Comment parler de l'alcool à un adolescent?

Pour prévenir la consommation d'alcool chez les adolescents, il est essentiel que les parents s'impliquent. Découvrez comment parler à votre enfant de ce sujet.
Comment parler de l'alcool à un adolescent?

Dernière mise à jour : 04 septembre, 2021

L’adolescence est une étape complexe pour les parents, car elle les oblige à avoir certaines conversations avec leurs enfants qui ne sont pas toujours faciles à gérer. Parler de la consommation d’alcool à un adolescent en fait justement partie. Comment s’y prendre et quelles informations transmettre?

La consommation de boissons alcoolisées est une habitude naturalisée par la société. Cependant, ce comportement à l’adolescence est l’un des aspects qui inquiète le plus les parents. A cet âge, la perception du risque est généralement assez faible et ajoutée à la facilité d’accès à la boisson. Cela pousse les jeunes à commencer à une consommation de plus en plus tôt.

Que pouvons-nous faire en tant que parents? Quelles attitudes devons-nous adopter?

Pourquoi est-il important de parler de l’alcool à un adolescent?

Certains parents font l’erreur de minimiser la consommation d’alcool chez les adolescents. D’autres pensent que leurs conseils ne seront pas entendus par leurs enfants et évitent donc cette conversation importante. Cependant, l’intervention parentale est plus pertinente qu’on ne le pense.

En premier lieu, il est nécessaire de parler avec les enfants de l’alcool dès la petite enfance. En effet, à ce stade les messages des parents sont mieux reçus. Même s’ils ont déjà atteint la puberté, il est essentiel de les informer sur les risques de la consommation, car la désinformation est nocive. Dans de nombreuses occasions, l’ignorance pousse les jeunes à abuser de l’alcool.

Vous pensez peut-être qu’il sait déjà tout ce que vous lui dites ou qu’il est trop rebelle pour vous écouter. Cependant, soyez sûr qu’en abordant le problème, vous contribuez à sa sécurité et son bien-être.

Une jeune adolescente qui lève les yeux au ciel.

Comment parler de l’alcool à un adolescent?

Désormais, puisqu’il s’agit d’un sujet sensible et d’une étape de la vie complexe, la conversation sur l’alcool ne peut pas avoir lieu n’importe comment. Pour que ce discours soit efficace, il est important de respecter certains paramètres. Comme ceux que nous vous montrons ci-dessous.

Aborder la question naturellement

Parler de l’alcool à votre adolescent ne nécessite pas de dramatiser ou de trouver un moment précis pour avoir une conversation unique et profonde. Vous pouvez profiter de tout moment où le problème se pose naturellement pour lui demander ce qu’il en pense, ce qu’il sait ou quels sont ses doutes.

Une publicité, un fait divers ou une anecdote personnelle peuvent mener à une conversation très détendue.

Éviter le jugement

Il est essentiel de ne pas adopter de position trop radicale ou autoritaire sur la consommation d’alcool. Car cela peut fermer les lignes de communication avec votre enfant.

Si votre enfant exprime sa curiosité ou vous dit qu’une personne de son entourage a consommé de l’alcool, soyez intéressé à en savoir plus. Mais toujours par compréhension et non par critique.

De nombreux adolescents considèrent leurs parents comme des figures rigides et si détachés de leur réalité qu’ils ne peuvent pas leur faire entièrement confiance. Essayez de préciser que votre objectif n’est pas d’interdire pour interdire, mais de garantir leur sécurité.

Fournir des informations précises

Disposer d’informations fiables sur les risques de la consommation d’alcool peut être très utile. Par conséquent, expliquez à votre enfant que la consommation d’alcool à l’adolescence peut endommager son cerveau encore immature. Cela peut effectivement avoir les conséquences suivantes:

  • Problèmes de mémoire et d’attention.
  • Ralentissement de la capacité à traiter l’information.
  • Difficultés à s’organiser, à prendre des décisions judicieuses ou à gérer ses émotions.

De plus, la consommation précoce de cette substance augmente le risque de développer une dépendance. Par ailleurs, se livrer à des comportements dangereux tels que des relations sexuelles non protégées, des altercations violentes, des accidents ou la consommation d’autres drogues.

Essayez de souligner que vous n’essayez pas de diaboliser l’alcool. Mais de lui apprendre qu’il vaut la peine d’attendre que son corps mûrisse pour éviter des conséquences irréversibles.

Construire une base solide de personnalité

Nous ne pouvons ignorer le fait que l’alcool apporte certaines récompenses immédiates aux jeunes. Par exemple, cela les aide à se décomplexer, à s’intégrer au groupe auquel ils appartiennent, ou à faire face à des émotions négatives ou douloureuses.

L’un des grands objectifs des parents est de fournir les outils personnels qui leur permettent de gérer ces aspects, sans ressentir le besoin de recourir à l’alcool.

En ce sens, veillez à ce que votre enfant atteigne l’adolescence avec une solide estime de soi, des compétences sociales suffisantes et une intelligence émotionnelle développée. Et si vous constatez des lacunes dans l’un de ces aspects, n’hésitez pas à solliciter le soutien professionnel nécessaire pour les renforcer.

Proposer des alternatives de loisirs

Un groupe d'adolescents qui boivent de l'alcool dans une chambre.

Le groupe de pairs a une énorme influence sur les décisions que prennent les jeunes. Par conséquent, si les amis de votre enfant consomment fréquemment de l’alcool, il y a de fortes chances qu’il en consomme également.

L’inscrire à différentes activités qui constituent une alternative de loisirs plus appropriée, pour élargir son cercle social avec des personnes qui ont d’autres intérêts. Le sport ou l’art, dans toutes leurs variantes, sont deux excellentes options pour s’occuper dans une activité saine.

Parler de l’alcool à un adolescent est un devoir parental!

En fin de compte, parler à votre enfant de l’alcool est une tâche inévitable, grâce à laquelle des conséquences graves à court et à long terme peuvent être évitées.

N’oubliez pas que l’adolescence n’est pas facile pour les jeunes et qu’ils ont besoin de votre compréhension, de vos conseils et de vos ressources pour bien grandir.

Un jeune émotionnellement fort et en bonne santé, qui maintient une communication fluide avec ses parents, est beaucoup moins susceptible de tomber dans ce type de consommation à risque.

Cela pourrait vous intéresser ...
Comment la consommation d’alcool affecte-t-elle les mineurs ?
Être parentsLisez-le dans Être parents
Comment la consommation d’alcool affecte-t-elle les mineurs ?

L'alcool chez les mineurs ne devrait pas être un problème, sauf si la mère en consomme pendant la grossesse, mais de plus en plus d'enfants en cons...



  • Tapert, S. (2007). Consumo de alcohol en adolescentes: efectos sobre el cerebro. Documento presentando en el Seminario Internacional sobre alcohol y daño cerebral en menores, Madrid.
  • Boubeta, A. R., Golpe, S., Barreiro, C., Gómez, P., & Folgar, M. I. (2018). La edad de inicio en el consumo de alcohol en adolescentes: implicaciones y variables asociadas. Adicciones32(1), 52-62.
  • Sánchez Pardo, L. (2002). Los padres frente al “botellón”: guía práctica para una
    diversión sana de los hijos. Comunidad de Madrid: Consejería de Sanidad y Consumo, Agencia
    Antidroga.