Mon fils est accro aux jeux vidéo

13 mars, 2020
Avant de vous inquiéter parce que votre enfant passe trop de temps à jouer, apprenez-en davantage sur les bénéfices des jeux vidéo : tout n'est pas synonyme de danger.
 

Dans le domaine des jeux vidéo, la technologie n’a jamais cessé de progresser, tout comme sa capacité de divertissement et de distraction. 

Certains reflètent la réalité d’une manière fascinante au niveau de leurs détails – sans prendre en compte les jeux de réalité virtuelle – et ceci génère une certaine « addiction ». Beaucoup de parents s’inquiètent quand ils voient que leurs enfants passent énormément de temps dans « d’autres mondes ».

Les jeux vidéo : bons ou mauvais ?

Comme tant d’autres choses dans la vie, les jeux vidéo ont deux côtés : un bon et un autre qui ne l’est pas autant. Nous allons cependant vous énumérer, dans cet article, les aspects positifs de cette forme de divertissement pour que vous puissiez les prendre en compte à l’avenir.

Bénéfices

  • Ils stimulent la coordination entre les yeux, les oreilles et les mains ; il y a même des jeux qui exigent de réaliser des actions avec tout le corps, et la nécessité de bouger peut donc être plus forte.
  • Ils développent l’imagination car ils ouvrent les portes à de nouveaux mondes et à une infinité de nouvelles situations.
  • Les jeux vidéo nourrissent la capacité à tolérer des échecs et des frustrations.
  • Ils renforcent la logique et l’habileté à mettre en place des stratégies et à prendre des décisions.
  • Les jeux en ligne ou multijoueurs aident à développer la sociabilité chez les enfants.

Désavantages

  • Ils représentent l’une des principales causes de sédentarité.
  • Ils peuvent favoriser des comportements violents ou un langage agressif chez les enfants.
 
  • Les jeux vidéo génèrent un manque d’attention vis-à-vis d’autres ressources plus éducatives comme les livres.
  • Ils peuvent conduire à un isolement de l’enfant ou du jeune.
  • Ce dernier pourrait même finir par développer une addiction.
Les jeux video chez les adolescents

Quand commencer à s’inquiéter pour l’enfant ?

  • Il n’interagit pas avec d’autres personnes ou enfants de son âge.
  • Son rendement scolaire est affecté.
  • Il est si distrait qu’il ne s’arrête même pas pour regarder l’heure ou pour couvrir ses besoins de base d’une manière satisfaisante.
  • Il oublie des tâches ou des événements importants parce qu’il joue.
  • L’enfant n’aime pas qu’on lui parle quand il joue.
  • Il dépense beaucoup d’argent dans les jeux vidéo, les accessoires et les nouvelles consoles. S’il doit le gagner lui-même, il fera preuve d’un grand désintérêt vis-à-vis des tâches qu’il doit remplir pour obtenir sa récompense.

Que faire quand les jeux vidéo se transforment en vice ?

Une fois que nous identifions un comportement nocif – même si ce n’est pas encore une addiction -, que devons-nous faire ? La première mesure, irrémédiable, doit être celle consistant à établir des limites. Fixez-lui des horaires de jeu qu’il devra respecter à tout prix.

 

Vous pouvez aussi appliquer un régime de tâches ménagères qu’il devra effectuer en échange de temps et d’argent pour jouer. De cette façon, vous développerez son sens de la responsabilité.

Une autre recommandation utile est de laisser la console de jeux dans un endroit visible de la maison. Ainsi, vous pourrez être plus attentif au temps qu’il passe à jouer et à son comportement. C’est aussi un bon conseil pour éviter que l’enfant ne joue en cachette ou choisisse des jeux avec un contenu inapproprié pour son âge.

enfants jouant à des jeux vidéo

Accompagnez-le dans ce processus

L’erreur la plus commune consiste à interdire ou à limiter une activité aux enfants sans en proposer une autre pour la remplacer. Par exemple, si vous dites à votre fils qu’il doit laisser ses jeux vidéo et ne lui proposez rien d’autre, il se dira que vous êtes contre uniquement par caprice.

Le mieux que vous puissiez faire est d’essayer de proposer des plans en famille, tous ensemble. Les après-midi de sport ou le camping peuvent éveiller son intérêt mais il faut aussi être attentif aux options qu’il propose. En réalité, vous pourriez lui demander ce qu’il veut faire.

 

Souvenez-vous que la persuasion est une arme beaucoup plus efficace que l’obligation et la punition. Par ailleurs, il s’agira d’une bonne excuse pour passer du temps de qualité ensemble.

Les jeux vidéo ne supposent pas un problème en soi quand les signaux mentionnés antérieurement ne se présentent pas. Au moment de l’enfance, il peut s’agir d’une façon d’exprimer leur enthousiasme pour quelque chose.

Au fur et à mesure que l’enfant grandira et développera d’autres centres d’intérêt, vous verrez comment il apprend à gérer son temps de jeu de façon distincte. Vous pourrez aussi voir comment il apprend à intégrer le domaine social dans les jeux vidéo, en organisant des après-midi de jeux avec des proches qui partagent cette passion ou avec des amis.

  • Alcántara Garrido, Mº. C. (2008). Los videojuegos y los efectos psicológicos en los adolescentes. Los videojuegos en la docencia. Innovación y experiencias educativas, Nº 4.
  • Fernández, L. C. (2011). Ocio Digital Activo. Beneficios y perjuicios a nivel social y psicológico. Lecturas: Educación física y deportes, (161), 9. https://dialnet.unirioja.es/servlet/articulo?codigo=4189899
  • Rodríguez, E. (2002). Jóvenes y videojuegos: espacio, significación y conflictos. Instituto de la juventud.
  • Salguero, R. T. (2001). La adicción a los videojuegos. Una revisión. Adicciones, 13(4), 407-413. http://es.adicciones.es/index.php/adicciones/article/view/555