12 maladies qui influencent la fertilité

03 août, 2020
Aujourd'hui, il existe plusieurs moyens de détecter les maladies qui influencent la fertilité. Dans certains cas, ce sont des problèmes courants ; dans d'autres, ce sont des situations plus complexes.

Il est maintenant possible de détecter et de traiter les maladies qui influencent la fertilité des femmes. Dans certains cas, les causes qui empêchent la grossesse sont exceptionnellement complexes. En d’autres occasions, il s’agit de problèmes relativement courants, dont il existe une liste très précise.

La connaissance des raisons de l’incapacité de gestation est un outil très puissant pour inverser la situation et parvenir à la conception. Parmi les principales causes et maladies qui influencent l’infertilité, on trouve le syndrome des ovaires polykystiques, les fibromes utérins, l’insuffisance ovarienne prématurée et l’endométriose.

Il existe également d’autres facteurs d’infertilité qui nécessitent des traitements spécifiques, tels que l’incapacité à ovuler, les infections, l’incapacité de l’ovule à mûrir correctement, et divers problèmes structurels que peut présenter le système reproducteur.

D’autre part, l’échec de l’implantation et les maladies auto-immunes peuvent également entraîner des difficultés à concevoir.

Principales maladies qui influencent la fertilité

Endométriose

L’endométriose est un problème dans lequel l’endomètre, qui est constitué de cellules qui tapissent la cavité utérine, se développe en dehors de l’utérus. C’est l’une des causes les plus fréquentes de l’infertilité ; environ la moitié des cas de difficulté à concevoir sont liés à ce problème.

Il existe différentes hypothèses sur les raisons pour lesquelles cette caractéristique cellulaire provoque l’infertilité chez les 40% de femmes qui en sont atteintes. Comme il n’y a pas de certitudes à cet égard, on peut généraliser en disant qu’une croissance anormale finit par entraver et gêner certaines des différentes instances du processus de reproduction.

Une femme devant un test de grossesse.

Syndrome des ovaires polykystiques

Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) est la deuxième cause de stérilité la plus fréquente. Ce phénomène se produit lorsque la production d’androgènes est supérieure aux besoins. Les androgènes sont des hormones dont la présence en grand nombre empêche le développement normal des follicules ovariens et, par conséquent, l’ovulation.

Les follicules se remplissent alors de liquide et restent à l’intérieur des ovaires. Le SOPK est très fréquent chez les femmes ; le chiffre estimé indique que 10% des femmes en âge de procréer en souffrent.

Le SOPK affecte la fertilité mais peut également provoquer d’autres maladies comme l’hypertension, le diabète ou les maladies cardiaques. L’un des symptômes les plus courants est que, bien souvent, les femmes n’ovulent pas et n’ont donc pas de menstruations. D’autre part, l’excès de pilosité, l’obésité ou l’acné peuvent être quelques-uns des effets secondaires.

Insuffisance ovarienne prématurée

Cette pathologie est également appelée ménopause précoce. La particularité réside dans l’arrêt de la production d’hormones et l’épuisement des ovules à un âge précoce.

Un symptôme fréquent est l’aménorrhée, qui commence par des cycles de plus en plus espacés. Ce trouble n’a pas de traitement, mais il est possible d’obtenir une grossesse par fécondation in vitro ou par don d’ovules. En fait, environ 10 % des personnes souffrant d’une insuffisance ovarienne prématurée peuvent obtenir une grossesse sans aide extérieure.

“L’échec de l’implantation et les maladies auto-immunes peuvent également entraîner des difficultés à concevoir.”

Fibromes utérins

Il s’agit de tumeurs non cancéreuses qui se développent dans l’utérus. Les fibromes utérins varient en fonction de leur localisation et de leur taille ; c’est l’une des maladies les plus courantes qui influencent la fertilité.

Environ 5 % des cas de difficultés à concevoir une grossesse sont causés par cette condition. Bien que la raison pour laquelle les fibromes se développent ne soit pas encore connue, ils sont très probablement liés à une base génétique.

Selon la taille et l’emplacement, ces fibromes peuvent affecter l’espace du col de l’utérus ou de l’utérus, rendant difficile l’accès des spermatozoïdes.

Autres causes et maladies qui influencent la fertilité

En plus de celles déjà mentionnées, il existe un certain nombre d’autres causes qui peuvent avoir une influence décisive sur l’infertilité :

  • Incapacité d’ovuler : elle peut être due à une insuffisance ovarienne prématurée, à des ovaires polykystiques, au vieillissement, à des troubles endocriniens.
  • Hyperprolactinémie : elle est associée à des troubles de l’hypophyse qui altèrent la production de l’hormone prolactine.
  • Maladie de la thyroïde : hypothyroïdie et hyperthyroïdie
  • Troubles des glandes surrénales
Une femme regardant un test de grossesse.

  • Consommation de tabac
  • Problèmes structurels : pathologies du système de reproduction, comme la présence anormale de tissus dans les trompes de Fallope.
  • Infections : la plus fréquente est la chlamydia ; elles sont généralement acquises par transmission sexuelle.
  • Maladies auto-immunes

En conclusion, les maladies qui influencent la fertilité sont le plus souvent associées à des problèmes hormonaux ; cependant, il est également probable que certaines anomalies du système reproductif affectent la capacité à concevoir et à porter un bébé.

Ramos, R. R., Gutiérrez, G. R., Monroy, I. A., & Sánchez, H. G. M. (2008). Factores de riesgo asociados con infertilidad femenina. Ginecologia y Obstetricia de Mexico.

Rosas, M. R. (2008). Infertilidad femenina. Un problema multifactorial. OFFARM.

http://cybertesis.urp.edu.pe/bitstream/urp/238/1/llave_m.pdf

https://uvadoc.uva.es/bitstream/10324/20537/1/TFG-M-N702.pdf

http://www.binasss.sa.cr/revistas/rmcc/611/art23.pdf

https://www.aeu.es/UserFiles/13-GUIA_CLINICA_SOBRE_INFERTILIDAD_MASCULINA.pdf