Peu importe si tu es un garçon ou une fille puisque tu ne m’apporteras que du bonheur

· 31 décembre 2017
Peu importe si c'est un garçon ou une fille, peu importe si ses yeux sont clairs ou foncés, si ses cheveux sont frisés comme ceux de maman ou raides comme ceux de papa. Peu importe s'il est têtu et obstiné, comme sa mère, ou s'il est du genre à être distrait par la moindre petite chose... Au final, il n'apportera qu'une seule chose, plus forte que tout : du bonheur.

En cette période d’avancées scientifiques et de désirs qui peuvent s’acheter avec des cartes de crédit, beaucoup de couples ont recours à la médecine pour pouvoir choisir le sexe de leur bébé. Les scientifiques le savent bien : une telle chose n’est valable que lorsque l’on cherche à éviter l’apparition de certaines maladies génétiques associées au sexe des enfants.

Quand un nouveau-né serre, dans son petit poing, pour la première fois, le doigt de son père, il l’agrippe pour toujours.

-Gabriel García Márquez-

Au-delà de cette frontière s’ouvre, sans aucun doute, ce caprice qui n’a pas vraiment de justifications et au travers duquel les parents cherchent « un équilibre familial ». C’est-à-dire finalement réaliser ce rêve d’avoir une petite fille quand on a déjà deux petits garçons, ou inversement.

Nous pouvons être plus ou moins d’accord avec ce souhait, nous pouvons comprendre cet enthousiasme vif concernant le fait d’avoir un enfant avec un sexe déterminé. Cependant, au-delà de ce caprice exprimé par la couleur rose ou bleue ou cette vision traditionnelle associée au sexe des enfants, nous devons surtout être préoccupés par la santé de ce bébé.

Ainsi, nous ne pouvons oublier que l’option de choisir le sexe des enfants implique non seulement de payer de grosses sommes d’argent mais aussi d’avoir recours à des traitements plus lourds et à des médicaments qui supposent différents effets secondaires.

Bien sûr, chaque couple, chaque femme est libre de suivre la formule qu’il-elle souhaite pour avoir un petit garçon ou une petite fille. Cependant, l’idéal est que, au-delà du désir de choisir, un amour pour cette vie future prévale, quelle qu’elle soit et quel que soit le sexe de l’enfant ou son caractère, ses nuances et sa personnalité…

Tu es mon cadeau le plus intime et je vais t’offrir du bonheur

Un enfant que nous avons voulu, que nous avons longuement attendu ou même ce bébé qu’on n’attendait pas mais que nous acceptons avec surprise est et sera toujours un cadeau pour lequel nous devons être reconnaissants. Au-delà du sexe, la grande majorité des mères et des pères veulent que ce petit vienne au monde en bonne santé, avec force et vitalité, pour qu’il puisse en profiter en étant au maximum de ses capacités.

Tout le reste est secondaire. Tous ses attributs physiques, et même son sexe, sont des choses qui ne doivent pas être importantes en tant que mères et pères. Car, en fait, à ce point de la vie et étant données les avancées sociales et les réussites personnelles, il est essentiel d’être capables de voir que le caractère n’est pas déterminé par le sexe mais par l’éducation, la culture et tous ces schémas que l’on apprend à l’enfant.

Les petits garçons sont aussi affectueux et sensibles et les petites filles peuvent et doivent être fortes, courageuses, libres…

petit garçon avec chat

Les petits garçons montrent, dès leur plus jeune âge, un haut niveau d’affection. Il est essentiel de ne pas invalider leur capacité à se montrer sensibles, à exprimer leurs émotions, à développer au maximum leur capacité d’empathie, leur proximité, leurs habilités sociales et émotionnels…

  • Ne freinons pas ces capacités chez l’enfant uniquement parce que la société et le schéma des genres ordonnent que les garçons soient forts, réservés, dissimulent leurs larmes et se placent toujours au-dessus de tout…
  • Ne négligeons pas non plus l’opportunité de permettre aux petites filles d’aller là où les mènent leurs rêves. Ne nous concentrons pas sur l’importance d’être belles, douces, gentilles. Permettons-leur de s’exprimer, d’être fortes, assertives, sensibles, courageuses…

Éduquons-les à un même niveau, sans faire de distinction entre les sexes.

Que tu sois un garçon ou une fille, tu seras bien reçu-e et aimé-e comme tu le mérites

femme enceinte qui attend un garçon ou une fille

Parfois, au cours de ces premières semaines de grossesse, vous posez la main sur votre ventre et vous vous mettez à penser un peu au sexe du bébé. Vous écrivez même une liste de noms et songez à la décoration de la chambre. Vous vous voyez déjà acheter certains vêtements… mais, parfois, ces divagations disparaissent un peu quand quelqu’un s’approche de vous et vous dit « il vaut mieux que ce soit une fille, comme ça elle ne sera pas si rebelle » ou « si c’est le premier, il vaut mieux que ce soit un garçon ». 

Il n’y a qu’un seul enfant magnifique dans le monde… et chaque mère l’a.

-Josep Pla-

Il convient d’ajouter que vous ne prêtez pas attention à ce type de commentaires. Vous savez que les filles peuvent être très rebelles et que si votre premier enfant est un garçon, vous serez tout aussi heureuse… Cela vous importe peu, le genre de l’enfant ne vous préoccupe pas, vous n’en faites pas une obsession et ne l’aimerez pas moins, quel que soit son sexe.

Vous l’adorerez tel qu’il est. Vous l’aimerez infiniment, peu importe la couleur de ses cheveux et s’il ressemble plus à papa ou à maman. Vous l’aimerez parce que c’est votre enfant, parce que c’est un bébé, parce qu’il a besoin de vous et mérite de tout avoir, en particulier tout le bonheur que vous pourrez lui offrir… Tout le reste est secondaire.