Thyroïdite de Hashimoto chez l’enfant

13 février 2019
L'hypothyroïdisme provenant de la thyroïdite de Hashimoto chez l'enfant entraîne la diminution des fonctions métaboliques, digestives, neuronales et cardiovasculaires.

Saviez-vous que la thyroïdite de Hashimoto chez l’enfant peut affecter gravement sa croissance ? Ainsi, un niveau anormal des hormones thyroïdiennes touche le coeur, les muscles, le cerveau et d’autres organes. D’où l’importance que vous connaissiez davantage ce trouble.

Qu’est-ce que la thyroïdite de Hashimoto chez l’enfant ?

La thyroïdite de Hashimoto est une maladie dans laquelle le système immunitaire génère des anticorps qui attaquent la thyroïde. Ainsi, le système immunitaire qui devrait protéger des infections, s’en prend à la thyroïde, en y produisant une inflammation.

Avec le passage du temps, ladite inflammation réduit peu à peu la production des hormones thyroïdiennes. Cela entraîne l’hypothyroïdie. Le niveau d’hormones est en-dessous la normale.

thyroïdite de Hashimoto
En règle générale, cette maladie touche plus souvent les femmes d’un âge moyen. Elle peut néanmoins se présenter chez les hommes et les enfants.

 

 

Ce trouble, que l’on connaît également sous le nom de thyroïdite auto-immune ou thyroïdite chronique lymphocytaire, est un type courant d’hypothyroïdie chez l’enfant. L’on dit qu’elle est acquise puisqu’elle apparaît souvent après les six premiers mois. 

Causes possibles de son développement

L’on ignore pour le moment les raisons pour lesquelles le système immunitaire cause des dommages permanents à la thyroïde.

Néanmoins, l’on croit que c’est le résultat de l’action conjointe de la génétique et de facteurs environnementaux. En outre, certains médicaments et substances peuvent affecter les niveaux de production des hormones thyroïdiennes.

L’on peut également citer d’autres causes comme la consommation excessive d’iode, un taux élevé de cholestérol et les produits chimiques tels que les pesticides. Le déficit en vitamine D et les changements des hormones sexuelles peuvent entraîner cette maladie.

4 facteurs de risque

Il existe certains facteurs qui augmentent le risque de thyroïdite de Hashimoto chez l’enfant.

  1. Facteur héréditaire. Les enfants avec des antécédents familiaux de maladies de la thyroïde sont plus propices.
  2. Maladies auto-immunes, telles que le diabète de type 1, le lupus, l’hépatite auto-immune et l’arthrite rhumatoïde.
  3. Des facteurs congénitaux comme, par exemple, la trisomie 21.
  4. Une exposition à la radiation. C’est le cas chez les enfants qui ont subi une chimiothérapie et les enfants qui ont été très exposés à une radiation dans l’environnement.

Lisez également :
Comment prévenir le cholestérol infantile ?

thyroïdite de Hashimoto

Symptômes courants de la thyroïdite de Hashimoto chez l’enfant

Les symptômes peuvent être divers et, au début, cette maladie avance très lentement. Elle est même parfois asymptomatique. Ainsi, il peut se passer de nombreuses années avant qu’elle ne soit correctement diagnostiquée. Voici tout de même les symptômes les plus courants :

  • Retard de croissance
  • Ongles cassants ou peau sèche et pâle
  • Chute de cheveux
  • Langue plus grande que la normale
  • Dépression, fatigue ou irritabilité
  • Constipation
  • Retard dans le développement sexuel
  • Sensibilité au froid
  • Rythme cardiaque faible
  • Prise de poids

Traitement recommandé

Le traitement pour la thyroïdite de Hashimito chez l’enfant cherche à remplacer l’hormone thyroïdienne par de la lévothyroxine. Cette hormone synthétique régule le taux hormonal dans le sang. L’on garantira ainsi la croissance et le développement normal des enfants et des adolescents.

Tous les enfants atteints de la maladie de Hashimoto ne souffrent pas d’hypothyroïdie. Néanmoins, ceux qui la développent auront besoin d’un traitement à vie. La dose peut varier. C’est pourquoi le spécialiste répétera les analyses au début du traitement pour trouver la dose appropriée.

Si la dose est insuffisante, les symptômes de l’hypothyroïdie demeureront. Si au contraire, elle est excessive, cela peut conduire à l’hyperthyroïdie. C’est pourquoi l’on recommande de vous rendre chez le médecin une fois par an, afin de réaliser la surveillance nécessaire.

Si votre enfant présente des difficultés pour se concentrer, pour dormir ou a un sommeil agité, rendez-vous à nouveau chez votre médecin. De tels symptômes pourraient indiquer une dose excessive.

En conclusion, le trouble de la thyroïdite de Hashimoto chez l’enfant n’a pas de remède. Néanmoins, votre enfant peut mener une vie complètement normale avec le traitement adéquat. Celui-ci doit s’accompagner d’un contrôle strict par le pédiatre endocrinologue. Il jouira ainsi d’une croissance normale et saine.

  • Intidhar Labidi, S., M’Hiri Chaabouni, A., Kraiem, T., Attia, N., Gritli, S., El May, A., & Ben Slimane, F. (2006). Carcinome de la thyroïde et thyroïdite de hashimoto. Annales d’Oto-Laryngologie et de Chirurgie Cervico-Faciale. https://doi.org/10.1016/S0003-438X(06)76662-2

  • Portmann, L. (2005). Les thyroïdites: Une approche pour le médecin praticien. Revue Medicale Suisse.

  • Carranza, D., Van Vliet, G., & Polak, M. (2006). Hypothyroïdie congénitale. Annales d’endocrinologie. https://doi.org/10.1016/S0003-4266(06)72601-4

  • Laboureau-Soares Barbosa, S., Rodien, P., Illouz, F., & Rohmer, V. (2009). Hypothyroïdie acquise de l’adulte. EMC – Endocrinologie – Nutrition. https://doi.org/10.1016/S1155-1941(09)50473-8