J’apprends à mes enfants à dire les choses par leur nom, sans peurs

· 2 décembre 2017

Apprendre aux enfants à exprimer les choses par leur nom est d’une importance pédagogique et psychologique essentielle. Par exemple, les enfants qui savent appeler chaque partie de leur corps par leur nom, construisent leur identité, se défendent contre d’éventuels abus et développent en eux des attitudes appropriées d’autogestion.

C’est peut-être un sujet sensible pour beaucoup mais il est cependant utile de l’aborder. Les mots sont un outil indispensable pour construire notre réalité, s’il y a quelque chose qui n’a pas de nom, c’est simplement « qu’il n’existe pas ». Nous pouvons l’observer par exemple chez certains enfants.

Des enfants sont éduqués comme si leurs organes sexuels n’existaient pas« Cela ne se regarde pas, cela ne se touche pas ». Le mot « cela » est trop vague et donne aux enfants la sensation qu’il y a en eux quelque chose d’étrange et d’interdit , quelque chose qu’il ne faut pas évoquer et dont ils ont honte.

Bon nombre de ces filles et de ces garçons peuvent ne pas intégrer leurs organes génitaux comme partie intégrante de leur corps, ce qui peut les rendre plus vulnérables aux abus. Sans parler du fait qu’ils sont même susceptibles de croire « qu’il y a quelque chose de sale en eux », quelque chose qu’il ne faut pas mentionner. Par conséquent, éduquer de cette façon n’est ni sain ni pédagogique, nous devons laisser de côté les peurs et les tabous et guider vers la vérité et la responsabilité.

Dans « Être Parents » nous vous proposons de réfléchir à cela.

Les choses, par leurs noms, sans tabous

Passer des moments intimes en famille est important pour que le développement de la personnalité

Un nez est un nez, une main est une main et un pénis n’est pas une queue ou un vagin qui « ne se touche pas avec les mains ». Appeler les choses par leurs noms et expliquer certaines choses aux enfants les aidera dans leur développement et dans l‘apprentissage de l’autonomie. Il n’y a rien de mal, par exemple, à leur expliquer que les organes sexuels ne se touchent pas avec les mains sales.

Il est aussi important d’énoncer clairement dès le début que personne ne peut et ne doit toucher ces parties de leur corps, que si quelqu’un le fait sans leur permission ou si certaine attitude les dérange ou « les rend mal », ils doivent courir, demander de l’aide et parler immédiatement avec leurs parents.

Parler de ces choses naturellement et sans tabous, fera que leurs comportements concernant l’hygiène seront toujours les bons, qu’ils pourront nous demander conseil sans peur ni malaise et surtout, que nous pourrons toujours être cette première référence quand une fois l’adolescence arrivée, ils auront leurs doutes plus spécifiques, leurs inquiétudes, leurs préoccupations

D’un autre côté, une chose que de nombreux parents savent, c’est qu’à l’âge de 3-4 ans, les enfants commencent à développer clairement leur identité sexuelle. C’est le moment où ils s’intéressent aux différences entre garçons et filles, et c’est là également que nous devons rester attentifs, répondre sans craintes, avec clarté, et en étant sensibles à leurs doutes.

Les choses portent un nom, comme les émotions

Expliquer les choses aux enfants, les nommer sans tabous est primordial

Apprendre à nos enfants à désigner les choses par leurs noms implique aussi de favoriser en eux le besoin de bien définir leurs émotions. Traduire avec des mots ce qu’ils ressentent, ce dont ils ont besoin, ce qui leur arrive et ce qui les inquiète.

  • Les émotions et ses expressions ne sont pas non plus taboues, et nous devons être clairs à ce sujet lorsqu’il s’agit d’éduquer.
  • Une chose qui arrive très souvent c’est de dire aux garçons « qu’ils ne doivent pas pleurer, qu’ils doivent être forts« . Petit à petit, et presque sans nous en rendre compte, nous façonnons une position dans laquelle les enfants se sentent incapables d’exprimer certaines choses, de dissimuler leurs peurs, de cacher leurs besoins.

La peur existe, la colère a également une forme, la tristesse un nom. Par conséquent, le fait d’aider nos enfants à exprimer clairement « j’ai peur parce qu’à l’école il y a un garçon qui veut me frapper », implique que nous pourrons l’aider précocement à prévenir de nombreux problèmes, et à offrir au monde des garçons et des filles plus doués en Intelligence Émotionnelle.

Éduquer avec intelligence, éduquer sans tabous

Mettre des mots sur les émotions que traverse l'enfant lui apprend à forger sa personnalité

Tout ce que vous voulez en tant que père et mère c’est que votre enfant ait confiance en vous, qu’il n’ait peur de rien et qu’il développe une bonne estime de soi, une bonne identité et une véritable capacité à être heureux tel qu’il est.

Pour y parvenir, il n’y a rien de mieux que de lui apprendre dès le début à désigner les choses par leur nom. Moins il y a de tabous, moins il y a de chose dans l’ombre, plus l’esprit de l’enfant est rassuré.

Par ailleurs, il faut rappeler qu’il n’est pas nécessaire de « brûler les étapes », qu’il n’y a pas besoin d’expliquer à un petit de 3 ans d’où viennent les bébés. Tout arrivera à son rythme, mais si votre enfant vous pose cette question, essayez dans la mesure du possible de ne pas mentir ni de recourir à des métaphores étranges. N’oublions pas que nos enfants ont un accès aux nouvelles technologies et qu’ils trouvent souvent les réponses par eux-mêmes.

Laissez-nous être vos premiers guides et vous donner les meilleures réponses.