La dépression post-partum : causes, symptômes et astuces pour la combattre

21 décembre 2017

Être maman, c’est beaucoup plus qu’on ne peut vous l’expliquer. Parfois, tout n’est pas aussi beau que vous le pensiez et cela vous trouble. Il n’est pas rare d’entendre parler de la dépression post-partum, mais vous avez sûrement envie d’en savoir plus à propos de ce phénomène commun.

Quand vous entendez « dépression post-partum », vous avez tendance à penser à une mère accablée par un bébé qui pleure dans ses bras. Mais la dépression post-partum est en réalité bien plus que cela. Tout d’abord, la dépression post-partum est un type de dépression qui apparaît chez les femmes. Elle se caractérise par sa présence juste après l’accouchement et peut durer jusqu’à un an après. Il y a aussi une dépression post-partum masculine, bien que celle-ci ait une incidence plus faible que celle de la femme.

Selon les études qui ont été réalisées, jusqu’à 25% des femmes peuvent présenter un ou plusieurs symptômes caractéristiques de la dépression post-partum. Autrement dit, sa fréquence est assez élevée. Il est donc recommandé de s’informer à ce sujet.

Les causes de la dépression post-partum

La dépression post-partum peut être le résultat de plusieurs facteurs qui prédisposent la femme à en souffrir. Certains d’entre eux sont :

  • Les changements physiques. La grossesse transforme complètement le corps d’une femme. Une fois que vous avez accouché, la raison de tous ces changements se trouve à l’extérieur de votre corps. Il est donc difficile d’assumer que votre corps aura besoin de temps pour se rétablir.
  • Des changements dans l’entourage. Vous avez désormais un enfant. Un bébé qui exigera toutes vos ressources dès le premier instant. Vous verrez comment vos relations sociales ou de travail sont affectées maintenant que vous ne pouvez plus être partout.
  • La perte de l’indépendance et de l’espace personnel. Le niveau de demande d’attention du bébé dépasse de loin ce que vous imaginiez, et vous fait perdre votre propre espace personnel pour un moment.
  • Le manque de sommeil. La fatigue qui accompagne les premiers mois de la maternité est connue. Le manque de repos favorise l’épuisement qui accompagne les pensées dépressives.
  • Le concept de ce qu’est être une bonne mère. Vous laisser influencer par votre entourage sur ce que vous devriez faire, en plus de vos propres croyances, peut entrer en conflit avec la réalité. Ce choc d’idées peut vous embrouiller.
  • Les troubles associés tels que la dépression, le trouble bipolaire ou les problèmes d’anxiété.
  • La consommation de drogues, d’alcool ou des comportements nocifs pendant la grossesse.

La dépression post-partum peut avoir plusieurs causes.
Occupez-vous de récupérer pour donner à votre bébé la meilleure version de vous-même

Les symptômes de la dépression post-partum

Avant de parler des symptômes, il est nécessaire de préciser que les deux premières semaines après la naissance sont remplies de larmes, d’anxiété et de sentiments de débordement. Cependant, la dépression post-partum porte la tristesse à un niveau plus élévé, provoquant chez la mère des changements de comportement par rapport au bébé :

  • Un excès ou un manque d’intérêt pour le nouveau-né.
  • La peur d’être seule avec l’enfant.
  • Un manque de soin total envers elle-même et envers le bébé.

À ces changements de comportement, nous devons ajouter la symptomatologie suivante :

  1. De l’agitation et de l’irritabilité.
  2. Un niveau d’anxiété élevé.
  3. Des problèmes de sommeil.
  4. Des changements d’appétit.
  5. Les sentiments d’inutilité ou de culpabilité.
  6. L’apathie.
  7. La perte de concentration et d’énergie.
  8. Des pensées de mort / suicide.

Que peut-on faire pour combattre la dépression post-partum ?

Le plus important, c’est que vous sachiez que c’est plus commun que vous ne le pensez. La maternité est difficile et implique de nombreux changements auxquels vous devez vous adapter rapidement. Il n’est donc pas facile de l’assumer entièrement.

La dépression post-partum affecte davantage les femmes que les hommes.

Si vous remarquez que la tristesse des deux premières semaines avec votre nouveau-né se prolonge, consultez un professionnel. Que ce soit un médicament ou une thérapie, il est important que vous suiviez les recommandations professionnelles.

En outre, ces conseils pourront vous être utiles pour faire face à la dépression post-partum :

  • Chercher du soutien dans votre entourage immédiat. Votre compagnon, votre famille et vos amis proches peuvent vous aider à prendre soin de la maison ou du bébé.
  • Ne pas avoir honte de ce qui vous arrive. Ne cachez pas vos sentiments et ne vous sentez pas coupable envers eux. Vous avez le droit de vous sentir triste et accablée par la situation.
  • Essayer d’en parler à d’autres mères. Beaucoup de mères croient qu’elles devraient être heureuses et cacher ce qui leur arrive réellement de peur d’être jugées.
  • Il n’existe pas de mère parfaite, il n’y que de bonnes mères. Occupez-vous de récupérer pour donner à votre bébé la meilleure version de vous-même. Il vous aimera plus que tout et tout le monde. Ne vous inquiétez pas.

Et surtout, l’idée que votre enfant aura besoin de vous plus que quiconque dans le monde vous aidera à tirer la force intérieure dont vous avez besoin.

 

 

A découvrir aussi