Le brainstorming pour réaliser des travaux de groupe

09 avril, 2020
La technique du brainstorming est très utile pour que les étudiants réalisent des travaux de groupe de manière efficace.
 

La technique du brainstorming, aussi connue comme « remue-méninges », est un outil de travail collectif qui facilite le processus de génération d’idées nouvelles et originales liées à un thème donné. Pour autant, il est nécessaire de créer un climat détendu qui permette la coopération entre tous les membres d’un même groupe.

Cette technique peut s’avérer très enrichissante pour les élèves, autant dans un contexte académique que personnel.

« Aucun d’entre nous n’est aussi bon que tous ensemble ».

– Ray Kroc –

Les bénéfices du travail de groupe

L’apprentissage coopératif est défini par Johnson, Johnson et Holuec comme :

« L’emploi didactique de groupes réduits dans lesquels les élèves travaillent de forme collaborative pour maximiser leur propre apprentissage et celui des autres. »

Le travail de groupe et l'apprentissage coopératif

Pour autant, on peut dire que les travaux de groupe servent à ce que les élèves coopèrent et collaborent entre eux dans le but d’atteindre un objectif commun. L’usage de cette méthodologie didactique dans la salle de classe apporte de nombreux bénéfices chez les étudiants :

 
  • Favorise le sentiment d’appartenance et la cohésion du groupe.

  • Stimule une coexistence positive.

  • Encourage l’autonomie et l’indépendance.

  • Permet d’apprendre et mettre en pratique certaines valeurs éthiques.

  • Influence l’amélioration de la capacité communicationnelle, qui sera plus ouverte et fluide.

  • Promeut l’inclusion, le respect mutuel et l’acceptation des autres.

  • Favorise un meilleur apprentissage et une meilleure performance académique.

  • Augmente la productivité.

  • Stimule les capacités sociales.

  • Permet le développement d’une plus grande estime de soi et d’un concept de soi personnel.

  • Promeut l’équilibre et le bien-être psychologique et social.

  • Favorise la capacité d’évaluation et régulation de l’apprentissage.

  • Permet d’acquérir et mettre en pratique les capacités à prendre des décisions.

Pour tout cela, il est pratique d’enseigner aux enfants, dès le plus jeune âge, à réaliser des travaux d’équipe. Pour faciliter ce processus, il est possible de leur enseigner des techniques collectives, comme le brainstorming.

Le brainstorming pour réaliser des travaux de groupe

Avant de mettre en pratique la technique du brainstorming il faut avoir à l’esprit trois règles basiques :

  • Toutes les idées sont valides. On ne refuse ni n’élimine aucune idée proposée par les participants du groupe, même si elles peuvent paraître absurdes. De plus, il est totalement interdit de critiquer ou de se moquer.

  • Il faut écouter activement et noter toutes les propositions qui surgissent, dans le but de les améliorer, mais sans entrer dans le jugement.

  • Il faut agir rapidement. Pour cela, il faut éviter de s’attarder dans des débats, des disputes ou des explications. Il s’agit de proposer le maximum d’idées possibles sur le sujet.

« Écoute sans juger, parle sans offenser et observe sans mépriser. Trois valeurs qui te rendront plus juste envers les autres. »

Le brainstorming comme outil de travail de groupe
 

Étapes pour mener à bien la technique du brainstorming

Quand on mène à bien la technique du brainstorming ou remue-méninges pour réaliser des travaux de groupe, il faut suivre les différents étapes :

  1. On définit le sujet du travail de groupe.

  2. Les membres du groupe participent en proposant le plus grand nombre d’idées qui leur vient à la tête pendant un temps déterminé pour l’élaboration du travail.

  3. L’un des membres du groupe note toutes les suggestions que l’on cite.

  4. Une fois le temps donné terminé – ou les idées épuisées – on lit toutes les propositions à voix haute.

  5. On débat en groupe pour choisir les meilleures propositions et l’information qui peut être la plus utile pour réaliser le travail.

Quand on termine le brainstorming, les étudiants auront une grande variété d’idées pour répondre aux questions qu’ils doivent inclure dans le travail. Au cas où cela serait nécessaire, il faut essayer d’améliorer les idées sélectionnées. Enfin, sur le document qui servira à rédiger le travail collectif, il est utile de faire un script avec les points que l’on inclura.

 
  • Fernández de Haro, E. (2010). El trabajo en equipo mediante aprendizaje cooperativo. Universidad de Granada: Departamento de Psicología Evolutiva y de la Educación.
  • Johnson, D.W. y Johnson, R.T. (1994). Learning Together and Alone. Cooperative, Competitive and Individualistic Learning. Englewood Cliffs, New Jersey: Prentice-Hall, Inc.
  • Johnson, D. W., Johnson, R. T. y Holubec, E. J. (1994). The nuts and bolts of cooperative learning. Interaction Book Co.