Parents toxiques : des clés pour les identifier

17 octobre 2017

La parentalité est une tâche difficile, et on se demande souvent si on fait les choses bien. Mais on ne pense parfois pas à réfléchir et à se demander si ce que l’on fait pour notre enfant est bien pour son bonheur, ou pour le nôtre.

C’est là que l’on reconnait les parents que l’on appelle des parents toxiques : ceux qui pensent aider ou protéger leurs enfants,  quand en réalité ils leur font du mal sans s’en rendre compte.

À partir du moment où nous devenons des parents, notre unique préoccupation est le bien-être de nos enfants. Nous souhaitons leur offrir toutes les opportunités que nous n’avons pas eues, et souvent, sans être conscients de la difficulté et du travail qu’atteindre ces opportunités implique.

En d’autres occasions par contre, nous nous comportons de façon trop sérieuse et trop stricte, ce qui est également négatif. Et il se trouve qu’il se passe la même chose quand nous plaçons nos besoins avant les leurs, ou quand nous souhaitons à tout prix qu’ils agissent comme nous nous le voulons.

C’est pour cela qu’il faut se poser la question suivante : Comment identifier un parent toxique ?

Les types de parents toxiques

Les parents poules

Ce sont ces géniteurs qui surprotègent leurs enfants, en se chargeant de toutes leurs tâches et de tous leurs problèmes. Des discussions avec les professeurs, jusqu’à choisir les amis qu’il leur faut.

Cette situation finit par provoquer stress et anxiété chez l’enfant.

Un tel comportement empêche le bon développement de l’enfant vers l’indépendance. Et peut lui donner du mal à affronter certaines situations qui sont faites pour le faire mûrir émotionnellement.

Les parents compétitifs

Ce sont ces parents toxiques qui projettent leurs frustrations et leurs aspirations sur leurs enfants.

Il s’agit souvent de personnes autoritaires, qui exigent de leurs enfants qu’ils aient les meilleures notes de la classe, ou à se distinguer dans une discipline, même quand cela implique des heures et des heures de travail acharné. La plupart du temps, ils ne pensent pas à demander à leurs enfants ce qu’ils veulent eux-mêmes, réellement.

Ce type de comportement parental créé de futurs adultes avec un fort esprit de compétition, qui souffrent de problèmes de stress, d’un besoin de reconnaissance et d’acceptation, et d’une estime de soi très faible.

Les parents guimauves

Au premier abord, ils correspondent au parent idéal aux yeux d’un enfant : permissifs, généreux et complaisants.

Ils ne posent pas de limites à leurs enfants et passent à tous leurs caprices. Ils pensent les rendre heureux de cette façon, mais en réalité, ils façonnent des enfants amenés à devenir égoïstes et capricieux.

Il s’agit souvent de personnes ayant souffert d’une éducation stricte ou qui ne sont pas assez présentes à la maison. Ils tentent de combler les carences émotionnelles de leurs enfants en leur offrant des cadeaux ou en leur donnant une liberté excessive.

Les manipulateurs

Ce sont les parents qui souhaitent que leur enfant fassent ce qu’eux ils souhaitent veulent, et comme ils le souhaitent. Ils usent souvent du chantage affectif ou de la violence psychologique (et dans des cas extrêmes de violence physique également) et de la manipulation.

Ils élèvent des enfants souffrant d’un énorme sentiment d’infériorité et de culpabilité, qui seront alors facilement manipulables.

Ce sont des personnes qui victimisent, capables de mentir pour leur propre bénéfice. Fondamentalement, ce sont des personnalités caractérisées par l’égoïsme.

Enfant triste couché avec un jouet

Les parents absents

Comme le nom l’indique, ces parents ne sont presque jamais présents dans la vie de leurs enfants. Cela peut-être à cause de leur travail, ou du fait d’une séparation conjugale.

Les enfants souffrent alors d’un grand sentiment d’abandon et démontrent d’importantes carences affectives. Beaucoup d’entre eux ressentent à la fois de la haine et de l’admiration envers ce type de figure parentale.

Ces parents toxiques ne considèrent pas leurs enfants comme étant une priorité dans leur vie.

Les parents amis

Les parents de ce type essaient d’être les meilleurs amis de leurs enfants. De même que les parents guimauves, ils ne posent pas de limites en pensant qu’ils seront ainsi plus aimés de leurs enfants.

Ils utilisent souvent des expressions qu’ils considèrent être des expressions « de jeune ». Et ils peuvent avoir des comportements inappropriés et être excessivement permissifs.

Ils ont tendance à avoir cette même attitude devant les amis de leurs enfants, ce qui génère souvent en eux un sentiment de rejet et de honte.

Ce comportement les empêche d’être pris au sérieux. Ces parents ne sont pas vus comme des figures d’autorité, ni respectés comme tels; ce qui finit par provoquer un grave éloignement entre les parents et leurs enfants.

L’éducation est l’arme la plus puissante que vous pouvez utiliser pour changer le monde

-Nelson Mandela-

Existe-t-il des solutions face à une attitude toxique ?

Père qui créé sur son fils, comportement de certains parents toxiques

Si vous vous reconnaissez dans l’un de ces groupes, il est encore possible de changer votre comportement. Il est inutile de se punir soi-même ou de se sentir coupable. L’important est simplement d’être conscient du problème, s’il y en a un. On devient parfois des parents toxiques parce que l’on souhaite le meilleur pour nos enfants. Le problème est que ce que l’on croit être bon ne l’est en réalité pas toujours.

Il n’y a qu’une enfance et votre enfant a besoin de la passer avec vous. Même s’il a de nombreuses autres figures paternelles et maternelles autour de lui, vous serez toujours son référent. Vous devez être attentifs à ses besoins et essayer d’avoir le plus d’empathie possible avec lui. Parce que c’est vrai, personne ne le connaît mieux que vous.

Nous ne devons jamais oublier que les enfants sont aussi des personnes avec toutes leurs peurs, leurs souhaits et leurs sentiments. Ils sont aussi importants que des personnes adultes. C’est pour cela qu’on doit les respecter et les valoriser, car le reste de leur vie dépendra des émotions ressentis et de la façon dont ils étaient traités pendant l’enfance.

 

A découvrir aussi