Types de socialisation

Tout au long de leur vie, les individus apprennent en se liant aux autres et en intégrant des éléments propres à leur culture.
Types de socialisation
María Matilde

Rédigé et vérifié par la pédagogue María Matilde.

Dernière mise à jour : 21 janvier, 2023

La socialisation est fondamentale dans la construction de la personnalité et de l’identité des garçons et des filles. Elle aborde les aspects centraux concernant l’incorporation des connaissances, des compétences, des conceptions et des idées sur la réalité.

On parle de types de socialisation en fonction de l’institution qui en a la charge ou du moment ou de l’étape de la vie dans laquelle on se trouve. Classées en socialisation primaire, secondaire et tertiaire, nous allons les décrire ci-dessous.

Qu’est-ce que la socialisation ?

C’est un processus à travers lequel l’être humain apprend, tout au long de sa vie, les éléments socioculturels de son environnement. La socialisation implique l’intériorisation des normes et des valeurs d’une société et d’une culture spécifiques pour les intégrer dans sa propre personnalité.

Elle commence à la naissance et évolue à toutes les étapes du cycle de vie. La personne adopte des modèles sociaux en atteignant l’autorégulation nécessaire, qui confère indépendance et autonomie à ses actes.

En fait, comme l’affirme le psychologue Santiago Yubero, « on peut dire que l’autorégulation est le fondement de la socialisation, qui nécessite non seulement une prise de conscience cognitive mais aussi, et surtout, un contrôle émotionnel ».

Types de socialisation.

Types de socialisation : primaire, secondaire, tertiaire

La socialisation est un processus qui permet aux individus, dès les premières années de la vie et de génération en génération, la transmission de la culture, des valeurs et des comportements sociaux, dans des contextes spécifiques.

Cela leur permet d’apprendre et de partager des connaissances spécifiques, de développer leur potentiel et d’élargir leurs capacités, afin de s’adapter à la vie dans le modèle de société dans lequel ils ont grandi.

Socialisation primaire

On peut dire que la socialisation primaire est la plus importante car c’est la première étape que l’individu traverse dans son enfance. C’est son introduction dans la société et la base sur laquelle se fonderont plus tard d’autres socialisations.

Dans la socialisation primaire, le sujet intériorise un « monde objectif » social construit par d’autres significatifs : dans ce cas, il s’agit de la famille, celle qui remplit le rôle d’agent socialisateur primaire.

Le noyau familial est chargé de répondre aux besoins physiques des enfants et c’est là que se produisent les dynamiques dans lesquelles ils évolueront et progresseront. Ainsi, ils se développeront au niveau cognitif, social, psychologique et de la conformation de la personnalité, et certains modèles de comportement seront générés.

La principale caractéristique de la socialisation primaire est sa forte charge affective, qui influence et détermine d’une certaine manière le développement psycho-évolutif de l’enfant, ainsi que la façon dont le type et les caractéristiques spécifiques de la famille influencent également, par rapport à des facteurs tels que le niveau socio-économique, les niveaux d’éducation, les valeurs religieuses, morales et sociales.

Socialisation secondaire

La socialisation secondaire est celle postérieure à la primaire, qui introduit le sujet, déjà socialisé, dans de nouveaux secteurs du monde objectif de la société. C’est précisément l’entrée dans le monde académique qui suppose un changement important pour les personnes, l’institution scolaire étant le principal agent de socialisation.

L’école suppose l’apprentissage et l’intériorisation de normes et de valeurs sociales qui renforcent ou, parfois, contredisent celles apprises lors de la socialisation primaire. L’école est le milieu formel dans lequel s’effectuent la transmission culturelle, la reconnaissance de l’autorité et des hiérarchies, ainsi que l’apprentissage de certains comportements.

Socialisation secondaire et groupe de pairs

L’école est le milieu par excellence dans lequel se développent diverses relations sociales et se forment les groupes dits de pairs. Ceux-ci se composent d’amis et de camarades de classe, avec lesquels les enfants et les adolescents commenceront à avoir une relation plus étroite, devenant leur principale référence.

Les groupes de pairs offrent la possibilité de partager des goûts et des passe-temps, ils impliquent un soutien et une compréhension mutuels dans lesquels les jeunes cherchent à se réaffirmer et à se faire accepter. Le groupe de pairs constitue le scénario le plus important pour le processus de formation de l’identité et de la personnalité.

Types de socialisation.

Le groupe de pairs est formé comme une sous-culture de jeunes dans laquelle il existe de forts liens de loyauté, avec leurs propres codes, modes, façons de se comporter et de se rapporter les uns aux autres. Dans le groupe, le besoin d’indépendance et d’autonomie par rapport à l’autorité des adultes, principalement des parents, est renforcé.

Il convient de mentionner qu’avec l’école et le groupe de pairs, les médias agissent comme un agent de socialisation secondaire très puissant. À l’heure actuelle, grâce à la technologie et aux réseaux sociaux, de nombreuses informations circulent et la mode, les valeurs et les modes de vie prônés par des personnes et des entreprises de grande influence se voient accorder une visibilité.

Socialisation tertiaire

Certains auteurs parlent d’une troisième étape dans le processus de socialisation des personnes, qui commence avec la vieillesse et coïncide avec leur retraite. Cela impliquerait de grands changements dans les routines et dans les relations sociales quotidiennes associées au monde du travail.

D’autres auteurs soutiennent que la socialisation tertiaire suppose un niveau de socialisation différent et qu’elle est expérimentée par les personnes qui ont vécu une déviation par rapport à la norme sociale, comme les personnes qui ont commis des crimes et sont en prison, qui doivent passer par une étape de resocialisation comme condition pour pouvoir se réinsérer dans la société.

Les agents sociaux chargés de la socialisation tertiaire ou de la resocialisation sont les autorités compétentes et les professionnels faisant partie des établissements pénitentiaires, tels que les psychiatres, les médecins, les psychologues, les éducateurs sociaux, etc.

Agents de socialisation

La socialisation se produit par une interaction constante avec les agents sociaux, selon l’âge ou l’étape de la vie dans laquelle se trouve une personne. Nous nous référons ici aux différentes institutions qui composent la société, y compris la famille, l’école et les médias.

La famille est un instrument efficace de transmission des valeurs et elle le fera suivant des styles de parentalité permissifs, négligents, autoritaires ou démocratiques. En ce sens, on observera une socialisation répressive ou une socialisation participative.

À l’école, pour leur part, les enfants établissent des relations sociales avec leurs pairs et avec des personnes adultes. Parallèlement, cela génère et promeut une dynamique scolaire au sein de sa propre famille.

Le cercle social du petit s’élargit avec les pères et les mères de l’école, avec la génération des activités parascolaires et celles de l’environnement professionnel, transformant ainsi la dynamique des rencontres sociales et familiales.

Tout cela se produit également dans un environnement sillonné par l’influence incessante des médias, aujourd’hui non seulement concentrés et statiques dans les télévisions ou les radios traditionnelles, mais dans la présence omniprésente et absolue des écrans mobiles.

Les changements profonds induits par les technologies de la communication numérique dans les modes de vie et les comportements sont incontestables. Il est de plus en plus évident que leur gestion définit des espaces d’insertion et des formes d’interaction au sein de la famille et de la société.

Importance de la socialisation

La socialisation permet à un enfant de s’intégrer dans la société. Cela passe par une adaptation à des pairs et met en relation interactive l’héritage des traditions économiques, sociales, technologiques, religieuses, esthétiques et linguistiques héritées. Fort de ce bagage, la personne se positionne et établit sa condition et son rôle dans la communauté.

L’importance réside essentiellement dans le fait que la socialisation rend les enfants et les jeunes autosuffisants, autocontrôlés, autonomes, avec la capacité de réaliser leurs activités individuellement selon les règles de la société.

Sous ces paramètres, une socialisation fructueuse et harmonieuse est d’une importance primordiale.

Cela pourrait vous intéresser ...
Le constructivisme social : la base de l’apprentissage
Être parents
Lisez-le dans Être parents
Le constructivisme social : la base de l’apprentissage

Le constructivisme social explique comment l'apprentissage d'un enfant exige nécessairement qu'il expérimente et interagisse avec d'autres personne...




Le contenu d'Être Parents est uniquement destiné à des fins éducatives et informatives. Il ne remplace à aucun moment le diagnostic, les conseils ou le traitement d'un professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.