Les pires préjugés envers les enfants uniques

Parfois, nous parlons sans trop réfléchir. Les préjugés, pourtant faux, envers les enfants uniques sont courants, quels sont-ils?
Les pires préjugés envers les enfants uniques

Dernière mise à jour : 25 janvier, 2023

Lorsqu’un couple décide d’avoir un seul enfant, les choses sont généralement très différentes d’élever plusieurs enfants en même temps. En effet, non seulement ils peuvent consacrer plus de temps, d’énergie et d’argent à leur petit, mais ils lui donnent aussi tout leur amour. À cause de cela, il y a des préjugés que les parents d’enfants uniques n’aiment pas qu’on leur dise. Par exemple, que leurs enfants sont “gâtés et égoïstes”.

L’être humain aime parler sans connaître avec certitude les réalités des familles. Les préjugés demeurent encore beaucoup à propos des enfants uniques. Aujourd’hui, nous vous présentons quelques-uns de ces jugements de valeur qui sont généralement exprimés à la légère lorsque vous avez un enfant unique.

5 préjugés envers les enfants uniques

Les commentaires non sollicités de la famille, des amis et des étrangers sont souvent très bouleversants lorsqu’ils se basent sur des idées personnelles éloignées de la réalité des enfants. Pour cette raison, il n’est pas surprenant que des situations inconfortables surviennent lorsque les parents se plaignent du “dommage” qu’ils font à leur enfant unique quand ils ne veulent pas avoir d’autres enfants.

Une mère qui embrasse sa fille.

Le nombre d’enfants qu’un couple décide d’avoir est quelque chose qui ne concerne que lui. Puisqu’en fin de compte, ce sont les parents qui prendront soin de leur bien-être physique et émotionnel. Et non les personnes qui ne font que donner leur avis sans avoir conscience du poids de leurs paroles. En effet, les préjugés sont non seulement très désagréables, mais étiquettent aussi les enfants dans des idées qui ne leur appartiennent pas. Enfin, ils peuvent venir conditionner leur personnalité. Voici donc cinq préjugés envers les enfants uniques.

1. Ce sont des enfants qui ne savent pas partager

L’un des clichés les plus classiques pour juger de la décision de n’avoir qu’un enfant est qu’ils n’ont pas la capacité naturelle de partager. Un préjugé basé sur la raison fondamentale que, n’ayant pas de frères et sœurs, ils ne savent pas ce que c’est que de partager un jouet ou de se disputer l’attention de leurs parents.

Cependant, s’il est vrai que les enfants avec des frères et sœurs doivent apprendre à partager leurs biens, la vérité est qu’être généreux est étroitement lié aux valeurs et à l’exemple qui est donné à la maison. Par conséquent, généraliser et dire que tous les enfants uniques sont égoïstes est quelque chose qui est loin de la réalité d’un foyer responsable dans la plupart des cas.

2. Les enfants uniques sont timides et solitaires

Le fait qu’un couple décide consciemment d’avoir un seul enfant ne signifie pas qu’il se verra refuser la possibilité de socialiser avec d’autres enfants. Les cousins, les enfants d’amis et les camarades de classe sont là pour l’aider à être amical et sociable.

Il est important de noter que certains petits ont déjà une personnalité timide et il n’y a rien de mal à cela. Ce n’est même pas lié au fait qu’ils aient ou non des frères et sœurs. Par conséquent, dire ces commentaires à la légère ne fait que rendre les enfants mal dans leur peau. Et blesse leur estime de soi.

3. Les enfants uniques sont dépendants de leurs parents

Lorsque la parentalité positive basée sur l’amour, le respect et les limites est présente, les enfants apprennent généralement à être autonomes et solidement attachés à leurs parents. Pour cette raison, généraliser que tous les enfants uniques sont précaires et dépendants est une grave erreur basée sur la désinformation. Puisque la confiance et l’estime de soi se cultivent depuis chez soi.

4. Ce sont des enfants gâtés qui ne savent pas socialiser

L’une des idées fausses autour des enfants uniques est qu’ils sont extrêmement gâtés et narcissiques. Ce préjugé leur cause des problèmes de socialisation. C’est parce qu’ils n’ont pas de frères et sœurs avec qui partager au quotidien.

Deux enfants qui jouent.

Heureusement, ce préjugé est loin d’être vrai et la science le confirme. En effet, une étude récente intitulée “La fin d’un stéréotype : les enfants uniques ne sont pas plus narcissiques que les enfants avec des frères et sœurs” a montré que les enfants uniques ne présentent pas de différences dans leur niveau d’extraversion, de maturité, d’autonomie et de capacité de leadership par rapport aux enfants qui grandissent avec des frères et sœurs.

5. Les enfants uniques s’ennuient et ont besoin d’avoir de la compagnie

Il est vrai qu’avoir des frères et sœurs peut être une excellente source de divertissement pour la plupart des enfants. Mais cela ne signifie pas que les enfants uniques s’ennuient au quotidien. De plus, ces petits ont généralement une imagination et une créativité très actives.

Éviter de reproduire ces préjugés sur les enfants uniques

Lorsque les parents prennent la décision de n’avoir qu’un seul enfant, leur famille, leurs amis et leurs proches doivent la respecter. En effet, malgré le fait que la plupart de ces jugements de valeur sont prononcés à la légère et sans intention d’offenser, la vérité est qu’ils génèrent de l’inconfort dans la plupart des cas.

Essayez donc de les éviter et de ne pas utiliser ces préjugés puisque ce n’est pas de votre vie dont il s’agit. Rappelez-vous que chaque famille est différente et que les idées fausses du passé ne peuvent être généralisées.

Cela pourrait vous intéresser ...
L’intérêt d’avoir un enfant unique pour les familles
Être parents
Lisez-le dans Être parents
L’intérêt d’avoir un enfant unique pour les familles

Pour différentes raisons, des familles ont aujourd'hui un enfant unique. Outre les aspects pratiques, il présente des avantages sur le plan adminis...



  • Carrillo-Pérez, R. (2016). Resolución de conflictos: hacia una cultura de paz en niños de primaria. Ra Ximhai12(3), 195-205. Recuperado de:  https://www.redalyc.org/pdf/461/46146811012.pdf
  • Dufner, M., Back, M. D., Oehme, F. F., & Schmukle, S. C. (2020). The End of a Stereotype: Only Children Are Not More Narcissistic Than People With Siblings. Social Psychological and Personality Science11(3), 416–424. Recuperado de: https://doi.org/10.1177/1948550619870785
  • Garrido-Rojas, L. (2006). Apego, emoción y regulación emocional. Implicaciones para la salud. Revista latinoamericana de psicología38(3), 493-507. Recuperado de: https://www.redalyc.org/pdf/805/80538304.pdf
  • Jiao, S., Ji, G., Jing, Q., & Ching, C. C. (1986). Comparative study of behavioral qualities of only children and sibling children. Child Development, 357-361. Recuperado de: https://www.jstor.org/stable/1130591?seq=1

Le contenu d'Être Parents est uniquement destiné à des fins éducatives et informatives. Il ne remplace à aucun moment le diagnostic, les conseils ou le traitement d'un professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.