Comment gérer le deuil après une fausse couche

Le deuil d'un enfant sur le point de naître est rendu invisible au niveau social. Pour guérir, il faut reconnaître son droit à souffrir et s'offrir le temps dont on a besoin. Nous vous donnons quelques clés pour y parvenir.
Comment gérer le deuil après une fausse couche

Dernière mise à jour : 19 juin, 2022

Toute perte est douloureuse, mais celles dans lesquelles notre souffrance ne semble pas légitime deviennent beaucoup plus difficiles à surmonter. C’est ce qui arrive à de nombreux couples face au deuil après une fausse couche : leur entourage ne semble ni comprendre ni accompagner leur douleur. Le silence, les phrases toutes faites ou la minimisation de ce qui s’est passé peuvent profondément toucher ces parents. Par conséquent, si vous traversez cette situation difficile, nous souhaitons vous proposer quelques recommandations à cet égard.

On estime qu’environ 20 % des grossesses confirmées se terminent par une fausse couche. Ce chiffre non négligeable contraste avec le peu d’attention sociale que cet événement reçoit. En dépit du fait qu’un grand nombre de femmes doivent faire face à la perte de leur futur bébé, elles sont généralement obligées de la vivre en silence, dans la solitude et même avec culpabilité ou honte, car elles ressentent une tristesse qui leur est refusée de l’extérieur.

Bien élaborer le deuil est fondamental pour préserver le bien-être psychologique de la femme et du couple, et pour que les grossesses ultérieures puissent être traitées de manière appropriée. À cet égard, certains points doivent être pris en compte.

Faire le deuil après une fausse couche prend du temps

Tout d’abord, écoutez-vous et tenez compte de vos besoins. Chaque émotion est sage et remplit une fonction adaptative ; dans le cas de la tristesse, elle nous motive à ralentir, nous reposer, prendre soin de nous, réfléchir et nous occuper de ce qui se passe en nous. Ce processus prend du temps et vous devez vous en donner, être patiente et compatissante avec vous-même et ne pas vous précipiter.

Pour la même raison, gardez à l’esprit que ce n’est pas le meilleur moment pour prendre des décisions. N’essayez pas de trouver tout de suite quoi faire des objets que vous avez achetés et laissez passer le temps, afin que votre esprit et votre cœur se remettent d’abord. Prenez un congé si nécessaire, car la santé mentale est une priorité.

Il est possible que vous ressentiez le besoin de retomber enceinte rapidement ou, au contraire, que vous ressentiez un grand rejet à l’idée d’essayer d’être à nouveau mère. Dans tous les cas, n’agissez pas dans la précipitation, permettez-vous d’abord de guérir. Aucun enfant ne doit venir au monde en remplacement d’une vie perdue, chacun de vos enfants est unique et doit avoir sa place.

mère triste et solitaire sur un banc de parc
La tristesse et la douleur sont normales, attendues et nécessaires pour traverser cette étape difficile. Ne réprimez pas ce que vous ressentez et respectez votre deuil.

Les émotions doivent être ressenties et traitées

Dans ce moment très compliqué, il est probable que des émotions se précipitent en vous et qu’elles vous submergent. Il est naturel que vous ressentiez de la tristesse, de la colère, de la peur, de la culpabilité, de la frustration, de la déception ou de la rage. Quoi que vous ressentiez, souvenez-vous que c’est normal. Il faut que vous vous autorisiez à vivre ces émotions, que vous ne les réprimiez pas ou que vous ne luttiez pas contre elles, que vous les acceptiez pendant le temps qu’elles doivent vous accompagner. En fait, elles vous aident à passer à autre chose après ce qui s’est passé.

Un point important à considérer lorsqu’il s’agit de deuil après une fausse couche est la nécessité de rituels symboliques et significatifs. Lorsqu’un être cher décède, nous avons une série de traditions sociales qui nous aident à traiter et à intégrer ce qui s’est passé, comme la veillée funèbre ou les funérailles. Dans ce cas, ces rituels ne sont pas présents, mais sont toujours nécessaires.

Pour la même raison, il peut être très utile de générer vos propres rituels. Choisissez un prénom pour l’enfant que vous avez perdu (si vous n’en aviez pas déjà), écrivez-lui une lettre, dites-lui au revoir et gardez un espace dans votre cœur pour qu’il lui appartienne à jamais. Prétendre que la grossesse n’a jamais existé, éviter le sujet, faire taire ce qui s’est passé ne fera qu’enraciner la douleur.

L’entourage joue un rôle fondamental

Le soutien social est extrêmement nécessaire pendant le deuil après une fausse couche, même si on ne le reçoit pas toujours. Peut-être que vos proches commettent l’erreur de minimiser votre perte ou de sous-estimer votre douleur. On peut vous dire des phrases comme « tu es encore jeune », « tu peux continuer d’essayer » ou « au moins, il n’était pas encore né ». Ces phrases peuvent être très douloureuses et, par conséquent, ne leur permettez pas d’invalider vos émotions et n’ayez pas peur de mettre des limites lorsque cela se produit.

Vos amis et votre famille ne savent peut-être pas comment réagir ou comment vous aider : dites-leur ce que vous voulez ou ce dont vous avez besoin. Souvent, il suffit d’être présent, d’écouter et de comprendre.

En revanche, il est primordial de soigner le lien du couple dans ces moments délicats. Quand on cherche des coupables, des sentiments de colère ou de rejet envers le partenaire peuvent survenir, le silence et la distance émotionnelle peuvent s’installer ou, au contraire, des disputes constantes peuvent commencer. Mais, en réalité, vous devez plus que jamais agir en équipe.

Communiquez avec votre partenaire, dites-lui ce que vous ressentez et écoutez ses sentiments. Soutenez-vous au lieu de vous attaquer car c’est la personne qui peut le mieux comprendre votre douleur.

L'avortement répété est appelé la succession de fausses couches spontanées avant 20 semaines de gestation.
Bien que l’esprit cherche à blâmer, le cœur a besoin de panser ses blessures pour retrouver un équilibre. Alors, accompagnez-vous dans cette démarche.

Demander de l’aide professionnelle pendant le deuil après une fausse couche

Une fausse couche peut être vécue comme un événement traumatisant et entraîner des problèmes psychologiques, tels que l’anxiété, la dépression et même des symptômes de trouble de stress post-traumatique. Par conséquent, un accompagnement professionnel peut être nécessaire.

Si vous vivez cette situation, consulter un psychologue périnatal peut vous aider à gérer la douleur et à éviter des complications majeures à long terme. Rappelez-vous que vous n’êtes pas seule.

Cela pourrait vous intéresser ...
6 choses qu’il ne faut pas dire à une femme qui a fait une fausse couche
Être parents
Lisez-le dans Être parents
6 choses qu’il ne faut pas dire à une femme qui a fait une fausse couche

La douleur que ressent une femme après une fausse couche n'est pas toujours facile à comprendre.Souvent, même sans penser à mal, on minimise l'évén...



  • Rodríguez, C. L., De los Ríos, M., González, A. M., Quintana, D. S., & Sánchez, I. (2020). Estudio sobre aspectos epidemiológicos que influyen en el aborto espontáneo. Multimed24(6), 1349-1365.
  • Farren, J., Jalmbrant, M., Ameye, L., Joash, K., Mitchell-Jones, N., Tapp, S., … & Bourne, T. (2016). Post-traumatic stress, anxiety and depression following miscarriage or ectopic pregnancy: a prospective cohort study. BMJ open6(11), e011864.