Différences entre le TDAH et l'autisme

L'autisme et le trouble du déficit de l'attention (TDAH) peuvent être diagnostiqués en comorbidité. Dans cet article, nous vous expliquons quelles sont leurs différences.
Différences entre le TDAH et l'autisme

Dernière mise à jour : 10 août, 2022

Poser un diagnostic d’autisme ou de TDAH peut être très difficile. Dans un premier temps, parce que cela nécessite une exploration approfondie des comportements, ce qui est très complexe, surtout lorsqu’il s’agit d’enfants. Pour cela, il est nécessaire de les observer dans différentes situations et contextes au fil du temps.

Deuxièmement, parce que de nombreux symptômes et signes coïncident entre les deux troubles : il est donc compliqué d’avoir une réponse sans équivoque dès le départ.

Regardons quelques-unes des différences entre le TDAH et l’autisme.

Qu’est-ce que le TDAH

Le trouble du déficit de l’attention, avec ou sans hyperactivité (TDAH), est une pathologie neurodéveloppementale caractérisée par le déficit des fonctions cérébrales exécutives. C’est-à-dire ceux qui permettent l’organisation, l’attention, la concentration, la planification et le contrôle des impulsions, entre autres.

Les enfants atteints de TDAH peuvent afficher certains comportements comme les suivants :

  • Ils n’arrivent pas à terminer une tâche.
  • Ils gèrent mal le temps.
  • Par ailleurs, ils sont extrêmement agités.
  • Ils ont des oublis fréquents.
  • Ils prennent des mesures impulsives.
  • De plus, ils ont du mal à concentrer leur attention.
  • Ils manquent de maîtrise de soi.
Garçon avec un trouble du spectre autistique regardant par la fenêtre.
Les enfants atteints de troubles du spectre autistique ont des difficultés à communiquer et ont des intérêts restreints.

Qu’est-ce que l’autisme

Les troubles du spectre de l’autisme (TSA) désignent un ensemble de conditions liées au développement neurologique qui se manifestent par des difficultés de langage et de communication, ou dans le domaine des habiletés sociales et de la pensée. De plus, les enfants qui en souffrent ont tendance à entretenir des comportements stéréotypés et des intérêts restreints.

Connaître les principales différences entre le TDAH et l’autisme

Bien qu’ils puissent avoir certaines caractéristiques communes, ce sont deux conditions de développement différentes. Cependant, bien souvent, ils se présentent simultanément (ce qu’on appelle la comorbidité).

Nous vous expliquons dès maintenant les principales différences. N’arrêtez pas de lire !

Difficultés de langage

Dans les troubles du spectre de l’autisme, les personnes peuvent avoir des troubles du développement du langage, à la fois complets et expressifs, et de la communication sociale. Beaucoup de ces enfants parviennent à verbaliser certaines idées ou certains besoins mais n’ont pas toujours les compétences pour établir une communication fluide avec les autres. Ce n’est pas caractéristique ou typique du TDAH.

Stéréotypies

Les enfants atteints de TSA se livrent souvent à des mouvements répétitifs, qui peuvent aller du battement des mains au tapotement des pieds. Bien que les enfants atteints de TDAH soient très hyperkinétiques, ils n’ont généralement pas de stéréotypies.

Crises de comportement

Les crises de comportement disruptif sont généralement causées par des difficultés à traiter les stimuli sensoriels qu’ont de nombreux enfants atteints de TSA. Par exemple, les personnes souffrant d’hypersensibilité auditive peuvent se sentir dépassées lors d’une fête d’anniversaire.

En revanche, les enfants atteints de TDAH ont tendance à avoir des accès de colère plus fréquemment, généralement liés à la frustration et à l’incapacité de contrôler leurs impulsions. Pas avec les stimuli visuels, auditifs ou tactiles de l’environnement.

Déficit de compétences sociales

Bien que les deux conditions présentent des difficultés concernant les compétences sociales, les enfants autistes peuvent ne pas savoir comment interagir avec les autres. Ils ne sont pas capables d’interpréter leurs intentions ou de les anticiper, ce qui limite finalement leur capacité à établir des relations avec leurs pairs. De plus, ces petits ont tendance à éviter le contact visuel et cela interfère encore plus dans l’échange communicationnel.

De leur côté, les enfants atteints de TDAH ont des limitations liées à l’impulsivité. Parfois, ils font ou disent des choses sans réfléchir, faute de contrôler leurs pulsions, et finissent par envahir l’espace personnel des autres. Mais ils sont capables d’initier une interaction et de tenir une conversation.

Flexibilité face aux changements

Les enfants avec un TSA sont perturbés par les changements de routine et sont très inflexibles face aux nouvelles propositions.

En revanche, les enfants atteints de TDAH ont du mal à adopter certaines routines et à s’y tenir, en raison de problèmes de planification et de contrôle des impulsions.

Persévérance

Un enfant atteint de TDAH a de sérieuses difficultés à démarrer et à terminer une activité, tandis qu’une personne autiste est presque obsédée par l’accomplissement de son objectif.

Les enfants atteints de TDAH ont du mal à rester attentifs et à mener des activités de manière soutenue.

Deux points centraux qui marquent la différence entre les deux troubles

Comme nous venons de le voir, le TDAH et l’autisme présentent de nombreuses différences et convergences. En ce qui concerne le premier, il y a deux points centraux sur lesquels on doit se focaliser :

  • En analysant les fonctions exécutives séparément (dans leurs différentes composantes), les experts suggèrent que les personnes atteintes de TDAH montreront des difficultés d’inhibition. De leur côté, celles qui ont un TSA le feront dans la planification et la flexibilité.
  • Les principales différences sont expliquées par la « théorie de l’esprit », qui est la capacité d’attribuer ou d’interpréter les intentions ou les pensées des autres sans la médiation des mots. Les enfants atteints de TSA éprouvent de plus grandes difficultés à « lire dans l’esprit » des autres et présentent un déficit primaire d’orientation sociale, un aspect qui est conservé chez les enfants atteints de TDAH.

Des diagnostics précis et une aide appropriée

Pour une intervention correcte, il est essentiel d’arriver au bon diagnostic et à temps. Il est important de pouvoir déterminer ce qui arrive à l’enfant en fonction de ce qu’il exprime, de son comportement et de ce que les enseignants, les parents et les professionnels peuvent observer.

Si vous soupçonnez que quelque chose ne se passe pas comme prévu, il est préférable de consulter des experts dès que possible. Ce n’est qu’alors que nous pourrons vous fournir les soins les plus appropriés.

Par exemple, lorsqu’un enfant souffre de TDAH et qu’on ne le sait pas, on le qualifie de mal élevé ou d’enfant avec un mauvais comportement. Pour cette raison, on crée une stigmatisation au sujet de quelqu’un qui souffre d’un trouble et qui a besoin d’un autre type d’aide.

En ce sens, il est nécessaire d’évaluer à partir de l’unicité de chaque enfant, avec ses propres caractéristiques et signes, et qui est entouré d’un environnement qui présente également ses propres conditions.

Cela pourrait vous intéresser ...
Fly, un court-métrage sur l’autisme qui va vous émouvoir
Être parents
Lisez-le dans Être parents
Fly, un court-métrage sur l’autisme qui va vous émouvoir

Fly est un court-métrage sur l'autisme qui se base sur une histoire vraie entre un père et son fils.. Un pur moment d'émotions et d'amour!



  • Rico-Moreno, Jennifer, & Tárraga-Mínguez, Raúl. (2016). Comorbilidad de TEA y TDAH: revisión sistemática de los avances en investigación. Anales de Psicología32(3), 810-819. https://dx.doi.org/10.6018/analesps.32.3.217031
  • Proal, E., Olvera, J. G., Blancas, Á. S., Chalita, P. J., & Castellanos, F. X. (2013). Neurobiología del autismo y TDAH mediante técnicas de neuroimagen: divergencias y convergencias. Revista de neurología57(0 1), S163.
  • Miranda-Casas A, Baixauli-Fortea I, Colomer-Diago C, Roselló-Miranda B. Autismo y trastorno por déficit de atención/hiperactividad: convergencias y divergencias en el funcionamiento ejecutivo y la
    teoría de la mente. Rev Neurol 2013; 57 (Supl 1): S177-84.