Différences entre le syndrome d'Asperger et l'autisme

Asperger et autisme sont deux termes qui ont tendance à se confondre et à se chevaucher. Cependant, connaître leurs différences est essentiel pour comprendre la réalité des enfants qui en souffrent.
Différences entre le syndrome d'Asperger et l'autisme

Dernière mise à jour : 13 août, 2022

Lorsque nous parlons de troubles neurodéveloppementaux, nous ne savons pas toujours de quoi nous parlons. Il est fréquent que des doutes surgissent concernant certains termes comme Asperger, autisme ou TSA et qu’il y ait une tendance à confondre ou à chevaucher leurs définitions. Cependant, pour comprendre les réalités de ceux qui en souffrent, il est important de les distinguer. Pour cette raison, nous voulons aujourd’hui vous parler des différences entre le syndrome d’Asperger et l’autisme.

Il est logique et naturel qu’il y ait encore une certaine confusion. En effet, il n’y a pas si longtemps que les classifications dans les manuels de diagnostic ont changé. Jusqu’à la publication du DSM-V, en 2013, l’autisme avait une considération indépendante. Il était connu sous le nom d’autisme classique ou Kanner et faisait partie des soi-disant troubles envahissants du développement, avec d’autres conditions, y compris le syndrome d’Asperger.

À partir de ce moment, le terme de troubles du spectre autistique (TSA) a été proposé pour englober toutes ces réalités différentes. Mais avec des manifestations ou des caractéristiques cliniques similaires. La notion de spectre nous aide à comprendre que le degré d’affectation peut être très divers selon les individus, mais que nous partons de difficultés communes. Alors, quelles différences existent entre ces conditions?

Troubles du spectre autistique

Comme nous venons de le mentionner, l’autisme classique et le syndrome d’Asperger font aujourd’hui partie de ce que l’on appelle les troubles du spectre autistique (ou TSA, pour son acronyme). Certains en sont venus à considérer le syndrome d’Asperger comme un autisme de haut niveau. Car ces personnes sont plus susceptibles de mener une vie indépendante et leurs difficultés sont moins évidentes. Cependant, il existe une grande variabilité selon les cas.

Dans les deux situations, nous faisons référence à des troubles d’origine neurobiologique qui affectent le développement et le fonctionnement du cerveau. Ce sont des conditions permanentes, qui ont surtout un impact sur des domaines tels que la socialisation et le comportement.

Garçon autiste regardant par la fenêtre.

Différences entre le syndrome d’Asperger et l’autisme

Voici les différences les plus notables entre les deux conditions.

Socialisation

Les difficultés de socialisation varient selon l’âge de la personne et le niveau d’affectation qu’elles présentent. Toutefois, elles sont généralement présentes dans les deux conditions. Les enfants autistes préfèrent jouer seuls, ignorent souvent les autres et semblent insensibles aux pensées et aux émotions des autres.

En ce qui concerne le langage non verbal, ils ont de la difficulté à communiquer par gestes et ne maintiennent pas un contact visuel adéquat. De même, il leur est difficile de partager, de coopérer ou d’attendre leur tour.

De leur côté, les enfants Asperger présentent des troubles, en particulier avec les règles non écrites et avec les aspects plus subjectifs de la socialisation. C’est-à-dire avec ces règles implicites des liens entre les êtres humains. Cependant, malgré leur intérêt à maintenir des relations sociales, leurs difficultés finissent par les limiter et ils finissent par être exclus. Ce qu’ils vivent avec un énorme malaise.

Langage

Nous trouvons ici l’une des différences les plus notables entre l’autisme et le syndrome d’Asperger. Dans le premier cas, les limitations linguistiques sont grandes. En effet, un pourcentage élevé d’enfants autistes sont non verbaux et la plupart d’entre eux présentent un retard ou un trouble dans le domaine du langage.

En revanche, dans le syndrome d’Asperger, l’acquisition de la parole se produit généralement tôt et les enfants disposent d’un large répertoire lexical. Cependant, le langage est pédant et excessivement formel, ainsi que trop littéral. Cela rend l’expression et la compréhension difficiles lors du maintien d’un dialogue avec l’autre. Car ils ne sont pas capables d’empathie ou d’anticiper les intentions de l’autre.

Comportement

Encore une fois, les problèmes de comportement sont beaucoup plus frappants et évidents chez les enfants autistes. Ces derniers peuvent effectuer des mouvements corporels répétitifs et inhabituels (comme se balancer) et même s’automutiler (comme se cogner la tête).

Dans le cas du syndrome Asperger cela ne se produit pas. Néanmoins, il y a une plus grande maladresse dans les mouvements ainsi qu’un grand manque de coordination. Cependant, les irritations, les crises de colère et les crises émotionnelles sont moins fréquentes que dans l’autisme.

Intelligence

Dans ce domaine, il est difficile de généraliser, car l’intelligence varie fortement d’une personne autiste à l’autre. Même ainsi, certaines études ont montré que 75 % des personnes atteintes d’autisme classique ont un faible quotient intellectuel (QI). Mais il convient de noter que les 25 % restants incluent ceux qui sont dans la moyenne ou au-dessus de la moyenne dans ce paramètre.

Dans le cas du syndrome d’Asperger, cependant, les enfants sont généralement dans le QI moyen et se démarquent même dans certains domaines comme le dessin, la musique ou le calcul.

Incidence et diagnostic

Nous avons également trouvé des différences entre l’autisme et le syndrome d’Asperger concernant le pourcentage de personnes touchées. Cette deuxième condition étant beaucoup plus fréquente.

Les études menées à cet égard estiment que l’autisme classique affecte environ 4 personnes sur 10 000. Tandis que le syndrome d’Asperger survient chez environ 20 à 25 personnes sur 10 000.

De plus, l’âge du diagnostic est également un facteur important. La plupart des parents découvrent les premières anomalies ou signes d’autisme chez leurs enfants tôt dans la vie et peuvent obtenir un diagnostic avant l’âge de trois ans.

Au contraire, les manifestations du syndrome d’Asperger, étant moins évidentes et frappantes, conduisent généralement à un diagnostic un peu plus long.

Cependant, il convient de mentionner qu’à de nombreuses reprises, les personnes autistes sont diagnostiquées à tort de TDAH ou d’autres troubles similaires. En effet, il faut souvent de nombreuses années avant que l’autisme ne soit finalement identifié.

Deux enfants qui jouent avec de la pâte à modeler.

Les différences entre le syndrome d’Asperger et l’autisme sont évidentes dans le fonctionnement de l’enfant

En bref, le concept du syndrome d’Asperger comme un autisme de haut niveau n’est pas si farfelue. Car c’est vraiment l’une de ses différences les plus notables.

Les enfants Asperger ne semblent pas différents. Ce n’est que dans leur environnement immédiat que les défis deviennent apparents. Bien qu’ils aient besoin de certains soutiens et ajustements, ils ont tendance à être indépendants et à réaliser des réalisations personnelles et professionnelles avec une relative facilité dans la vie adulte.

Dans le cas de l’autisme, cette situation dépendra beaucoup du degré d’affectation. Cependant, un soutien scolaire est souvent nécessaire. Dans de nombreux cas, un soutien et une supervision tout au long de la vie sont nécessaires.

Dans tous les cas, parvenir à un diagnostic précis au début est essentiel dans les deux conditions. Cela permet de comprendre les besoins individuels puis de les couvrir afin d’atteindre un développement maximal et la meilleure qualité de vie pour ces enfants.

Cela pourrait vous intéresser ...
Qu’est-ce que le trouble des apprentissages non verbaux chez l’enfant?
Être parents
Lisez-le dans Être parents
Qu’est-ce que le trouble des apprentissages non verbaux chez l’enfant?

Savez-vous en quoi consiste le trouble des apprentissages non verbaux chez les enfants ? Difficile à détecter, on vous en dit davantage..