Hypothyroïdie chez les enfants : ce que vous devez savoir

L'hypothyroïdie est l'une des maladies endocriniennes les plus fréquentes de l'enfance. Dans cet article, nous vous disons tout ce que vous devez savoir à ce sujet. Ne le manquez pas !
Hypothyroïdie chez les enfants : ce que vous devez savoir

Dernière mise à jour : 29 mai, 2022

L’hypothyroïdie est une pathologie qui résulte d’une altération au niveau de la glande thyroïde, qui génère une production plus faible de ses hormones respectives. Ces substances sont essentielles au bon fonctionnement et au métabolisme de l’organisme.

Chez les enfants, la cause de cette maladie peut varier, ainsi que l’impact sur le développement de leur organisme, de sorte qu’un diagnostic et un traitement précoces peuvent améliorer leur pronostic.

Voulez-vous en savoir plus sur cette pathologie ? Alors, restez avec nous !

Hypothyroïdie chez les enfants

La glande thyroïde se situe au milieu du cou et produit des hormones clés pour la santé : la triiodothyronine (T3) et la thyroxine (T4). Cet organe est contrôlé par l’hypophyse ou glande pituitaire, située à la base du cerveau, au moyen de la thyréostimuline (TSH).

Les hormones thyroïdiennes remplissent des fonctions très importantes pour le corps, parmi lesquelles :

  • Elles favorisent le développement du cerveau.
  • Elles régulent le métabolisme.
  • Les hormones thyroïdiennes assurent la croissance du corps.
  • Elles contribuent au maintien de la température intérieure.

Lorsque nous parlons d’hypothyroïdie, nous nous référons à une condition qui résulte de la diminution de l’activité biologique des hormones thyroïdiennes sur les tissus du corps. Cela peut être généré par une faible production de la part de la glande ou par une forte résistance à l’action hormonale de la part des cellules du reste du corps.

Chez les enfants, la plupart des cas d’hypothyroïdie surviennent en raison d’une faible production d’hormones thyroïdiennes et se manifestent tôt dans la vie. Par conséquent, cela peut provoquer des altérations cérébrales, des problèmes de croissance corporelle et de développement de différents organes.

Cette affection est assez fréquente chez l’enfant et sa prévalence varie selon la zone géographique (1 enfant sur 800 à 10 000).

Dans certains cas, l’hypothyroïdie est transitoire mais, dans d’autres, elle se transforme en maladie chronique et incurable. Heureusement, avec un traitement hormonal substitutif approprié et des contrôles réguliers chez un endocrinologue pédiatrique, les enfants touchés peuvent mener une vie normale.

femme médecin endocrinologue tient la glande thyroïde à la main
La glande thyroïde est située à l’avant du cou, juste à mi-chemin entre la mâchoire et le sternum. Son agrandissement ou sa diminution pourraient suggérer un dysfonctionnement.

Types d’hypothyroïdie chez les enfants

Il existe différents critères de classification de la maladie, soit en fonction de la localisation du problème, soit en fonction de sa cause.

Concernant le premier critère, l’objectif est de définir quel organe atteint génère un faible taux d’hormones thyroïdiennes dans le sang. L’hypothyroïdie la plus courante chez l’enfant est le type primaire, qui implique un dysfonctionnement de la glande thyroïde. L’hypothyroïdie secondaire, quant à elle, désigne le dysfonctionnement de l’hypophyse.

Selon la cause, l’hypothyroïdie peut se classer en deux types : congénitale (à la naissance) ou acquise (postnatale). Examinons chacun d’eux en détail.

Hypothyroïdie congénitale

Lorsque nous parlons d’hypothyroïdie congénitale, nous entendons que le bébé est né avec un problème au niveau de sa glande thyroïde, et un développement anormal ou l’absence totale de celle-ci. Bien que cela soit plus rarement dû à des lésions au niveau de l’hypophyse, il est très rare qu’on l’associe aux habitudes alimentaires de la mère (par exemple, l’apport de régimes pauvres en iode).

On estime que ce type de pathologie survient dans 1 naissance sur 3 000 à 3 500 et est l’une des principales causes évitables de déficience intellectuelle (anciennement appelée retard mental).

Hypothyroïdie acquise

Si la maladie apparaît après la naissance (plus précisément après 6 mois), on parle déjà d’hypothyroïdie acquise. Dans ce cas, la glande thyroïde produit très peu ou pas d’hormone thyroïdienne et les causes de ce phénomène sont diverses :

  1. Thyroïdite de Hashimoto : maladie auto-immunele système immunitaire lui-même attaque la glande thyroïde et l’empêche de remplir ses fonctions. C’est la principale cause d’hypothyroïdie chez les enfants et les femmes.
  2. Infections virales.
  3. Altérations dues aux médicaments (dues à la consommation de lithium, d’amiodarone et d’oxcarbazépine).
  4. Antécédents familiaux d’hypothyroïdie.
  5. Ablation chirurgicale de la glande thyroïde pour d’autres causes.
  6. Apport inadéquat en iode (trop ou pas assez).
  7. Maladies de l’hypophyse (comme le panhypopituitarisme).

Quels sont les symptômes de l’hypothyroïdie ?

Les enfants présentent généralement des tableaux cliniques variables, tant au niveau de la symptomatologie que de l’intensité. En général, la maladie est d’apparition lente, c’est-à-dire qu’elle peut mettre quelques années à se manifester et que de nombreux signes peuvent passer inaperçus.

Parmi les signes les plus importants d’hypothyroïdie chez les enfants, on trouve les suivants :

  • Fatigue chronique et épuisement.
  • Plus grande sensibilité au froid.
  • Gain de poids. L’hypothyroïdie ralentit le métabolisme, ce qui entraîne une prise de poids modérée, entre 2 et 4,5 kg.
  • Mauvaise croissance. C’est un signe caractéristique de l’hypothyroïdie chez les enfants.
  • Puberté retardée (chez les adolescents).
  • Peau et cheveux secs et cassants.
  • Constipation.
  • Goitre.

Les nourrissons atteints d’hypothyroïdie peuvent également présenter des symptômes tels que la jaunisse, des pleurs rauques, une langue large et saillante, une détresse respiratoire et une hernie ombilicale.

Si vous détectez que votre enfant présente plusieurs de ces symptômes, vous devez en discuter avec le pédiatre afin qu’il demande des examens pour confirmer ou infirmer ce diagnostic.

Diagnostic de l’hypothyroïdie

Le diagnostic d’hypothyroïdie chez les enfants est simple. Tout d’abord, le pédiatre procédera à un examen physique détaillé, où la taille et le poids seront évalués pour déterminer toute modification des centiles. De plus, il effectuera une palpation de la thyroïde pour voir si elle est agrandie.

Ensuite, il prescrira des analyses de sang pour évaluer les niveaux d’hormones produites par l’hypophyse et la thyroïde :

  • T4 libre : on mesure les niveaux de thyroxine libre dans le sang, c’est-à-dire celle qui n’est pas liée aux protéines et qui peut pénétrer dans les tissus de l’organisme.
  • TSH (hormone stimulant la thyroïde) : test sensible pour détecter l’hypothyroïdie. Lorsque la glande thyroïde ne remplit pas ses fonctions, l’hypophyse produit plus de TSH que d’habitude pour essayer de la stimuler.
  • Anticorps antithyroïdiens : on utilise cette mesure pour diagnostiquer une éventuelle thyroïdite de Hashimoto.

L’hypothyroïdie est diagnostiquée lorsque les niveaux de TSH sont élevés et que le niveau de T4 libre produite par la thyroïde est bas.

Si l’altération des analyses sanguines est confirmée, d’autres examens complémentaires seront indiqués, comme la gammagraphie ou l’échographie thyroïdienne, afin de déterminer l’emplacement exact de la glande et sa taille.

En complément, l’endocrinologue demandera probablement une IRM du cerveau, pour évaluer l’hypophyse et exclure des altérations centrales.

main adultes gants tubes sang séché hormones thyroïdiennes
Le diagnostic d’hypothyroïdie est simple. Il consiste en un examen clinique adéquat et le dosage des hormones thyroïdiennes et de la TSH dans le sang.

Traitement de l’hypothyroïdie chez les enfants

Le traitement de l’hypothyroïdie chez les enfants repose sur le remplacement hormonal par l’administration d’hormones thyroïdiennes synthétiques, telles que la lévothyroxine sodique ou LT4.

Ce médicament s’administre une fois par jour et la dose varie selon l’âge et le poids de l’enfant. Idéalement, on devrait le prendre après le réveil et 30 minutes avant de manger. En outre, il doit être ingéré sans autres suppléments en même temps, tels que le calcium, le fer ou les vitamines, pour éviter de diminuer son effet.

Il convient de noter qu’il est extrêmement important d’être cohérent dans l’administration quotidienne de cette hormone à l’enfant.

Souvent, le spécialiste indique également la biotine (vitamine B8) pour améliorer la santé de la peau et des cheveux de l’enfant. De plus, il est important que l’enfant ait une alimentation appropriée qui empêche une prise de poids excessive.

Ce traitement a très peu d’effets secondaires et, le cas échéant, on peut ajuster la dose du médicament. Par conséquent, un examen constant par l’endocrinologue est nécessaire.

Bien qu’il n’existe aucun remède contre l’hypothyroïdie chez les enfants, ce traitement hormonal peut contrôler les symptômes et ralentir la progression de la maladie. Ainsi, il est possible de mener une vie normale et autrement saine.

Prévention de l’hypothyroïdie chez les enfants

Il n’y a aucun moyen de prévenir l’hypothyroïdie chez les enfants, mais il est important de la détecter tôt lorsque l’enfant commence à présenter une symptomatologie évocatrice. Ainsi, on pourra commencer le traitement avant que des conséquences négatives et irréversibles pour sa santé ne se déclenchent.

Cela pourrait vous intéresser ...
Hypothyroïdie pendant la grossesse : traitement
Être parents
Lisez-le dans Être parents
Hypothyroïdie pendant la grossesse : traitement

Une femme sur 100 en âge fertile présente une hypothyroïdie. Pendant la grossesse, votre santé et celle de votre bébé dépendent de son traitement.