Anorexie et boulimie après l'accouchement

La puerpéralité est une période particulièrement vulnérable au cours de laquelle des troubles alimentaires peuvent survenir. Nous vous expliquons comment les détecter et comment prévenir leurs conséquences.
Anorexie et boulimie après l'accouchement
Elena Sanz Martín

Rédigé et vérifié par la psychologue Elena Sanz Martín.

Dernière mise à jour : 20 décembre, 2022

Les troubles du comportement alimentaire (TA) sont généralement associés aux adolescents. Car c’est à ce stade vital qu’ils ont tendance à apparaître plus fréquemment. Cependant, les cas d’anorexie et de boulimie après l’accouchement sont de plus en plus fréquents et nous alertent sur un problème à risque pour la santé des mères et des enfants.

La puerpéralité est une période particulièrement vulnérable sur le plan émotionnel. Puisque la nouvelle maman doit faire face à des changements physiques, hormonaux, relationnels et à des changements dans ses routines quotidiennes. Tous ces enjeux réunis ne sont pas toujours faciles à gérer. Dans ce contexte, les peurs de la maternité et les inquiétudes concernant le poids et l’image corporelle peuvent déclencher ou aggraver certains troubles, comme l’anorexie et la boulimie.

Découvrez tout ce que vous devez savoir à ce sujet pour éviter de manquer des signes avant-coureurs importants.

Anorexie et boulimie après l’accouchement : comment se manifestent-elles ?

Dans l’anorexie comme dans la boulimie, on se préoccupe excessivement du poids et de l’image corporelle. Y compris avec une franche déformation de la perception de son propre corps, qui conduit à se voir pire que ce que voient les autres.

L’apparence physique est étroitement liée à l’auto-évaluation d’une femme et à sa propre perception de la valeur. En raison de l’inconfort généré par l’apparence, différents comportements inadaptés sont mis en mouvement, dérivés d’une peur intense de prendre du poids.

Malgré le partage d’un élément central commun aux deux conditions, ces troubles sont différents. Nous expliquons ses caractéristiques distinctives ci-dessous.

Anorexie nerveuse

poupée barbie en plastique avec ruban à mesurer.

L’anorexie se caractérise par une restriction volontaire des apports alimentaires, qui conduit la personne à ne pas satisfaire ses besoins nutritionnels et énergétiques quotidiens. Ainsi, elle maintient un poids corporel significativement inférieur à ce qui serait considéré comme sain pour elle.

Malgré son poids insuffisant, la personne souffrant d’anorexie ne reconnaît pas la présence du trouble ni la gravité de sa situation. Elle maintient même les comportements qui empêchent la prise de poids, qui sont généralement restrictifs. Par exemple, l’adhésion à des régimes sévères, le jeûne ou un exercice physique excessif. En plus de cela, les crises de boulimie suivies de comportements de purge destinés à compenser peuvent également être incluses.

Boulimie

Dans le cas de la boulimie, le comportement typique se caractérise par une frénésie alimentaire suivie de comportements compensatoires. Il s’agit d’une prise excessive de nourriture en moins de deux heures. Pendant ce temps, la personne mange de façon compulsive et incontrôlable, jusqu’à ce qu’elle se sente mal à l’aise. Ensuite, elle éprouve une grande culpabilité et honte pour ce qui s’est passé.

Une telle boulimie se produit au moins une fois par semaine, pendant au moins trois mois consécutifs. Par ailleurs, les crises sont suivies de comportements visant à prévenir la prise de poids, tels que les vomissements provoqués, les routines d’exercices excessifs ou l’utilisation inappropriée de laxatifs et de diurétiques.

Pourquoi l’anorexie et la boulimie surviennent-elles après l’accouchement ?

Il existe plusieurs raisons qui conduisent à l’apparition de l’anorexie et de la boulimie après l’accouchement.

Les changements physiques subis par le corps de la femme pendant la grossesse et la puerpéralité en sont les principales causes. Après l’accouchement, le corps a besoin d’un temps de récupération variable avant de revenir à son état d’origine (ce qui ne se fait pas toujours complètement).

La jeune maman a déjà son bébé dans les bras, mais elle continue de voir une silhouette déformée sur son corps. Cela peut provoquer angoisse et inquiétude. Notamment en raison de la pression sociale exercée sur les femmes pour qu’elles retrouvent leur silhouette au plus vite. Aussi, en raison du peu de compréhension qui existe concernant la période post-partum et ses processus.

Comme si cela ne suffisait pas, les femmes qui viennent d’accoucher font face à une série de peurs, de responsabilités et d’incertitudes dérivées de la maternité. Leur identité est complètement transformée par leur nouveau rôle de mère et des inquiétudes excessives peuvent apparaître pour le bien-être du bébé, pour leurs bonnes performances en tant que mère et pour la façon dont leur vie va changer.

Parfois, ce sentiment de manque de contrôle mène à l’apparition d’un trouble de l’alimentation.

Enfin, l’anorexie et la boulimie après l’accouchement sont liées à la présence d’une dépression post-partum. Cette condition augmente l’inconfort, la pression et la culpabilité que ressentent les femmes dans cette période vulnérable de leur vie. Tous ces problèmes les rendent plus susceptible d’être insatisfaites de leur nouvelle situation.

Une maman déprimée à côté de son bébé sur le canapé;

Conséquences et prévention des troubles du comportement alimentaire pendant la puerpéralité

Les troubles alimentaires post-partum affectent non seulement la santé et le bien-être des femmes, mais aussi ceux de leurs enfants. De nombreuses mères choisissent d’arrêter l’allaitement plus tôt que recommandé afin de suivre un régime. D’autres n’ont tout simplement pas assez de lait pour la même raison.

À l’autre extrême, il y a des femmes qui offrent le sein au bébé de manière excessive. Afin de dépenser plus de calories et d’éviter la prise de poids. Aussi, il est fréquent que ces femmes projettent sur leurs enfants leurs difficultés à s’alimenter. Soit par excès alimentaires, soit par peur de les percevoir comme “gros”.

De plus, il ne faut pas oublier qu’une femme qui ne se sent pas bien ou qui traverse une maladie n’est pas dans les meilleures conditions pour offrir à son enfant les soins dont il a besoin. Elle peut rencontrer des difficultés à créer des liens avec le petit et à accepter son rôle de mère. De plus, elle peut faire face à des sentiments d’anxiété, d’inconfort et de culpabilité qui ne lui permettent pas d’exercer les soins de la meilleure façon possible.

Pour cette raison, il est essentiel qu’il y ait des ressources pour aider les nouvelles mères à cet égard. Un trouble de l’alimentation peut survenir dans la puerpéralité chez les femmes qui n’ont jamais eu de problèmes similaires ou s’aggraver dans les cas existants.

Enfin, il est important que les professionnels, l’environnement et les mères elles-mêmes soient conscients des comportements et symptômes possibles qui constituent des signes avant-coureurs. Ainsi, le soutien nécessaire peut être fourni à ce moment pour gérer le trouble naissant ou déjà établi.

Cela pourrait vous intéresser ...
Troubles du comportement alimentaire en période périnatale : ce qu’il faut savoir
Être parents
Lisez-le dans Être parents
Troubles du comportement alimentaire en période périnatale : ce qu’il faut savoir

Les troubles du comportement alimentaire en période périnatale mettent en danger la santé de la mère et du bébé. Nous vous disons pourquoi.




Le contenu d'Être Parents est uniquement destiné à des fins éducatives et informatives. Il ne remplace à aucun moment le diagnostic, les conseils ou le traitement d'un professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.