Comment surmonter le syndrome d'infertilité ?

Pour faire face au syndrome d'infertilité, il est également important de promouvoir le changement social pour arrêter de mettre la pression sur les gens pour qu'ils deviennent parents.
Comment surmonter le syndrome d'infertilité ?
Maria Fátima Seppi Vinuales

Rédigé et vérifié par la psychologue Maria Fátima Seppi Vinuales.

Dernière mise à jour : 30 novembre, 2022

Selon l’OMS, l’infertilité est « l’incapacité de concevoir une grossesse après un an de rapports sexuels réguliers, sans recours à la contraception ». Au-delà de sa définition stricte, nous savons que le syndrome d’infertilité cause beaucoup de souffrance et de mal-être à ceux qui veulent être parents.

Dans de nombreux cas, après plusieurs tentatives, certains décident d’arrêter d’essayer. D’un autre côté, on retrouve aussi ceux qui préfèrent aller plus loin et avancer avec les techniques de procréation assistée. Dans un cas comme dans l’autre, il est important d’accompagner le processus avec un soutien psychologique pour pouvoir y faire face de la meilleure façon possible.

Comment aborder le syndrome d’infertilité

L’infertilité n’est pas que ponctuelle : c’est un processus qui s’étend parfois sur des années, où les émotions seront variables. Celles-ci vont du choc initial au déni, et même à l’espoir que tout va s’arranger. Dans certains cas, le processus est compliqué et peut mener à la dépression.

Chaque cas est très unique : il est donc pratique de bénéficier du soutien d’un psychologue professionnel pour guider et aider à tout moment.

Traitement de l’infertilité

Le syndrome d’infertilité se travaille généralement à partir de différentes étapes:

  • Communiquer sur le diagnostic d’infertilité.
  • Offrir une information complète et fiable sur les techniques de procréation assistée existantes.
  • Orientation dans la prise de décision et accompagnement en fonction de ce qui est choisi (commencer ou non un traitement).
Le soutien psychologique est très important face à ce problème. Une autre bonne option consiste à rejoindre des communautés de soutien pour trouver de l’empathie et de la compréhension.

Communautés de soutien pour le syndrome d’infertilité

En plus du soutien émotionnel, il est important que les personnes atteintes du syndrome d’infertilité puissent disposer de toutes les informations dont elles ont besoin pour faire face à la situation. L’un des espaces de consultation les plus fréquents sont les cabinets de conseil. Il s’agit d’un espace de rencontre entre les professionnels de la santé et ceux qui consultent, où ces derniers reçoivent des conseils personnalisés sur le sujet. Le but est de répondre à trois points : informer, orienter et aider.

Dans certains cas, les communautés de soutien de personnes vivant une situation similaire peuvent servir d’appui pour trouver compréhension et empathie au-delà du cercle intime.

L’importance du soutien psychologique face au syndrome d’infertilité

Pensons à toutes ces émotions et sensations qui surgissent lorsque nous voyons nos tentatives pour atteindre un objectif frustrées. Tout cela se produit aussi en situation d’infertilité et parfois doublement, notamment en raison de la pression sociale pour fonder une famille.

Vaincre le syndrome d’infertilité n’est pas simple puisque les désirs, les attentes, les espoirs, les projets (individuels ou de couple) et même les évaluations se mêlent. Voici donc quelques recommandations à prendre en compte, tant pour ceux qui traversent cette situation que pour ceux qui les accompagnent.

Accepter les émotions

Tout d’abord, il est important de se donner le temps nécessaire pour faire le deuil de ce que nous voulions tant. Ainsi, un travail doit être fait sur l’acceptation des émotions. Si vous êtes en couple, vous devez valider ce que l’autre ressent car tout le monde ne vit pas les choses de la même manière.

Travailler sur la culpabilité

Il est important de travailler sur la culpabilité et sur la recherche de coupables. Essayer de mettre un nom sur la situation ou de prendre ses responsabilités n’apporte pas la solution et n’est pas plus rassurant. Au contraire, cela peut augmenter la tension et le stress si vous êtes en couple et être à l’origine de disputes. Au lieu de cela, il est nécessaire de se connecter avec ces choses qui procurent du plaisir et de la joie en guise de distraction.

Améliorer la communication du couple et se soutenir mutuellement est essentiel pour traverser cette étape de la meilleure façon possible.

Être le soutien du partenaire et vice versa

Ceux qui sont en couple doivent travailler sur le soutien mutuel et les compétences de communication, afin qu’une distance émotionnelle ne se crée pas ou qu’ils ne tombent dans l’extrême de devenir obsédés par le sujet ou d’arrêter d’en parler.

Envisager des projets enrichissants

Au fil du temps, il sera important de travailler pour trouver d’autres projets valorisants et synonymes de bonheur ; en d’autres termes, apprendre à considérer l’infertilité comme une opportunité de croissance et de renforcement de la résilience. Il est important de travailler l’adaptation pour ne pas se retrouver avec la sensation de vide à laquelle beaucoup de personne font référence. L e soutien psychologique est également fondamental et fortement recommandé pour cette étape.

La société doit aussi changer

Dans de nombreux cas, le poids de ne pas pouvoir être mère vient de la pression sociale, des stéréotypes et des images erronées qui se construisent autour des personnes qui ne peuvent pas avoir d’enfants. Le deuil dû au syndrome d’infertilité exige que les personnes directement touchées travaillent avec l’aide de professionnels, mais aussi de la société.

Il est important de sensibiliser à la question pour aider à bannir ces préjugés qui font tant de mal et exercent une pression. De plus, il est nécessaire de proposer d’autres plans et projets qui ne sont pas liés à la parentalité.

Quand c’est le seul projet de vie qui est validé, face à l’impossibilité de le réaliser, on retrouve énormément de frustration, de culpabilité et une énorme baisse de l’estime de soi. Il faut arrêter de demander « et le bébé, c’est pour quand ? », puisque nous ne connaissons jamais la situation personnelle de chaque personne et de chaque couple.

Cela pourrait vous intéresser ...
Fertilité et stress : y a-t-il une relation réelle entre les deux ?
Être parents
Lisez-le dans Être parents
Fertilité et stress : y a-t-il une relation réelle entre les deux ?

Nous savons que le stress chronique est nocif pour notre santé. Mais existe-t-il une relation réelle et directe entre la fertilité et le stress ?



  • Regueiro Ávila, Ana Mª, & Valero Aguayo, Luís. (2011). Intervención psicológica en un caso de infertilidad femenina. Escritos de Psicología (Internet)4(3), 27-35. Recuperado en 24 de agosto de 2021, de http://scielo.isciii.es/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S1989-38092011000300003&lng=es&tlng=es.
  • Bartés Calle, A., & Muixí Rodriguez, L. (2018). Abordaje psicológico a mujeres diagnosticadas de cáncer de mama con posible afectación de la fertilidad post tratamiento en el Hospital de día oncológico de Manresa (Althaia) (Bachelor’s thesis, Salut-UAB).

Le contenu d'Être Parents est uniquement destiné à des fins éducatives et informatives. Il ne remplace à aucun moment le diagnostic, les conseils ou le traitement d'un professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.