Faire face à la grossesse après une dépression post-partum

La dépression post-partum peut être traitée et surmontée, à condition qu'elle soit traitée de façon précoce et que la femme bénéficie de l'aide appropriée.
Faire face à la grossesse après une dépression post-partum

Dernière mise à jour : 14 décembre, 2021

Pour beaucoup de gens, la maternité est un état durant lequel la femme se sent comblée, puisque l’arrivée d’un enfant est généralement quelque chose de merveilleux. Cependant, les expériences sont très différentes selon les mères et, parfois, l’expérience se vit dans la peur, l’angoisse et le mal-être. Si cette situation perdure dans le temps, elle peut conduire à une dépression post-partum.

Peut-on refaire une dépression post-partum lors d’une nouvelle grossesse ?

Oui, c’est possible. Le fait d’avoir eu une dépression post-partum est un facteur de risque de récidive. Mais ce n’est pas un point inévitable : chaque grossesse et chaque accouchement constituent des expériences différentes, même pour une même femme. Pour cette raison, le contexte et les circonstances sont déterminants pour que cette maladie se manifeste.

S’il y a des antécédents de dépression post-partum, il est important de demander de l’aide à l’avance. Ainsi, la future maman pourra affronter la nouvelle grossesse avec plus de sérénité.

Certaines stratégies utiles sont :

  • S’informer sur les techniques de relaxation et la gestion des émotions.
  • Chercher de l’aide auprès de l’entourage de la mère pour lui laisser suffisamment de temps pour dormir et se reposer. En effet, l’état de surexcitation favorise l’apparition des symptômes.
  • Déléguer certaines responsabilités à d’autres personnes, surtout s’il y a d’autres enfants dans la maison.

Hormones de déclenchement

Les changements corporels de la grossesse et du post-partum sont vécus comme un tsunami. Après l’accouchement, la baisse des niveaux de progestérone, d’œstrogènes et d’hormones thyroïdiennes est responsable de sensations d’épuisement, d’accablement et de fatigue physique.

Il est à noter que ces symptômes ne surviennent pas uniquement en raison de changements hormonaux : l’aspect psychologique, social et génétique de la femme ont aussi une influence.

Le post-partum est une période délicate, au cours de laquelle de nombreux processus se déroulent simultanément. Pour cette raison, il est bon de prêter attention à la présence de certains symptômes désagréables pour les femmes et d’intervenir au moment opportun. Parmi eux, nous pouvons souligner les suivants :

  • Sentiment permanent de vide et de tristesse.
  • Incapacité à profiter, à ressentir du plaisir.
  • Difficulté à se concentrer sur différentes tâches.
  • Agitation permanente.
  • Problèmes qui entravent le lien avec le nouveau-né.
  • Idées ou pensées suicidaires et de mort, la concernant ou concernant le bébé.
dépression post-partum

Facteurs de risque de dépression post-partum

Voici quelques-uns des facteurs de risque de déclenchement de la dépression post-partum :

  • Vivre ou avoir vécu un épisode stressant pendant la grossesse. Par exemple, la perte d’un être cher ou une complication obstétricale.
  • Avoir des antécédents de troubles dépressifs ou anxieux.
  • Être victime de violences de genre ou domestiques.
  • Usage inapproprié de substances toxiques ou de drogues illicites.

Bien que les grossesses non désirées et les personnes vivant avec de faibles ressources socio-économiques soient incluses dans la liste, leur degré d’association est beaucoup plus faible.

Types de dépression pendant la grossesse et le post-partum

Pour comprendre un peu plus le sujet, il est important de distinguer les types de dépression possibles du stade périnatologique. C’est-à-dire celles qui peuvent survenir pendant la grossesse, l’accouchement ou le post-partum.

Tristesse post-partum

La tristesse post-partum, également connue sous le nom de maternity blues ou baby blues, est un état de découragement et d’accablement tout à fait normal.

En général, elle survient dans les 10 jours suivant la naissance du bébé. Nous disons qu’il faut s’y attendre car elle coïncide avec les changements corporels, hormonaux, sociaux et personnels qui caractérisent le processus d’adaptation au nouveau rôle.

La mère a généralement peur de ne pas pouvoir assurer une protection adéquate à son bébé ou se sent énervée à cause du manque de repos.

Ces sensations disparaîtront très probablement de façon spontanée au bout de deux semaines. Même s’il n’est pas nécessaire d’offrir un traitement médical, l’appui et le soutien familial sont des facteurs clés pour la bonne résolution du conflit.

Dépression périnatale

La dépression périnatale est un problème de santé qui peut survenir de la grossesse à la première année après la naissance du bébé.

Selon les chiffres de l’Organisation panaméricaine de la santé, le risque de survenue pendant la grossesse est de 6 à 20 %, alors qu’après l’accouchement, il varie de 10 à 15 % des cas.

Certains des symptômes caractéristiques de cette pathologie sont l’anxiété, l’irritabilité, la perte d’intérêt et la capacité à profiter. Des changements dans les habitudes de sommeil ont également été décrits.

Les aspects qui font la différence entre la dépression et la tristesse sont la durée et l’intensité des symptômes.

Psychose post-partum

Il s’agit d’un tableau beaucoup plus complexe que les précédents, qui nécessite une aide médicale immédiate. En effet, il existe un danger imminent de blessure pour la mère ou pour quelqu’un d’autre.

Les femmes peuvent ici faire l’expérience de délires, d’hallucinations ou d’épisodes maniaques et d’excitation.

La dépression post-partum peut-elle être surmontée ?

Avec un soutien et un traitement appropriés, la dépression post-partum peut être surmontée. En fait, le plus important n’est pas de le résoudre individuellement, mais à travers un réseau d’appui et le soutien du noyau proche des femmes.

Faire face à la dépression post-partum nécessite de soutenir à la fois la mère et le nouveau-né afin qu’ils puissent établir un lien fondamental.

Il est important de garder à l’esprit que, bien souvent, le couple peut se retrouver affecté. Pour cette raison, il est également nécessaire de lui offrir un espace pour exprimer ses émotions et ses angoisses. Surtout quand il y a des antécédents de dépression périnatale à la maison.

réseau de mères groupe de soutien bébés confinement post-partum

À propos de l’importance de traiter la dépression post-partum

En raison de l’importance de la dépression post-partum dans le bien-être des femmes et de leurs bébés, il est important d’éduquer la population à détecter les signes avant-coureurs en temps opportun.

Cette condition est sous-diagnostiquée et cela est probablement dû à la double stigmatisation qu’elle provoque. D’une part, parce qu’elle est comprise comme un problème exclusif de la mère qui « ne parvient pas à profiter du moment le plus heureux de sa vie » et, d’autre part, parce que sa capacité à adopter son rôle de mère, à aimer et à prendre soin de son enfant est remise en question.

Il est important de comprendre qu’il s’agit d’une maladie mentale et non d’un choix personnel. Ainsi, il est essentiel d’éduquer la société pour pouvoir mettre de côté les préjugés et les critiques et commencer à sympathiser un peu plus avec les femmes qui en souffrent.

De cette façon, nous pourrons aider la mère à vivre une maternité réelle et unique, au lieu de la condamner à souffrir pour ne pas avoir atteint ce prototype idéalisé de la maternité.

Cela pourrait vous intéresser ...
10 mythes sur le post-partum
Être parents
Lisez-le dans Être parents
10 mythes sur le post-partum

Les mythes entourant le post-partum sont nombreux, comme ceux liés à l'allaitement, à l'hygiène, à l'activité physique et à la sexualité.



  • Caparros-Gonzalez R, Romero-Gonzalez B, Peralta-Ramirez MI Depresión posparto, un problema de salud pública mundial. Rev Panam Salud Publica. 2018;42:97 doi: https://doi.org/10.26633/RPSP.2018.97
  • Dois Castellón, Angelina. (2012). Actualizaciones en depresión posparto. Revista Cubana de Obstetricia y Ginecología38(4) Recuperado en 13 de julio de 2021, de http://scielo.sld.cu/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S0138-600X2012000400016&lng=es&tlng=es.