Mon enfant ne communique pas ses émotions : que faire

Valider ce qu'un enfant ressent est l'une des principales clés pour lui apprendre à exprimer ses émotions avec confiance et sans peur. Découvrons comment mettre cela en œuvre.
Mon enfant ne communique pas ses émotions : que faire

Dernière mise à jour : 07 mai, 2022

Tout comme vous, les émotions entourent votre enfant au quotidien. Il ressent de la joie lorsqu’il gagne un tournoi, de la tristesse lorsqu’un de ses jouets se casse, de la colère lorsqu’on l’exclut d’un jeu et de l’ennui lorsqu’il n’a personne avec qui partager son temps.

Cependant, ces émotions sont souvent contenues et ne peuvent pas se révéler pour de multiples raisons. Certaines sont peut-être plus faciles à extérioriser, comme la joie, mais d’autres ne le sont pas aussi facilement.

En tant qu’adultes, nous pouvons sentir que quelque chose ne va pas chez notre enfant, mais nous ne savons pas toujours comment l’aider. Ou, lorsque nous essayons de le faire, nous nous heurtons à un mur. Voyons ce que nous pouvons faire lorsqu’un enfant ne communique pas ses émotions.

Comment puis-je aider mon enfant à exprimer ses émotions ?

Lorsque votre enfant ne sait pas comment communiquer ce qu’il ressent, il convient peut-être de vous demander si le climat de votre maison favorise cette expression.

Parfois, nous ne sommes pas conscients que certains des messages que nous leur transmettons désactivent l’expression des émotions. Par exemple, il est courant d’entendre « ce n’est pas si grave » ou « ne pleure pas, tu es trop grand pour cela », entre autres phrases banales. Bien que notre intention ultime ne soit pas de les apaiser mais de les réconforter, nous finissons par leur communiquer que nous ne laissons de la place qu’aux émotions positives.

De plus, nous devons savoir que nous sommes la principale référence dont disposent les enfants lorsqu’il s’agit de gérer ce qu’ils ressentent ; ils nous imitent et apprennent à se comporter à partir de nous.

Le contexte social et culturel dans lequel nous opérons déclenche également certains messages concernant la « légitimité » à se sentir d’une certaine façon. Personne ne se sent à l’aise quand il s’agit de pleurer en public, mais éclater de rire convient tout à fait… Cependant, nous devons essayer d’enseigner aux enfants qu’il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises émotions. Le comportement, c’est-à-dire la manière dont nous exprimons nos sentiments et dont nous nous adressons aux autres, peut néanmoins être décrit de cette manière.

D’autre part, il est nécessaire de reconnaître que tous les enfants ne sont pas identiques. Chacun a son style et nous devons les accompagner d’une manière particulière. Il y a des enfants qui utilisent un tourbillon de mots et de gestes pour exprimer ce qui leur arrive, tandis que d’autres ont besoin d’un « coup de pouce » pour commencer à communiquer ce qui leur arrive.

Connaître le petit garçon ou la petite fille que nous avons en face de nous est essentiel pour pouvoir mieux orienter nos stratégies. Bien sûr, l’âge est aussi un facteur déterminant, puisque les enfants apprennent petit à petit à nommer, identifier et intégrer leurs émotions. Sur ce chemin, les adultes sont les plus grandes références.

Mère parlant à son fils allongé sur le sol.
Garder un espace de dialogue ouvert, faire preuve d’empathie et parler franchement sont les meilleurs outils pour favoriser le développement de l’intelligence émotionnelle chez l’enfant.

Conseils pour aider votre enfant à communiquer ses émotions

En plus de faire preuve d’empathie envers les enfants et d’essayer de comprendre ce qu’ils ressentent, il existe quelques recommandations pour les aider à exprimer leurs émotions.

1. Utiliser des questions qui seront vues comme une déviation de certaines situations

Par exemple, comment s’est passée ta journée ? Quel a été ton moment préféré de la journée ? De cette façon, l’enfant peut dire ce qu’il veut quand il le veut.

De plus, nous pouvons générer une conversation en partageant ce qui nous arrive et en l’interrogeant avec : cela t’arrive-t-il parfois ? Cela t’est-il déjà arrivé ? Cela le motivera à consulter ses émotions intérieures et à mettre en pratique l’exercice de les extérioriser.

Par exemple, « il y a des jours où je ne veux pas parler à mes collègues parce que je me sens en colère. Cela t’est-il déjà arrivé ? »

2. Aidez votre enfant à identifier les sensations corporelles ou physiques de ses émotions

Cela peut également lui permettre de les reconnaître plus facilement. Vous pouvez briser la glace et dire quelque chose comme ceci : « Quand je me mets en colère, je ressens une très forte chaleur sur mon visage. » Ou encore : « Quand je suis nerveux, j’ai une boule dans la gorge, est-ce qu’il t’arrive la même chose ? Que ressens-tu ? »

3. Donnez-lui du temps, écoutez-le et apprenez à vous contenir

Souvent, nous voulons donner à nos tout-petits des solutions magiques ou des recettes qui n’ont pas grand-chose à voir avec ce dont ils ont vraiment besoin. Il s’agit plutôt de leur épargner la souffrance, au lieu de leur permettre d’apprendre à reconnaître ce qu’ils ressentent et de les guider pour trouver eux-mêmes une solution.

Par conséquent, lorsque vous constatez que votre enfant ne va pas très bien, écoutez ce qu’il a à dire et laissez-le faire.

4. Cherchez à mettre en œuvre ces recommandations de manière attractive

Les jeux, les histoires et les films sont des ressources très utiles pour atteindre cet objectif, car ils leur permettent de parler d’émotions à travers les personnages. Nous pouvons même être ceux qui lancent la conversation : « tu as vu comment le protagoniste a réagi quand cela lui est arrivé ? »

Mère jouant avec son fils pour élargir son vocabulaire.
Le jeu est un véhicule d’apprentissage et une activité enrichissante pour les enfants. Utilisez-le au profit de la communication et entamez un dialogue agréable avec vos enfants.

Validation des émotions : la voie vers une forte estime de soi

Lorsque nous entendons parler de l’importance d’exprimer ses émotions dès l’enfance, il s’agit de bien plus que d’ouvrir des espaces pour pleurer ou rire.

Il s’agit de permettre aux enfants d’être pleinement qui ils sont, de valider ce qu’ils ressentent et comment ils vivent leurs expériences, de développer la capacité d’apprendre par eux-mêmes et de se renforcer face à l’adversité.

C’est sans aucun doute la plate-forme sur laquelle reposent une bonne estime de soi et une meilleure qualité de vie. En effet, cela permet aux plus petits d’apprendre à être authentiques et de ne pas avoir à faire semblant d’être un personnage qui n’existe pas.

Le coût de la répression des émotions est très élevé. En plus de l’anxiété et de l’angoisse, cela nous empêche de nous connaître, nous piège dans des réponses rigides et dysfonctionnelles et nous conduit à ignorer le rôle le plus important des émotions : celui de nous montrer tels que nous sommes.

Cela pourrait vous intéresser ...
L’arbre des émotions : ce qu’il faut savoir
Être parents
Lisez-le dans Être parents
L’arbre des émotions : ce qu’il faut savoir

Découvrez comment un arbre des émotions peut vous aider à accompagner votre enfant dans sa croissance émotionnelle.



  • Heras Sevilla, Davinia , & Cepa Serrano, Amaya , & Lara Ortega, Fernando (2016). DESARROLLO EMOCIONAL EN LA INFANCIA. UN ESTUDIO SOBRE LAS COMPETENCIAS EMOCIONALES DE NIÑOS Y NIÑAS. International Journal of Developmental and Educational Psychology, 1(1),67-73.[fecha de Consulta 25 de Abril de 2022]. ISSN: 0214-9877. Disponible en: https://www.redalyc.org/articulo.oa?id=349851776008
  • Seitun, Maritchu (2013), Capacitación emocional para la familia, Grijalbo.