Saignement post-partum : de quoi s’agit-il ?

· 2 mars 2019
Bien que le saignement post-partum ne survienne chez toutes les femmes après avoir accouché, ses complications sont totalement évitables et n'entraînent généralement pas de problèmes. Cependant, il est important que vous sachiez comment affronter ces moments.

Le saignement post-partum est l’une des conséquences de l’accouchement. Lorsqu’il est présent en faible quantité, il s’agit d’un processus normal qui peut être traité à la maison. Néanmoins, on peut assister à certaines complications si le flux est trop abondant. Nous vous expliquons tout à ce sujet.

Également dénommée « lochies », cette expulsion de sang est abondante dans les deux ou trois premiers jours. Elle diminue ensuite avec le temps. Le phénomène peut durer jusqu’à deux semaines.

Il s’agit d’un processus tout à fait normal. En effet, les restes qui se trouvent dans l’utérus après la naissance sont ainsi expulsés. Entre autres, on y trouve du mucus cervical, des restes placentaires et les sécrétions de la cicatrisation.

Afin que cette expulsion soit plus efficace, l’organisme génère de légères contractions. Elles durent un jour ou deux après l’accouchement. Leur but est de contribuer à ce processus de « nettoyage ».

Trois phases du saignement post-partum

Les trois phases du saignement post-partum sont :

  • Première phase. On observe des lochies rougeâtres. Celles-ci contiennent des cellules épithéliales, des leucocytes et parfois, le lanugo (un fin duvet recouvrant le foetus). Cela se produit dans les deux ou trois premiers jours après l’accouchement. Le flux peut être constant ou par intervalles. Il est également possible qu’il contienne des caillots.
  • Deuxième phase. Les lochies séro-sanglantes sont expulsées. Cela survient entre le troisième et le dixième jour du bébé. Elles contiennent des érythrocytes, des leucocytes et un exsudat séreux.
  • Troisième phase. Ce sont désormais des lochies blanches ou jaunâtres qui seront expulsées après la deuxième semaine post-accouchement. Leur couleur est due au fait qu’elles sont principalement composées de leucocytes.

Soins pendant le saignement post-partum

Si vous vous demandez ce que vous devez faire pour surmonter cette étape sans problème, voici quelques conseils :

  • Prendre des douches et non des bains. Vous pourrez ainsi prévenir les infections. Appliquer de l’eau en abondance.
  • Utiliser des compresses post-partum pour stériliser la zone.
  • L’usage de tampons n’est pas permis.
  • Être très attentive aux symptômes comme la fièvre. En effet, ils pourraient indiquer une infection.
  • En vous rendant à l’hôpital ou aux bilans médicaux, emmener un sac avec des éléments d’hygiène. Après l’accouchement, il est recommandé de porter des serviettes hygiéniques spécial post-partum pour éviter les fuites.

« Le saignement post-partum est un processus tout à fait normal. En effet, les restes qui se trouvent dans l’utérus après la naissance sont ainsi expulsés. »

Quand le saignement se transforme en hémorragie

Lorsque la quantité de sang perdu par une femme après l’accouchement dépasse les 500 mL, les spécialistes ne parlent plus de saignement post-partum mais d’hémorragie post-partum. Lors d’une césarienne, ce paramètre s’élève à 1000 mL.

Cela peut se produire dans les premières 24 heures de la période post-natale. On dénomme ce phénomène « hémorragie post-partum précoce ». Après 24 heures, on appelle cela une hémorragie post-partum tardive. Cette dernière est beaucoup plus rare que la première.

Lisez également :
Hémorragies utérines : tout ce qu’il faut savoir

Une femme éprouve des douleurs abdominales

Causes de l’hémorragie post-partum

Une des causes de l’hémorragie post-partum -sans doute la plus inquiétante- peut être une atonie utérine. Celle-ci consiste en l’absence de contractions après la naissance.

Une fois que le bébé et le placenta ont été expulsés, l’utérus -par le biais d’une contraction importante- referme les vaisseaux sanguins utérins. Cela permet de réduire le saignement au minimum.

Quand cela ne se produit pas, les risques pour la mère sont importants. Les médecins doivent agir vite pour freiner l’hémorragie. Elle peut parfois être très intense et mettre en danger la vie de la mère.

D’autres facteurs peuvent également être à l’origine de l’hémorragie :

  • Traumatismes. Si des tissus ou des vaisseaux sanguins se déchirent pendant l’accouchement, le saignement est une conséquence évidente.
  • Rétention de tissu. Cela se produit lorsque des fragments de placenta voire de foetus restent accrochés à l’utérus.
  • Troubles de la coagulation. Ils peuvent être entraînés par des troubles comme la pré-éclampsie.

Traitement

Les saignements excessifs immédiatement après l’accouchement sont parfaitement évitables. La méthode consiste ainsi à administrer des médicaments utérotoniques tels que l’ocytocine ou la carbétocine par voie intraveineuse.

Dans des conditions de santé appropriées -telles que dans tout accouchement logiquement, c’est une tâche simple et routinière pour les médecins.

Une mère heureuse de connaître son bébéComplications du saignement post-partum

Tel que nous le mentionnions auparavant, certaines situations peuvent convertir un faible saignement post-partum en une hémorragie. C’est là que tout se complique.

Malheureusement, les chiffres de l’Organisation mondiale de la Santé des morts après l’accouchement ne sont guère encourageants. Dans le monde, 830 femmes meurent chaque année à la suite de complications pendant l’accouchement ou la grossesse. La plupart d’entre elles – 99 % exactement- vivaient dans des pays en voie de développement et dans des zones rurales.

Néanmoins, on peut souligner que ce taux de mortalité a diminué de 44 % entre 1990 et 2015. Les progrès de la médecine y sont pour beaucoup. Les spécialistes peuvent sauver la vie des mères comme des bébés. Aujourd’hui, les pays développés ne présentent qu’un pourcentage infime de ce genre de problèmes.

« Hormis dans des situations exceptionnelles, le saignement post-partum n’est pas quelque chose qui entraîne des complications ».

Vous devez néanmoins rester sereine. Hormis dans des situations exceptionnelles, le saignement post-partum n’est pas quelque chose qui entraîne des complications. Il s’agit simplement de suivre les conseils vis-à-vis de l’hygiène. N’hésitez pas non plus à consulter si vous ressentez des gênes ou d’autres symptômes.