Acanthose pigmentaire chez les enfants: causes et traitement

L'acanthose pigmentaire est la manifestation cutanée de différentes maladies qui n'ont peut-être pas encore été diagnostiquées. Dans cet article, nous vous en disons davantage!
Acanthose pigmentaire chez les enfants: causes et traitement

Dernière mise à jour : 29 juin, 2021

L’acanthose pigmentaire de l’enfant est le signe cutané d’une pathologie sous-jacente. Ce n’est pas une maladie en soi. Malgré son apparence, ce n’est pas une blessure dangereuse ou contagieuse.

Il ne s’agit pas d’une manifestation très fréquente mais lorsqu’elle survient, le diagnostic de la cause qui la génère est généralement difficile. Actuellement, il y a une augmentation des cas d’acanthose pigmentaire chez les enfants en raison de la forte prévalence du diabète et de l’obésité à cet âge.

Qu’est-ce que l’acanthose pigmentaire ?

L’acanthose pigmentaire est un signe cutané lié aux changements hormonaux produits dans certaines maladies comme l’obésité, l’hypothyroïdie, l’acromégalie, la maladie des ovaires polykystiques, les maladies de Cushing et Addison ou le diabète insulino-résistant.

Il existe différentes variétés d’acanthose pigmentaire chez les enfants et celles-ci comprennent:

  • Acanthosis nigricans bénins.
  • Associée à l’obésité.
  • Syndromique.
  • Mal.
  • Acral.
  • Induite par la drogue.
  • Unilatéral.
  • Mixte.

Comment se manifeste l’acanthose pigmentaire ?

L’acanthose pigmentaire se développe généralement dans les plis cutanés, tels que l’aisselle, la nuque et l’aine. Son aspect est celui d’une plaque de couleur foncée (hyperpigmentée), qui apparaît veloutée et présente des bords mal définis. Chez l’enfant, le cou est la localisation la plus fréquente (99 %), suivi des aisselles (73 %).

Acanthose pigmentaire du cou.

Les origines de ces zones hyperpigmentées sont un épaississement de la peau, des démangeaisons et des macules veloutées qui évoluent en plaques faciles à palper.

Il est rare qu’elle s’accompagne de symptômes. Mais parfois, des démangeaisons peuvent apparaître dans la région touchée.

Par ailleurs, il faut savoir que l’acanthose pigmentaire peut être un indicateur de la présence de tumeurs malignes, telles que des tumeurs de l’estomac ou du foie. Bien que cela soit rare chez les enfants.

Quelles sont les causes?

Chez l’enfant, l’acanthose pigmentaire est associée dans la plupart des cas au diabète et au syndrome métabolique. Elle représente rarement un signe de malignité.

D’autres causes sont les troubles hormonaux ou l’utilisation de certains médicaments. Tels que les contraceptifs oraux et les glucocorticoïdes systémiques.

Les facteurs impliqués dans l’apparition de l’acanthose pigmentaire sont les suivants :

  • Augmentation de l’insuline dans la circulation sanguine, en cas de diabète.
  • Défauts du facteur de croissance des fibroblastes, principalement dans les variables héréditaires.
  • Le facteur de croissance transformant (TGF) est considéré comme le mécanisme de l’acanthosis nigricans lié à la malignité.

Diagnostic et traitement

Il existe différentes formes d’apparition de la maladie. Certaines avec des variables familiales. D’autres font partie de syndromes, tels que l’obésité, la craniosténose et l’hyperinsulinemie.

L’acanthose pigmentaire chez l’enfant est diagnostiquée cliniquement et peut être confirmée par une biopsie cutanée. Par ailleurs, il est possible de réaliser différents tests sanguins, radiographies ou endoscopies, afin d’écarter certaines causes comme le cancer ou le diabète.

Diagnostic différentiel

  • Séborrhée.
  • Teigne.
  • Candidose.
  • Ichtyose.
  • Erythrasma.
  • Pellagre.

Chez l’enfant, le diagnostic différentiel de l’acanthose pigmentaire inclut les dermatoses inflammatoires et les mycoses superficielles. Cela nécessite différents tests de laboratoire ou études agrégées.

Acanthose pigmentaire sous l'aisselle.

Prise en charge de l’acanthosis nigricans chez l’enfant

Bien que l’acanthose pigmentaire puisse être traitée, elle disparaît avec le temps en traitant la cause qui la déclenche, telle que la résistance à l’insuline.

Par conséquent, une alimentation correcte et des exercices fréquents contribueront au contrôle de la glycémie et amélioreront ainsi les signes et les symptômes. Chez certains enfants, la perte de poids à elle seule améliore la résistance à l’insuline et réduit les lésions hyperpigmentées.

L’objectif du traitement est de gérer et de maîtriser la maladie sous-jacente. En effet, la plupart du temps, le traitement est réalisé pour des raisons esthétiques.

Traitements topiques

L’un des traitements de première intention de l’acanthose pigmentaire chez l’enfant est le rétinoïde topique, qui provoque une diminution du temps de remplacement de la couche cornée de la peau. Par ailleurs, il contribue à la correction de l’hyperkératose et aide la peau à retrouver un état normal.

L’acide trichloracétique est un agent exfoliant chimique superficiel qui provoque la destruction de l’épiderme avec pour conséquence la réparation et le rajeunissement.

Une autre option thérapeutique bénéfique pour l’acanthose pigmentaire chez les enfants est le calcipotriol.

Traitements oraux

Les rétinoïdes oraux (acitrétine, isotrétinoïne) peuvent être efficaces. Cependant, pour observer des améliorations, une utilisation pour des cycles prolongés et de fortes doses est nécessaire. L’effet de ceux-ci, en outre, est limité et provoque une récidive précoce en raison de la demi-vie plus courte de l’acitrétine.

Traitement cosmétique

Il existe également la possibilité d’utiliser le laser alexandrite pour traiter l’assombrissement des zones touchées dans l’acanthose pigmentaire chez les enfants. Ce peut être un traitement sûr et efficace pour l’hyperpigmentation des aisselles après sept séances.

Acanthose pigmentaire chez les enfants

Les enfants atteints de la forme bénigne de l’acanthosis nigricans seront en mesure de résoudre cette maladie avec un traitement approprié et auront un faible risque de présenter des complications cutanées. Effectivement, cette affection a un bon pronostic futur.


  • Higgins SP, Freemark M, Prose NS. Acanthosis nigricans: a practical approach to evaluation and management. Dermatol Online J. 2008 Sep 15;14(9):2. PMID: 19061584.
  • Katz RA. Treatment of acanthosis nigricans with oral isotretinoin. Arch Dermatol. 1980 Jan;116(1):110-1. PMID: 7352756.
  • Rosenbach A, Ram R. Treatment of Acanthosis nigricans of the axillae using a long-pulsed (5-msec) alexandrite laser. Dermatol Surg. 2004 Aug;30(8):1158-60. doi: 10.1111/j.1524-4725.2004.30346.x. PMID: 15274711.
  • Sinha S, Schwartz RA. Juvenile acanthosis nigricans. J Am Acad Dermatol. 2007 Sep;57(3):502-8. doi: 10.1016/j.jaad.2006.08.016. Epub 2007 Jun 25. PMID: 17592743.