Les 5 problèmes de vue les plus courants chez les enfants

La détection précoce, la correction rapide et la stimulation des enfants ayant des problèmes de vue sont essentielles à leur bon développement.
Les 5 problèmes de vue les plus courants chez les enfants
Sandra Golfetto Miskiewicz

Rédigé et vérifié par la médecin Sandra Golfetto Miskiewicz.

Dernière mise à jour : 28 novembre, 2022

Bien qu’il existe de nombreuses maladies oculaires chez les enfants, les problèmes de vue les plus courants sont au nombre de cinq. Dans cet article, nous mentionnerons leurs caractéristiques et les signes qui peuvent nous faire soupçonner leur présence.

La vue est l’un des sens les plus importants pour le développement d’un enfant. C’est l’une des principales formes de communication avec le monde extérieur, surtout chez les plus petits. Pour cette raison, toute affectation de l’organe de la vision ou de sa connexion avec le cerveau peut être handicapante pour l’apprentissage et la croissance de l’enfant. Le diagnostic de ces pathologies doit se faire le plus tôt possible pour les corriger en temps opportun.

Découvrez les problèmes de vue les plus courants chez les enfants

Parmi les principaux problèmes visuels chez les enfants prédominent les troubles dits de réfraction, tels que la myopie, l’hypermétropie et l’astigmatisme. Dans ces cas, l’acuité visuelle est compromise. Nous allons dès maintenant vous dire quels sont les 5 problèmes de vue les plus courants chez les enfants.

1. Hypermétropie

L’hypermétropie est le trouble réfractaire le plus fréquent chez l’enfant. Il s’agit de l’incapacité à voir clairement les objets proches, puisque l’image est focalisée derrière la rétine. Ce problème peut être physiologique (normal) dans les premières années de la vie mais il disparaît à mesure que l’œil mûrit. Cependant, il existe des cas où cette condition persiste à vie. Les causes de ce trouble sont un œil trop petit ou une cornée trop plate et, comme la myopie, l’hypermétropie peut être héréditaire. Pour la détecter, il existe des signes tels que :

  • Lorsque l’on penche la tête en arrière pour s’éloigner de ce que l’on regarde.
  • Fatigue oculaire après avoir effectué diverses activités.
  • On louche pour focaliser l’image.
  • On préfère réaliser des activités de plein air telles que la lecture, le dessin ou l’écriture.

2. Myopie

La myopie est l’un des troubles les plus courants chez les enfants prématurés et peut être héréditaire. Regarder les écrans de très près peut être un des signes pour la détecter.

C’est le trouble le plus fréquent chez les prématurés. Il s’agit de l’incapacité à voir clairement les objets éloignés parce que l’image est focalisée devant la rétine. Elle se manifeste généralement vers l’âge de 6 ans. Les causes de la myopie sont un œil trop long ou une cornée trop courbée. Il y a aussi une composante héréditaire importante. Voici quelques signes qui permettent de la détecter :

  • Regarder les écrans ou les objets de très près.
  • Plisser les yeux pour bien focaliser.
  • Diminution du rendement scolaire, surtout si l’enfant est assis loin du tableau.
  • Préférer des activités pour lesquelles l’utilisation de la vision de près est requise.
  • Maux de tête après avoir fait un effort visuel.

3. Astigmatisme

Avec ce trouble, les images se focalisent dans la rétine de manière déformée, à la fois de près et de loin. Cette condition peut être associée à la myopie ou à l’hypermétropie. Elle survient lorsqu’il y a une cornée elliptique ou légèrement sphérique, c’est-à-dire plus incurvée dans un axe que dans l’autre, ce qui provoque une vision floue à n’importe quelle distance. Voici d’autres symptômes de ces troubles :

  • Degré accru de maladresse attendu, comme se cogner constamment contre des objets ou renverser des choses.
  • Fermer les yeux à plusieurs reprises, les frotter ou mettre la main devant l’un des deux.

4. Strabisme

Le strabisme est une affection oculaire caractérisée par une déviation anormale d’un ou des deux yeux. Normalement, lorsque l’enfant voit des objets dans l’espace avec les deux yeux, il fusionne les deux images au niveau du cerveau. C’est ce qu’on appelle la vision binoculaire. En revanche, dans le strabisme, les yeux sont incapables de regarder simultanément. Cette déviation peut être horizontale (vers l’extérieur ou l’intérieur) ou verticale (vers le haut ou le bas). Ce trouble peut se manifester comme suit :

  • Désalignement évident des yeux.
  • Les yeux ne bougent pas dans la même direction.
  • L’enfant incline ou tord la tête pour regarder des points spécifiques, il peut donc développer un torticolis.
  • Il ferme ou se couvre un œil pour voir.
  • Il a une mauvaise perception de la profondeur des objets.

Strabisme infantile et acquis

Le strabisme peut être infantile (avant 6 mois) ou acquis (après 6 mois de vie) et peut présenter certains facteurs de risque :

  • Antécédents familiaux.
  • Troubles génétiques (syndrome de Down et syndrome de Crouzon).
  • Exposition prénatale aux drogues et à l’alcool.
  • Prématurité.
  • Faible poids à la naissance.
  • Paralysie cérébrale.

Le cas particulier du strabisme acquis peut être dû à des troubles réfractaires, des tumeurs, des traumatismes crâniens, des troubles neurologiques (paralysie cérébrale, spina bifida, paralysie du troisième, quatrième ou sixième nerf crânien) et des infections virales (encéphalite ou méningite).

Faux strabisme

Il est important de savoir faire la différence quand il s’agit d’un pseudo-strabisme ou faux strabisme. Dans ces cas, il n’y a pas d’atteinte oculaire mais l’apparence de l’enfant semble l’indiquer car l’arête du nez est très large et les plis palpébraux qui se prolongent vers le nez sont proéminents. Cela donne l’impression que les yeux sont rapprochés ou tournés vers l’intérieur.

Dans l’amblyopie, le cerveau ne peut pas traiter deux images différentes: il supprime donc celle qui est la moins claire et c’est ainsi que se génère le soi-disant œil paresseux. Un cache-œil est généralement utilisé pour son traitement.

5. Amblyopie (œil paresseux)

L’amblyopie survient lorsque la vision d’un œil est affectée par une défaillance de la communication nerveuse sensorielle entre l’œil et le lobe occipital du cerveau. En effet, lorsqu’il y a strabisme, le cerveau n’est pas capable de traiter deux images différentes. Pour cette raison, un effet compensateur se produit, qui consiste à supprimer l’image la moins nette, c’est-à-dire celle de l’œil strabique, et un œil paresseux se génère. Si cela n’est pas corrigé avant l’âge de 9 ans, la perte de vision de cet œil est généralement irréversible.

Autres problèmes de vue chez les enfants

D’autres pathologies moins fréquentes, mais ayant toujours un impact significatif sur la vie des enfants qui en souffrent, sont celles mentionnées ci-dessous :

  • Cataractes : c’est l’opacité partielle ou totale du cristallin.
  • Nystagmus : il s’agit des mouvements involontaires des yeux en va-et-vient, rythmés et répétés.
  • Glaucome congénital : il est causé par des malformations du trabéculum, du muscle ciliaire et de l’iris, qui provoquent une augmentation de la pression intraoculaire et peuvent entraîner des modifications de la structure normale de l’œil.
  • Leucocorie : c’est un signe clinique où, au lieu d’une pupille noire, on remarque une pupille avec un reflet blanchâtre lorsqu’elle est exposée à la lumière.
  • Abrasion cornéenne : c’est une blessure ou une égratignure de la cornée par n’importe quel objet. La guérison se fait généralement rapidement et spontanément, mais cela dépend de la gravité de la blessure.
  • Rétinoblastome : la tumeur oculaire la plus fréquente chez l’enfant.

Il n’est jamais trop tôt pour détecter un problème de vue !

Tous les enfants doivent subir une évaluation ophtalmologique avant de commencer l’école ou même avant, si le problème visuel est important. Bien que les problèmes de vue les plus fréquents puissent être corrigés, ils ont un impact psychosocial important sur les plus jeunes. Il faut prendre en compte que la capacité d’adaptation des enfants est impressionnante : beaucoup développeront donc leurs autres sens pour compenser celui qui est limité.

Il faut se rappeler que lorsqu’il existe des maladies ou certaines limitations de santé, cela n’affecte pas seulement les enfants mais aussi leur environnement familial. Les membres de ce cercle devront également apprendre à gérer cette condition afin de fournir le meilleur soutien possible. Le point clé est la détection précoce et la correction des problèmes visuels. À tout cela, on peut ajouter la stimulation précoce des enfants qui en souffrent afin que leur développement soit le plus adéquat possible.

Cela pourrait vous intéresser ...
Enfants avec une déficience visuelle
Être parents
Lisez-le dans Être parents
Enfants avec une déficience visuelle

De nombreux enfants ont une déficience visuelle. Certains d'entre eux naissent avec cette déficience tandis que d'autres l'acquièrent avec le temps...



  • Salt A and Sargent J. Common visual problems in children with disability. Arch Dis Child. 2014 Dec; 99(12): 1163–1168.
  • Garzón-Rodríguez MC et al. Causas de la baja visión en los niños: revisión sistémica. Archivos de la Sociedad Española de Oftalmología. July 2022. doi: https://doi.org/10.1016/j.oftal.2022.06.004
  • Khazaeni LM. Estrabismo. MSD Manuals. [Última actualización: feb 2022; citado: 7 septiembre 2022].
  • Moguel-Acheita S. Nistagmo en niños: alternativas de tratamiento (Primera de dos partes). Revista Mexicana de Pediatría. 2012:79(5);240-243.
  • Rosello A et al. Estimulación temprana en niños con baja visión. Revista Habanera de Ciencias Médicas 2013;12(4):659-670

Le contenu d'Être Parents est uniquement destiné à des fins éducatives et informatives. Il ne remplace à aucun moment le diagnostic, les conseils ou le traitement d'un professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.