La consommation d'alcool chez les adolescents

01 janvier, 2021
Bien que la consommation d'alcool chez les adolescents soit un phénomène de plus en plus accepté, elle implique néanmoins de nombreux risques pour leur santé et leur développement.

Saviez-vous que l’alcool est la substance la plus consommée par les adolescents de 14 à 18 ans ? En outre, ils commencent à boire de plus en plus tôt. La moyenne se situent en effet entre 12 et 13 ans. Bien que les risques pour leur santé soient bien connus, la consommation d’alcool chez les adolescents est devenue une norme dans le cadre de leurs activités sociales.

De plus, il semblerait que 30 % des jeunes pratiquent le “binge drinking“. Selon l’Institut national américain sur l’abus d’alcool et l’alcoolisme, ce mode de consommation consiste à boire plus de 4-5 verres en moins de 2 heures.

Il est important d’être conscient de ce phénomène car une telle attitude peut favoriser le développement de l’alcoolisme à l’âge adulte. Cela signifie également que les adolescents courent le risque de faire un coma éthylique et de se mettre ainsi en danger de mort en bloquant leur capacité respiratoire.

Mais tout d’abord, rappelons que l’alcool est un composé liposoluble. C’est l’estomac puis l’intestin qui l’absorbent alors que c’est le foie qui le métabolise. Il traverse également la barrière hémato-encéphalique. C’est pour cette raison qu’il est fréquemment associé à des symptômes neurologiques.

Deux adolescents buvant de l'alcool.

Le manque de mémoire : un effet à long terme de la consommation d’alcool chez les adolescents

L’alcool est une substance neurotoxique. L’adolescence est une période où les fonctions cérébrales sont encore en développement. La consommation d’alcool pendant cette période de la vie est donc particulièrement nocive. Elle impacte le fonctionnement de l’hippocampe. Il s’agit d’une région du cerveau liée à la mémoire et à l’apprentissage. Par conséquent, la mémoire à court terme est altérée et l’adolescent risque d’avoir des difficultés à se concentrer car le nombre de ses neurones se réduit.

En outre, il existe des preuves de l’influence de l’alcool sur l’apparition de la maladie d’Alzheimer. En effet, l’alcool agit un peu comme un inflammatoire puisqu’il favorise la création de dépôts de protéine bêta-amyloïde.

Enfin, lorsque les taux d’alcoolémie demeurent élevés, on peut même constater une perte de coordination et une lenteur des mouvements chez le jeune concerné.

Comment la consommation d’alcool affecte-t-elle l’humeur ?

Un autre effet de l’alcool est ce sentiment d’euphorie produit par la libération d’endorphine. Il s’agit cependant d’un effet à court terme. De plus, cela sécrète de la dopamine ce qui active la zone du cerveau liée au plaisir. Par conséquent, une dépendance se crée à la consommation d’alcool. Cela a de nombreux impacts comme nous allons de constater dans la section suivante.

De même, il semblerait que l’abus d’alcool prédispose au risque de dépression. Cependant, on ne sait pas encore très bien lequel de ces deux troubles apparaît en premier.

La consommation d’alcool augmente ainsi le risque de suicide. Elle impacte aussi le niveau d’irritabilité de l’adolescent, ce qui entrave évidemment ses bonnes relations sociales avec les membres de sa famille et avec ses amis.

Les conséquences à long terme de la consommation d’alcool chez les adolescents

Les effets de l’alcool ne disparaissent pas dès le lendemain de son ingestion. En effet, le jour suivant, on ressent souvent des maux de tête et de la fatigue. La raison principale à cela est que l’organisme a besoin de plusieurs heures pour se débarrasser de l’alcool car ce dernier bloque l’enzyme DAO (diamine oxydase).

Cette enzyme est responsable de l’élimination de l’histamine qui facilite la transmission neuronale, la sécrétion gastrique et les mouvements intestinaux. Cet enzyme régule également le rythme du sommeil. L’excès d’alcool est donc néfaste et cela se manifeste par des migraines mais aussi en affectant la qualité du repos.

De plus, la consommation d’alcool provoque des problèmes digestifs. Par exemple, de la nausée et des vomissements dont l’intensité varie en fonction des quantités ingérées. À long terme, la paroi de l’estomac risque de souffrir et la personne risque de développer des ulcères et des gastrites.

Dire non à une bière.

Enfin, il existe une relation entre l’excès de boisson alcoolisé et certains cancers du tube digestif. Par exemple, le cancer de l’œsophage, le cancer du côlon, le cancer de l’estomac, le cancer du pharynx ou encore le cancer du pancréas.

Comment éviter les excès de consommation d’alcool chez les adolescents ?

Il est important de rappeler aux adolescents que même une consommation d’alcool faible n’est pas sans danger pour eux en raison de tous les risques déjà mentionnés plus haut. Il est important de leur en parler et surtout d’être un exemple à suivre.

C’est ainsi qu’ils pourront prendre conscience de cette réalité. Cela les aidera également à ne pas considérer l’alcool comme une habitude normale dans la vie. Bien que cela puisse sembler étonnant, il s’agit bien d’une drogue à laquelle il est facile de devenir dépendant. Cependant, il est bien difficile de s’en défaire.

Finalement, en tant que parents, vous pouvez enseigner à vos adolescents qu’ils peuvent refuser les invitations de leurs amis à boire et opter pour d’autres boissons. Et ce, quoi que ces amis puissent en penser. Enfin, rappelez leur aussi qu’il existe de nombreuses occasions où il est possible de s’amuser sans alcool.

  • F Garcia, O; Serra, E; Zacares, JJ; Calafat, A; Garcia, F (2020) Alcohol use and abuse and motivations for drinking and non-drinking among Spanish adolescents: do we know enough when we know parenting style? Psychol health, 35(6): 645-64.
  • W. Zeigler, D; C. Wang, C; M.D., A. Yoast, R; D. Dickinson, B; McCaffree, M A; B. Robinowitz, C (2005) The neurocognitive effects of alcohol on adolescents and college students. El Sevier, 40: 23-32.
  • M Silveri, M; D Dager, A; E Cohen-Gilbert, J; T Sneider, J (2016) Neurobiological signatures associated with alcohol and drug use in the human adolescent brain. Neurosci Biobehav Rev, 70: 244-59.
  • Tapia-Rojas, C; G Mira, R; K Torres, A; Jara, C; Pérez, MJ; H Vergara, E et al (2017) Alcohol consumption during adolescence: A link between mitochondrial damage and ethanol brain intoxication. Birth Defects Res, 109(20): 1623-39.
  • Leung, J; Chiu, V; P Connor, J; Peacock, A; B Kelly,A ; Hall, W et al (2019) Alcohol consumption and consequences in adolescents in 68 low and middle-income countries – a multi-country comparison of risks by sex. Drug Alcohol Depend, 205. 
  • PUIGCORBÉ, S., BRUGAL, M. T., TEIXIDÓ-COMPAÑÓ, E. S. T. E. R., BOSQUE-PROUS, M. A. R. I. N. A., ESPELT, A., SORDO, L., … & BARRIO, G. (2019). Individual and contextual factors related to binge drinking among adolescents in Spain: a multilevel approach. Adicciones31(1). https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/29353297/
  • Venkataraman, A., Kalk, N., Sewell, G., Ritchie, C. W., & Lingford-Hughes, A. (2017). Alcohol and Alzheimer’s Disease—Does Alcohol Dependence Contribute to Beta-Amyloid Deposition, Neuroinflammation and Neurodegeneration in Alzheimer’s Disease?. Alcohol and Alcoholism52(2), 151-158. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/27915236/
  • Deady, M., Mills, K. L., Teesson, M., & Kay-Lambkin, F. (2016). An online intervention for co-occurring depression and problematic alcohol use in young people: primary outcomes from a randomized controlled trial. Journal of medical Internet research18(3), e71. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/27009465/
  • Manzotti, G., Breda, D., Di Gioacchino, M., & Burastero, S. E. (2016). Serum diamine oxidase activity in patients with histamine intolerance. International journal of immunopathology and pharmacology29(1), 105-111. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/26574488/