Une photo virale expose la maladie dont les mères ne parlent pas

4 octobre 2019

La protagoniste est Kathy DiVicenzo. Cette héroïne anonyme a tout d’abord mis, sur sa page Facebook, une photo qui valait bien plus que mille mots. Celle-ci, sur laquelle on la voit complètement dépassée avec ses deux enfants, est rapidement devenue virale. Sans le savoir ou le vouloir, elle faisait référence à la dépression post-partum, une maladie dont on ne parle jamais.

Même si les mères n’en parlent pas à vive voix et préfèrent la taire, les statistiques officielles sont bien présentes. Selon le Centre pour le Contrôle et la Prévention de Maladie des Etats-Unis, une mère sur neuf en souffrirait.

La dépression post-partum est un syndrome qui touche chaque femme venant d’accoucher. Celle-ci peut en souffrir de façon modérée ou intense. Généralement, elle surgit lors des trois premiers mois de vie du bébé, même si elle peut aussi se manifester tout au long de la première année qui suit la naissance.

Une photo virale : la radiographie d’une maladie silencieuse

Cette photo virale très puissante a fait le tour du monde. Elle a eu la capacité de révéler un trouble aussi fréquent et commun que silencieux. La dépression post-partum constitue, pour beaucoup, une maladie incomprise.

Sur cette image forte, on peut voir Kathy avec ses deux enfants. La scène n’a pas été préparée, elle est tout à fait naturelle. Les trois sont assis sur le sol, dans une chambre complètement désordonnée et pleine de jouets. Son visage dévasté n’est pas le seul à exprimer son désarroi.

On retrouve un autre rôle intéressant : celui occupé par chaque petit. La petite fille essaye d’attirer l’attention de sa mère pour jouer, tandis que le bébé est couché au sol, avec une couche « pleine ». Le panorama est complété par l’apparence de Kathy, qui révèle complètement la problématique.

La maman, décoiffée et grise, est vêtue d’un soutien-gorge mal mis. Il est descendu d’un côté, ce qui nous renvoie à la période d’allaitement et à tout ce qu’elle implique (de bon et de pas si bon). Son visage est une ode aux cernes de fatigue et constitue une preuve vivante de l’épuisement qu’elle ressent.

L’autre face de la monnaie

photo virale positive

Ce post, en réalité, n’en est pas resté là : cette maman nord-américaine a aussi mis une autre image en parallèle. Comme une sorte de contrepoint avec un panorama complètement différent. La première chose que l’on remarque sur cette photo est l’ordre qui règne dans la chambre.

Par ailleurs, la petite fille l’observe en souriant tandis qu’elle joue avec ses deux poupées. Le bébé, quant à lui, est habillé et couché sur un matelas tout moelleux. Le plus grand changement et le plus grand contraste concernent Kathy, qui est coiffée, bien habillée et souriante. Reposée. Elle y est radieuse, heureuse et comblée.

« Ces deux images représentent ma vie en fonction des journées. Cependant, je ne partagerais qu’une seule de ces réalités avec les autres, et c’est bien le problème. J’ai peur que les gens croient que je suis faible, folle, que je suis une mauvaise mère ou encore bien d’autres choses dont mon esprit essaye de me convaincre, mais je sais que je ne suis pas la seule à penser cela. »

-Kathy DiVicenzo-

Kathy DiVicenzo a, de cette façon, remarquablement réussi à briser le silence qui enveloppe ce sujet. Elle va également plus loin en cherchant à ce que toutes les mères qui souffrent de cette condition partagent leur expérience afin de « savoir qu’elles ne sont pas seules ».

L’Institut National de la Santé Mentale aux Etats-Unis comprend la dépression post-partum comme « un trouble de l’état d’âme qui peut affecter les femmes après un accouchement ». Selon les experts en la matière, les causes de cette maladie répondent à un mélange de facteurs physiques et émotionnels.

Symptômes de la dépression post-partum à prendre en compte

Une mère en dépression et son bébé

Beaucoup de signaux indiquent qu’une mère souffre de cette maladie. Ceci est important pour recevoir le soutien nécessaire et, par ailleurs, pour éviter que cette condition ne dérive en un problème encore plus grave. Ainsi, les symptômes et facteurs de risque à prendre en compte sont les suivants :

  • Un profond sentiment de tristesse et de vide, une perte d’espoir.
  • Des pleurs fréquents, sans raison apparente.
  • De l’anxiété et de l’angoisse en continu.
  • Une irritabilité et mauvaise humeur constantes.
  • Une tendance à trop dormir ou, au contraire, à ne pas trouver le sommeil.
  • De la colère et de la rage.
  • Des pertes d’intérêt et de mémoire, en plus de difficultés d’attention et de concentration.
  • Un manque d’appétit.
  • Des douleurs physiques, des problèmes d’estomac et des affections musculaires.
  • Des difficultés au moment de retrouver ses amis et ses proches ainsi que des problèmes d’attachement émotionnel avec le bébé.