Les effets de l'invalidation émotionnelle sur les enfants

Lorsque vous invalidez les émotions de votre enfant, vous le faites se sentir seul, inadéquat et incompris. Nous allons vous expliquer comment éviter cela.
Les effets de l'invalidation émotionnelle sur les enfants
Elena Sanz Martín

Rédigé et vérifié par la psychologue Elena Sanz Martín.

Dernière mise à jour : 30 décembre, 2022

Les enfants dépendent entièrement de leurs parents pour survivre et se développer correctement. Ils ont besoin de nourriture, d’hygiène, de sécurité et d’un abri. Mais ils ont aussi besoin d’adultes capables de répondre à leurs besoins affectifs, d’être sensibles à leurs états intérieurs et de les aider à prendre confiance en eux et dans le monde. Pour cette raison, nous voulons vous parler des effets de l’invalidation émotionnelle chez les enfants.

Il peut être difficile pour les parents de la mettre en œuvre avec leurs enfants, car ils ne l’ont peut-être pas non plus reçue de leurs propres parents. Ainsi, il peut s’agir d’adultes qui n’ont pas appris à gérer leurs propres émotions, à leur accorder l’importance qu’elles méritent et à s’y rapporter de manière appropriée. Ils ne peuvent donc pas donner à leurs enfants ce qu’ils n’ont pas.

Cependant, il est toujours possible d’acquérir cette compétence indispensable qui améliorera leur propre bien-être et, surtout, fera en sorte que les enfants grandissent en se sentant importants, précieux, aimés et soutenus par leurs figures de référence.

Qu’est-ce que l’invalidation émotionnelle ?

Valider une émotion, c’est faire savoir à l’enfant qu’il a le droit de ressentir cela et de l’exprimer. Cela semble simple, mais c’est plus compliqué qu’il n’y paraît puisque nous vivons dans une société qui nous encourage à nous réprimer constamment. Par exemple, pleurer est considéré comme une faiblesse ; la peur est un symbole de lâcheté ; et se mettre en colère et frustré semble interdit dans un monde rempli de messages promouvant le positivisme toxique.

Lorsque les enfants expriment de la colère, de la rage, du dégoût, de la tristesse ou de la peur, bien souvent, au lieu de les accompagner et de les guider dans leurs sentiments, les adultes agissent d’une manière qui n’est pas la plus appropriée.

Comment l’invalidation émotionnelle se présente-t-elle au quotidien ?

Croyez-le ou non, il est possible qu’à plus d’une occasion, vous ayez invalidé les émotions de votre enfant. Vous n’aviez sûrement pas de mauvaises intentions et peut-être l’avez-vous fait sans vous en rendre compte. Mais pour que cela ne se reproduise plus, voici quelques signes de ce à quoi ressemble cette invalidation :

  • Vous ôtez de l’importance à ce que votre enfant ressent : vous le minimisez ou vous n’êtes pas capable de mesurer l’impact que cela a sur lui. Par exemple, s’il s’énerve parce que son frère a pris un jouet, vous lui dites « ce n’est pas grave, tu exagères toujours ».
  • Vous associez des adjectifs négatifs à cette émotion : par exemple, lorsque vous les qualifiez de faibles ou de bébés parce qu’ils pleurent ou parce qu’ils ont peur d’une nouvelle situation.
  • Vous essayez de lui faire cesser d’exprimer cette émotion : au lieu de lui permettre de la ressentir, vous voulez qu’il la réprime ou qu’il change immédiatement d’humeur. Par exemple, lorsque vous lui dites « arrête de pleurer » ou lorsque vous essayez de le distraire ou de changer de sujet ou d’activité pour qu’il oublie à quel point il se sentait mal.
  • Vous donnez des ordres, des directives ou des solutions au lieu de l’accompagner : par exemple, s’il vous dit qu’il s’est disputé avec un camarade de classe et que votre réponse est « excuse-toi », avant même de demander à votre enfant comment il se sent et de l’aider avec ça.

Les conséquences de l’invalidation émotionnelle chez les enfants

L’invalidation des émotions des enfants a des conséquences à court et à long terme car elle entrave leur développement psychologique et social. Certaines des plus importantes sont développées ci-dessous.

Ils peuvent devenir des personnes soumises, dépendantes et complaisantes

Dès leur plus jeune âge, les enfants ont appris que leurs émotions négatives mettaient leurs adultes de référence mal à l’aise. Par conséquent, ils apprennent à tout faire pour leur plaire et cette attitude se répercutera dans leurs relations futures.

Ils se déconnectent d’eux-mêmes et de leurs besoins

Parce qu’on leur a appris que leurs émotions sont mauvaises, ils ne peuvent pas les utiliser comme boussole pour déterminer ce qu’ils veulent, ce qu’ils craignent, ce qui les motive ou ce dont ils ont besoin. Pour la même raison, ils finissent par ne pas savoir qui ils sont vraiment et il peut leur être difficile de prendre des décisions et d’être fermes.

Lorsque les émotions sont invalidées, les enfants peuvent se déconnecter d’eux-mêmes, devenir soumis et avoir honte de leur vulnérabilité.

Ils ont honte de leur vulnérabilité

Parce qu’ils ont été rejetés ou ridiculisés en se montrant vulnérables, ils apprennent à se réprimer et à arrêter de le faire. Ainsi, ils ont tendance à cacher ce qu’ils ressentent, à paraître forts et à être excessivement indépendants. Cela peut leur compliquer le fait d’établir des relations solides et profondes avec d’autres personnes.

Ils n’apprennent pas à réguler et à gérer leurs émotions

Puisqu’il n’y a pas d’adulte pour les accompagner dans le processus, ils peuvent se sentir dépassés par n’importe quelle circonstance défavorable et réagir de manière inappropriée. Il existe même un risque accru de développer un trouble de la personnalité borderline.

Ils grandissent avec une faible estime de soi

Face à l’invalidation émotionnelle, les enfants se sentent mal aimés, non acceptés et inadéquats. Cela est dû au fait qu’ils n’ont pas reçu cet amour et cette acceptation inconditionnels de la part de leurs principaux adultes de référence. Ainsi, il peut également y avoir une distance émotionnelle avec leurs parents en raison d’un manque de confiance et même d’un ressentiment.

Apprenez à valider et accompagner les émotions de votre enfant

Comme vous pouvez le constater, l’invalidation émotionnelle chez l’enfant a des effets importants et il faut l’éviter au maximum. Pour ce faire, assurez-vous d’accepter toutes les émotions que votre enfant exprime sans les juger ni les censurer. Permettez-lui de ressentir, de s’exprimer et de comprendre pourquoi il se sent ainsi. Aidez-le à comprendre, à nommer ses émotions et à les gérer correctement.

Ce faisant, vous l’aiderez à construire sa confiance en lui, à apprendre à nouer de bonnes relations avec les autres et, surtout, à savoir naviguer dans ce monde émotionnel qui l’accompagnera toute sa vie.



  • Krause, E. D., Mendelson, T., & Lynch, T. R. (2003). Childhood emotional invalidation and adult psychological distress: The mediating role of emotional inhibition. Child abuse & neglect27(2), 199-213.
  • Selby, E. A., Braithwaite, S. R., Joiner, T. E., Jr., & Fincham, F. D. (2008). Features of borderline personality disorder, perceived childhood emotional invalidation, and dysfunction within current romantic relationships. Journal of Family Psychology, 22(6), 885–893.

Le contenu d'Être Parents est uniquement destiné à des fins éducatives et informatives. Il ne remplace à aucun moment le diagnostic, les conseils ou le traitement d'un professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.