La pré-éclampsie postpartum : les causes

29 avril 2019
Voici tout ce dont vous avez besoin de savoir sur les symptômes, les causes, les risques et le diagnostic de la pré-éclampsie post-partum.

La pré-éclampsie postpartum est l’une des conditions les plus délicates qu’une femme puisse vivre. Celle-ci n’est pas très courante. Il est néanmoins nécessaire de prendre des mesures de prévention et de reconnaître les symptômes en temps voulu pour recevoir le traitement approprié.

Ces symptômes peuvent se présenter juste après l’accouchement et ils peuvent durer entre un et trois mois.

« La hausse de tension postpartum est plus fréquente pendant les trois à six jours après l’accouchement, quand la plupart des patientes sont sorties de l’hôpital. Une hausse significative de la tension artérielle peut être dangereuse -elle peut, par exemple, provoquer un accident vasculaire cérébral. Néanmoins, on dispose de peu d’informations sur la manière de prévenir ou de traiter cette pathologie ».
-Guillermo Hernández, Ernesto , Jenner Martínez, Manuel Lomelí-

Nous devons d’abord définir la pré-éclampsie postpartum comme une maladie liée à la tension artérielle élevée, tout comme la pré-éclampsie pendant la grossesse.

Il est important de souligner que cette condition doit être traitée immédiatement pour éviter le risque de problèmes cardiovasculaires. Nous pouvons, entre autres, mentionner les dégâts causés aux vaisseaux sanguins et aux veines ainsi que les maladies cardiovasculaires à long terme.

Signes et symptômes de la pré-éclampsie postpartum

  • Hausses soudaines de la tension artérielle. Le seuil de 140/90 (14,9) est dépassé.
  • Une concentration de plus de 300 mg de protéine dans l’urine.
  • Perte soudaine et temporaire de la vue. On peut également présenter une hypersensibilité à la lumière, une faiblesse, de la fatigue et des états de conscience altérés.
  • Prise de poids soudaine et importante. Par exemple, de 500 grammes à un kilo par semaine en suivant un régime équilibré. On peut également présenter des nausées et des vomissements.
  • Oedème des extrémités et du visage.
  • Douleurs abdominales.
  • Douleurs en respirant.

Lisez également :
Saignement post-partum : de quoi s’agit-il ?

Prise de tension

Les causes de la pré-éclampsie postpartum

Les médecins et les scientifiques ne sont pas encore parvenu à trouver la cause définitive de cette condition. Néanmoins, l’explication la plus viable est qu’elle survient chez des femmes qui ont souffert de pré-éclampsie pendant leur grossesse, y compris sans le savoir.

Un autre facteur qui peut favoriser l’apparition de la maladie concerne les antécédents familiaux de cette même maladie.

D’autres facteurs de risques sont :

  • La hausse de tension artérielle à partir de la vingtième semaine de grossesse.
  • Les grossesses qui surviennent avant 20 ans ou après 40 ans.
  • L’obésité ou le surpoids.
  • Les grossesses multiples.

Les complications associées à la pré-éclampsie postpartum

  • Cette condition possède des symptômes très similaires à la pré-éclampsie. La grande différence réside dans le fait qu’elle peut entraîner des épisodes de convulsion et des dégâts irréversibles dans les organes vitaux, tels que le cerveau ou les reins. Dans le pire des cas, elle peut entraîner la mort ou un coma.
  • Thromboembolisme veineux. Cette maladie consiste en l’apparition simultanée de deux pathologies : la thrombose veineuse et l’embolie pulmonaire. On éprouve des difficultés à respirer, des douleurs dans la poitrine, de la fièvre et l’impossibilité de mener une vie normale.
  • Oedème pulmonaire. Cette maladie affecte gravement le système respiratoire. On présente une accumulation de liquides dans les tissus et les cavités pulmonaires. On peut l’identifier grâce à l’expulsion de sang en toussant, l’anxiété, la transpiration excessive et les difficultés à respirer.

Comment la diagnostique-t-on et quel est le traitement ?

  • Analyses de sang. À l’aide de ces analyses, on contrôle le bon fonctionnement du foie et des reins. On vérifie également que la femme possède une bonne numération plaquettaire. Les plaquettes sont les cellules qui régulent la coagulation dans le système circulatoire et qui peuvent sauver la vie en cas d’hémorragie.
  • Analyses d’urine. Avec ce type d’analyses, on détermine la concentration de protéine dans l’urine. Une quantité supérieure à 300 mg est un signal d’alarme. 
Une prise de tension

En ce qui concerne le traitement de la pré-éclampsie postpartum, il faut souligner qu’en règle générale, elle nécessite la prise de médicaments. Le traitement doit se concentrer sur la suppression des épisodes convulsifs, sur la réduction de la tension artérielle et la régulation de la composition de l’urine.

Vous savez désormais comment identifier les symptômes de la pré-éclampsie postpartum et les conséquences qu’elle entraîne si elle est ignorée. Votre corps est plus vulnérable après la naissance de votre bébé.

C’est pourquoi il est si important d’écouter les signes qu’il vous envoie. Votre première préoccupation doit être votre santé, pour pouvoir ainsi prendre soin de votre enfant et de votre famille.