Consommation responsable d'alcool à Noël

Ce Noël, faites une consommation responsable d'alcool en suivant les conseils que nous vous proposons pour éviter les conséquences négatives chez les enfants et les adolescents, et pour votre santé.
Consommation responsable d'alcool à Noël
Silvia Zaragoza

Rédigé et vérifié par la nutritionniste Silvia Zaragoza.

Dernière mise à jour : 20 décembre, 2022

L’alcool est devenu une boisson essentielle pour interagir socialement et passer un bon moment. Cependant, sa consommation a des conséquences négatives sur la santé et notre environnement, notamment chez les enfants et les adolescents. Pour cette raison, nous vous donnons quelques conseils pour une consommation d’alcool responsable à Noël.

Qu’est-ce qu’une consommation responsable d’alcool?

Il s’agit d’être conscient de la quantité d’alcool et de la fréquence de sa consommation. Culturellement, c’est une habitude considérée comme normale, et pourtant c’est une boisson dont on peut se passer. Vous êtes-vous déjà demandé depuis quand comment avez-vous commencé à le boire?

Bien que cela ne soit autorisé que chez les adultes, il y a généralement un déclencheur qui nous incite à l’essayer. Y compris des facteurs de risque, comme le fait qu’une personne que vous respectez en prenne, le manque d’affection, le stress, etc. De plus, l’alcool ne fournit que des calories vides, car il ne contient aucun nutriment essentiel. Il n’apporte que du sucre ajouté et, peut-être, légèrement plus, selon la manière dont il est obtenu.

Femme buvant un verre de vin de manière responsable.

Dans cet article,, nous allons vous parler de l’impact de la consommation d’alcool sur votre vie et sur les personnes qui vous entourent.

Conséquences de l’alcool

L’alcool, autant qu’il est vendu comme source d’antioxydants, est nocif pour votre corps. Bien qu’il existe des études qui montrent les avantages du vin, celles-ci sont observationnelles. Elles n’impliquent donc pas une cause, car il existe de nombreux facteurs de style de vie à prendre en compte.

De nos jours, l’alcool est la principale cause de diverses pathologies, telles que les maladies cardiovasculaires, les cancers digestifs, la démence, entre autres, et la mortalité pour une raison quelconque, mettant en évidence, en particulier, les pathologies cardiaques et le cancer.

Il suffit de boire entre 12,5 et 50 grammes d’alcool au moins une fois par semaine. C’est ce qu’on trouve dans une canette de bière, 2 verres de vin, etc, qui varie selon le titre alcoométrique des boissons.

Par ailleurs, l’alcool provoque également des dommages au foie et altère l’humeur, ainsi que le comportement, qui devient plus impulsif et violent. Il génère même des accidents de la circulation. Il est donc conseillé de l’éviter en conduisant.

Cette boisson augmente également la glycémie, le cholestérol et les taux de surpoids et d’obésité en déplaçant la consommation d’autres aliments ou boissons moins caloriques et plus denses sur le plan nutritionnel. Par conséquent, cela impacte négativement votre qualité de vie et celle des personnes qui vivent avec vous.

Risques de l’alcool chez les enfants et les adolescents

Nous savons tous que la consommation d’alcool est totalement interdite aux mineurs (18 ans en Espagne et 21 ans aux États-Unis). C’est un stade pendant lequel nous sommes en plein développement, en particulier le cerveau. Par conséquent, la capacité d’attention, d’apprentissage et de mémoire est réduite. Indirectement, le nombre de neurones et leur fonctionnement sont réduits. De plus, la coordination est moindre.

A long terme, l’alcool provoque une digestion lourde, des carences en nutriments dues à une malabsorption, des nausées et des vomissements, voire des maux de tête. Alors, soyez un bon exemple pour eux en réduisant sa consommation et en évitant de le faire devant eux. Ou en l’utilisant comme échappatoire à tout problème. Rappelez-vous qu’ils voient tout, imitent et normalisent.

Homme refusant un verre de vin.

Conseils pour une consommation responsable d’alcool

  • Tout d’abord, prenez un stylo et du papier et faites une liste avec la quantité quotidienne et hebdomadaire d’alcool que vous consommez. Nous vous conseillons de noter également le moment.
  • Ensuite, réfléchissez si vous buvez vraiment parce que vous en avez envie ou pour ne pas avoir l’air mal devant les autres. Et aussi si cela vous convient ou non. Ainsi, à chaque fois qu’on vous propose un verre, vous pouvez consciemment le refuser.
  • Maintenant que vous avez appris à dire non, remplacez-le par une autre boisson comme celles que nous proposons ci-dessous. Faites-le progressivement pour qu’il vous soit plus facile de le changer.

Alternatives à la consommation d’alcool

  • La boisson principale est l’eau, et elle est recommandée pour tout le monde. Alors essayez de boire au moins quelques verres par jour. Vous pouvez le faire entre les repas ou lors des repas principaux. Vous pouvez également ajouter une tranche et quelques gouttes de citron ou d’orange.
  • Des recettes de boissons non alcoolisées.
  • Bouillon de légumes ou de poulet.
  • Infusions ou thés.
  • Smoothies aux fruits ou jus de fruits et légumes.

Enfin, nous espérons que vous vous êtes rendu compte de l’effet néfaste de l’alcool et que vous êtes encouragé à en réduire la consommation. Vous vous sentirez mieux physiquement et mentalement, et augmenterez votre énergie et votre concentration. De plus, vous serez un modèle pour vos enfants.

Cela pourrait vous intéresser ...
Comment la consommation d’alcool affecte-t-elle les mineurs ?
Être parents
Lisez-le dans Être parents
Comment la consommation d’alcool affecte-t-elle les mineurs ?

L'alcool chez les mineurs ne devrait pas être un problème, sauf si la mère en consomme pendant la grossesse, mais de plus en plus d'enfants en cons...



  • Pisinger VSC, Holst CA, Bendtsen P, Becker U, Tolstrup JS. (2017). Perceived parental alcohol problems and drinking patterns in youth: A cross-sectional study of 69,030 secondary education students in Denmark. Prev Med, 105: 389- 96.
  • Rossow I, Keating P, Felix L, McCambridge J. (2016). Does parental drinking influence children’s drinking? A systematic review of prospective cohort studies. Addiction, 111(2): 204-17.
  • Aitor Sánchez. (2013). Limitaciones de la paradoja francesa: vino, correlación y causalidad. Mi dieta cojea. [Consultado el 24 de diciembre de 2019] Disponible en: https://www.midietacojea.com/2013/10/24/la-paradoja-francesa-el-vino-correlacion-y-causalidad/
  • Praud D, Rota M, Rehm J, Shield K, Zatoński W, Hashibe M et al. (2016). Cancer incidence and mortality attributable to alcohol consumption. Int J Cancer, 138(6): 1380-87.
  • Alicia Delgado. (2019). Más del 40% de los conductores fallecidos iba borracho o drogado. DGT. ^[Consultado el 23 de diciembre de 2019]. Disponible en: http://revista.dgt.es/es/noticias/nacional/2019/07JULIO/0718-Informe-alcohol-drogas.shtml#.XgCmZ0dKi7
  • Martin JL, Gadegbeku B, Wu D, Viallon V, Laumon B. (2017). Cannabis, alcohol and fatal road accidents. PLos One, 12(11).
  • Topiwala A, Ebmeier KP. (2018). Effects of drinking on late-life brain and cognition. Evid Based Ment Health, 21(1):11-15. 
  • Spear LP. (2018). Effects of adolescent alcohol consumption on the brain and behaviour. Nat Rev Neurosci, 19(4): 197-214. 
  • Lee RD, Chen J. (2017). Adverse childhood experiences, mental health, and excessive alcohol use: Examination of race/ethnicity and sex differences. Child Abuse Negl, 69:40-8.
  • Mostofsky E, Chahal HS, Mukamal KJ, Rimm EB, Mittleman MA. (2016). Alcohol and Immediate Risk of Cardiovascular Events: A Systematic Review and Dose-Response Meta-Analysis. Circulation, 133(10): 979-87.

Le contenu d'Être Parents est uniquement destiné à des fins éducatives et informatives. Il ne remplace à aucun moment le diagnostic, les conseils ou le traitement d'un professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.