Stéréotypes et préjugés sur l’adolescence

12 juillet 2019
Les stéréotypes et les préjugés sur l'adolescence supposent un facteur de risque pour la construction de l'identité, aspect essentiel de cette étape.

Comprendre le contexte dans lequel nous nous trouvons et notre société, en général, peut résulter très difficile en raison de sa complexité. Pour cette raison, une série de stéréotypes et de préjugés ont vu le jour. Ils aident ainsi à expliquer et à simplifier la réalité sociale. L’usage de stéréotypes et de préjugés sur l’adolescence est très fréquent à cette étape, et représente un facteur de risque très dangereux.

Les stéréotypes face aux préjugés

On sait que les stéréotypes et les préjugés sont un reflet de la culture et de l’époque dans lesquelles on se trouve. Ils surgissent dans le but de simplifier la société et de s’ajuster aux normes sociales. Cependant, quelle est la différence entre stéréotypes et préjugés ? Lequel des deux est le plus nocif ?

D’une part, les stéréotypes sont un ensemble de croyances qui attribuent certaines caractéristiques à ceux qui font partie d’un groupe. Autrement dit, s’élabore alors une image mentale simplifiée d’un groupe social.

Au départ, les stéréotypes ne sont pas nécessairement négatifs et nuisibles ; par exemple, « les hommes ont de la force » et « les femmes sont sensibles ». Cependant, même ces stéréotypes, qui ne sont pas initialement négatifs, peuvent supposer un antécédent à la discrimination. Bien que basés sur aucune vérité logique. En effet, il s’agit d’une affirmation construite socialement.

adolescence

De fait, selon le psychologue Gordon Allport, les stéréotypes sont des croyances exagérées permettant de justifier et de rationaliser la conduite en général. Voire même les actions menées contre les personnes et les groupes sociaux.

D’un autre côté, les préjugés sont des attitudes créées et apprises à partir d’images stéréotypées. Autrement dit, il s’agit de jugements à caractère essentiellement négatif et sans fondement qui dérivent d’un stéréotype.

Le préjugé sert d’évaluation négative et méprisante vers une personne qui appartient à un groupe ou vers un groupe en général. Ainsi, les préjugés manifestent une prédisposition émotionnelle négative basée sur des croyances stéréotypées et des attributs négatifs.

Discrimination

Enfin, il est inévitable de faire référence à la discrimination. Il s’agit d’un comportement socialement courant qui se stabilise dans le temps et qui est culturellement accepté, parfois, envers des personnes ou des groupes stéréotypés.

Les raisons poussant à la discrimination peuvent être diverses : ethnie, orientation sexuelle, religion, idéologie politique, sexe, entre autres. Dans un lycée, par exemple, un adolescent peut être discriminé simplement parce qu’il vit dans un environnement rural. Plutôt que dans un environnement urbain comme le reste de ses camarades.

Quelle image avons-nous des adolescents ?

L’adolescence est une période qui a été considérée, suite à une série de clichés, comme le souvenir déformé que les adultes en gardent. Ou qualifiée par toute production littéraire et cinématographique ayant diffusé une image concrète de l’adolescence.

En accord avec les recherches développées par les pédagogues et les psychologues Hoffman, Paris et Hall, il existe 3 grands mythes autour de l’adolescence :

  • L’adolescence est une étape marquée par une forte instabilité émotionnelle : cependant, malgré les changements hormonaux et biologiques, ce groupe d’auteurs démontrent que le niveau d’instabilité qui apparaît à ce stade est similaire à celui d’autres étapes de développement.
  • Les troubles qui apparaissent à l’adolescence se cantonnent à cette étape et disparaissent à la vie adulte : pour eux, même si certains comportements tels que la consommation de drogues ou les phobies se manifestent durant l’adolescence, les jeunes qui développent ces troubles les maintiendront probablement lorsqu’ils seront adultes.
  • L’adolescence, en tant que période de conflits avec les parents ou avec les adultes, en général, donne lieu à un conflit générationnel : pour ces auteurs, les adolescents sont généralement d’accord avec leurs parents sur les aspects fondamentaux et veulent maintenir des relations affectives avec eux.
adolescence

Quelle est l’influence des stéréotypes et des préjugés sur l’adolescence ?

Les stéréotypes et les préjugés sur l’adolescence sont très dangereux. En effet, ils mettent en danger l’aspect principal de cette étape : la construction de l’identité.

L’usage abusif des stéréotypes et des préjugés peut déboucher sur l’étiquetage social. Si un adolescent reçoit continuellement des opinions et des qualifications de la part de son entourage, il finira par se sentir défini par cette étiquette. Et agira en accord avec elle.

Un adolescent qui entend constamment qu’il est irresponsable et paresseux se résignera très probablement à avoir de mauvaises notes. En effet, il pensera qu’il ne peut pas aspirer à être un étudiant travailleur et responsable.

Les conséquences des effets des stéréotypes et des préjugés sur les adolescents peuvent résulter dévastateurs : isolement, problèmes scolaires, abus de substances, etc.

Finalement, les stéréotypes, les préjugés, les étiquettes et leurs conséquences sont un grave facteur de risque lors de l’adolescence. A cette étape, les adolescents cherchent qui ils sont. C’est pourquoi toutes les influences sociales qu’ils reçoivent de la part de leur entourage contribueront à la construction de leur identité.

 

  • Hoffman, L., Paris, S. y Hall, S. (1996). Psicología del Desarrollo Hoy (6ª ed.). McGrawHill. España: Madrid
  • Hall, G.S. (1994). Adolescence. Its Psychology and its Relations to Physiology, Antropology, sociology, sex, crime, religion and education, 2 vol. New York: Appleton.