dans la bouche vous prédispose aux infections bactériennes. La présence habituelle de bactéries potentiellement pathogènes telles que Salmonella ou Escherichia coli sous les ongles signifie qu’elles peuvent pénétrer dans l’organisme lorsque vous vous mordez les doigts.

Les infections locales autour des ongles sont également assez fréquentes chez ces enfants. La paronychie est l’un des exemples les plus courants et les plus douloureux.

De même, l’humidité constante des doigts due à l’habitude de les porter à la bouche et l’affaiblissement des couches externes de la peau favorisent la prolifération des champignons. Ils se développent dans le lit de l’ongle, sous ce dernier, et sont assez difficiles à traiter.

Problèmes buccaux

Se ronger les ongles régulièrement et pendant longtemps peut entraîner une usure des dents. L’incidence fréquente de l’ongle sur la surface de la dent provoque la perte d’émail.

De plus, la force causée par les doigts sur la bouche et l’acte de mordre est un facteur de risque de malocclusion dentaire et de problèmes de morsure.

Altération du développement affectif et social de l’enfant

Les enfants atteints d’onychophagie infantile ont souvent des problèmes d’anxiété et de faible estime de soi. Ils sont souvent taquinés ou rejetés par d’autres enfants si les blessures aux mains deviennent très évidentes. Cela augmente ainsi le conflit émotionnel et favorise l’habitude de l’onychophagie.

Comment aider les enfants à arrêter de se ronger les ongles ?

Étant donné qu’il s’agit d’une habitude inconsciente et nerveuse, arrêter de se ronger les ongles n’est pas si facile. Il est essentiel que vous essayiez de stopper la manie dès que vous la détectez car plus elle dure longtemps, plus il sera difficile de l’éradiquer.

Comme nous l’avons déjà mentionné, essayer de savoir ce qui inquiète ou affecte l’enfant est la première étape. Il est important d’analyser dans quelles situations il met ses doigts dans sa bouche ou quand il le fait avec une fréquence ou une intensité plus grande. Traiter la cause exacte peut l’aider à trouver un autre moyen de se calmer.

Expliquer au petit que cette habitude nuit à sa santé peut aussi être d’une grande aide. Néanmoins, cela doit se faire avec respect, persévérance et patience. Sinon, l’enfant ressentira plus de tension et d’anxiété et cela aggravera le tableau. Il est essentiel de ne pas gronder, punir ou embarrasser l’enfant.

Bien souvent, l’enfant voudra collaborer à l’éradication de l’habitude ; malgré tout, il finira par retomber dans ce schéma parce qu’il le fait inconsciemment. Pour ces cas, des techniques comportementales, telles que mettre un vernis à ongles avec un mauvais goût, porter des gants ou des pansements colorés peuvent aider.

Le fait d’avoir ces rappels mènera l’enfant à s’arrêter, à prendre conscience de sa volonté de se ronger les ongles et à choisir de ne pas le faire. Dans tous les cas, ces mesures doivent toujours être utilisées après avoir expliqué et convenu avec l’enfant de la stratégie pour contrôler la situation.

Autres mesures pour traiter l’onychophagie infantile

Une autre façon d’aider les enfants à contrôler l’envie de se ronger les ongles est de leur offrir d’autres activités pour aider à relâcher la tension et l’anxiété. Faire des activités manuelles, comme la peinture ou la pâte à modeler, peut les garder occupés et détendus et les empêcher de se mettre les mains dans la bouche.

Mâcher du chewing-gum sans sucre ou tenir quelque chose à serrer dans ses mains (pâte à modeler, balle anti-stress ou animal en peluche) peut avoir un effet dissuasif sur le comportement.

Faire du sport pour canaliser l’énergie est une autre bonne idée. Chez certains enfants, la pratique de techniques de relaxation ou de yoga les aide à contrôler l’anxiété qui déclenche l’habitude.

Enfin, il est important de faire attention à l’environnement qui entoure l’enfant et d’observer si un adulte présente également cette habitude. Les enfants imitent souvent ce qu’ils voient, et l’habitude des deux doit être résolue.

Garçon se mordant les doigts en classe parce qu'il souffre de dermatophagie.

Quand demander l’aide d’un professionnel ?

Les stratégies adoptées à la maison peuvent ne pas fonctionner du tout. Dans ce cas, il est important de demander l’aide d’un professionnel pour remédier à la situation et éviter les dommages.

Consulter un psychologue pour enfants peut aider l’enfant à trouver la raison de ce comportement et à faire face à la situation d’une manière plus pratique. Les dentistes pédiatriques et les orthophonistes peuvent également collaborer, à travers des exercices et des stratégies qui déprogramment et inversent cette pratique.

La patience devra être de mise pour accompagner votre tout-petit dans cette résolution de l’onychophagie infantile. Abandonner l’habitude prendra du temps et se fera progressivement.

Cela pourrait vous intéresser ...
8 astuces pour prévenir le stress chez les enfants
Être parents
Lisez-le dans Être parents
8 astuces pour prévenir le stress chez les enfants

Le stress ne touche pas seulement les adultes ! En tant que parents, nous devons aussi lutter contre le stress chez les enfants, par quels moyens ?



  • Gamboa Jancco, L. L. Hábitos orales deletéreos asociados con maloclusiones dentarias en niños de 6 a 12 años de la IEP 9 de diciembre, 2018.
  • Bailon Naupay, S. E. (2020). FRECUENCIA DE MORDIDA ABIERTA RELACIONADA A HÁBITOS BUCALES EN NIÑOS DE 6 A 13 AÑOS EN EL HOSPITAL MILITAR CENTRAL LIMA 2018.
  • Figueroa López, A. B. (2020). Efectos de la Onicofagia en el sector anterior (Bachelor’s thesis, Universidad de Guayaquil. Facultad Piloto de Odontología).
  • Oliva, J. A. A., Brenes, F. M., & Páramo, C. A. P. (2020). Onicomicosis por hongos negros: onicopatía con características especiales. Revista Médica Sinergia5(4), 11.
  • Oliva, T. D. V., Vega, A. V., Varona, M. A., & Romagosa, D. E. R. (2018). Hábitos bucales deformantes. Características clínicas y tratamiento. Revista científica estudiantil 2 de Diciembre1(1 (2018)), 80-88.
  • Galarza Mora, L. Y. (2020). Desgaste dental en niños de 6 a 12 años con onicofagia en la escuela “Manuel Villamarin Ortiz” de Babahoyo (Bachelor’s thesis, Universidad de Guayaquil. Facultad Piloto de Odontología).
  • Gordoa, C. M., Martínez, D. H. C., & Cárdenas, J. M. (2017). Onicofagia la mala costumbre de comerse las uñas.
  • Sanchez, A. J. A. (2017, June). Ansiedad Infantil. In 6ta Jornada Cientifica de estudiantes-FACISAL.
  • Estrella Matute, K. V. (2020). Orientación psicológica en el manejo de hábitos bucales deformantes (Bachelor’s thesis, Universidad de Guayaquil. Facultad Piloto de Odontología).
  • Aguado, E. C., & Tena, R. O. (2011). Intervención conductual en un caso de onicofagia. Enseñanza e Investigación en Psicología16(1), 103-113.
  • García, A. V. G., Sánchez, C. M., Rosas, A. R., & Lara, M. G. (2021). Intervención cognitivo-conductual en trastornos de ansiedad infantil. Psicología y Salud31(1), 37-49.