Si vous vous énervez contre vos enfants, ces questions vous aideront à réfléchir

14 septembre, 2020
Si vous perdez souvent patience avec vos enfants, posez-vous ces questions. Elles vous aideront à réfléchir sur l’éducation et votre famille !

La colère et la frustration sont des émotions humaines et universelles, mais cela ne veut pas dire que vous devez être la victime de vos propres sentiments négatifs. En tant qu’adultes, nous avons l’obligation d’éviter que nos émotions prennent possession de nous et de pouvoir réfléchir sur les situations, avec notre famille et avec nous-mêmes.

Soyons sincères… Être parents, c’est difficile ! Quand vous avez juste envie d’aller aux toilettes seul(e) ou de vous doucher pendant plus de deux minutes sans entendre des petits pas s’approcher de la douche et que vous ne trouvez jamais de temps pour vous, cela peut être incroyablement frustrant.

Il peut aussi vous arriver d’être énervé(e) après avoir dit à votre enfant pour la millième fois qu’il éteigne la lumière en sortant d’une chambre.

Si vous êtes frustré, il se peut que vous criiez sur vos enfants sans réfléchir

Beaucoup de parents expriment leur énervement et leur frustration en criant sur leurs enfants. Ils ne font pas de pause pour réfléchir à ce qu’il se passe. Ce n’est pas nécessairement parce qu’ils le veulent, mais ils se sentent des fois tellement submergés qu’ils en perdent le contrôle.

Souvent, il peut être plus simple de crier que d’apprendre des stratégies pour devenir un parent plus tranquille.

Crier sur les enfants les rend plus agressifs, physiquement et verbalement. Quand un parent hausse la voix et crie, cela fait peur aux enfants et les fait se sentir peu sûrs d’eux.

De plus, cela a des effets sur le long terme, comme l’anxiété, une mauvaise estime d’eux-mêmes et une plus grande agressivité. Un parent qui est tranquille sera tranquillisant, et les enfants se sentiront aimés et acceptés malgré leur mauvais comportement.

Il y a de nombreuses questions à se poser quand vous êtes face à une situation qui vous fait bouillir le sang. Trouver la paix est possible ! Apprenez à gérer votre colère et arrivez à une solution pacifique en utilisant ces questions comme stratégies pour votre changement interne et l’amélioration de votre situation familiale.

Apprendre à réfléchir et à gérer sa colère.

Questions pour réfléchir et ne pas exprimer votre colère négativement sur vos enfants

Sur le court terme, l’exaspération est tentante. Mais céder à la colère peut entraîner encore plus de défis à relever. Avant d’attaquer vos enfants ou de prendre ce que vous considérez comme des mesures appropriées, pensez à comment seront les choses une fois que le vent de la colère aura passé.

Si vous criez sur vos enfants, vous le regretterez toujours après coup. Il vaut donc mieux respirer profondément et réfléchir.

  1. Savez-vous vous donner un temps d’attente ?

Les temps d’attente ne sont pas seulement bons pour les jeunes enfants. Les adultes ont aussi besoin de temps d’attente ou de petites pauses pour se calmer.

En respirant profondément, accordez-vous quelques minutes pour permettre à la raison de revenir à votre esprit. Vous serez plus tranquilles et pourrez prendre les bonnes décisions sur l’éducation de vos enfants.

  1. Est-ce si mal que vos enfants se trompent de temps en temps ?

Quand ce sera approprié, laissez les membres de votre famille se tromper. Ce n’est pas votre travail de montrer à quelqu’un qu’il se trompe, laissez-les se tromper. Si vous avez un désir fort de leur montrer qu’ils font les choses mal, c’est votre égo qui parle.

Bien sûr, en tant que parent, il est de votre devoir de montrer la différence entre ce qui est bien et mal à vos enfants. Cependant, sachez que vous ne pourrez pas contrôler leurs choix et qu’ils devront assumer les conséquences de leurs actes quand ils auront fait des erreurs de jugement.

  1. Que préférez-vous : être heureux ou avoir raison ?

Décidez ce qui est le plus important pour vous : être heureux ou avoir raison. Des disputes nombreuses sont le résultat d’un désir d’avoir raison. Si vous choisissez d’être heureux au lieu de gagner chaque dispute avec vos enfants, votre vie sera plus agréable et vous deviendrez un parent plus détendu de manière générale. Alors, qu’est-ce qui est le plus important pour vous ?

  1. Savez-vous remarquer votre colère avant de réfléchir ?

Prenez une minute pour remarquer votre énervement. Au lieu de réagir sans penser à votre frustration, prenez un instant pour l’examiner. Imaginez que vous êtes le troisième témoin de votre irritation et de votre contrariété.

Que ressentez-vous ? D’où vient l’émotion dans votre corps ? La ressentez-vous dans la tête, dans le torse ou dans l’estomac ? Votre respiration a-t-elle changée ? Vos mains tremblent-elles ? En vous déconnectant de votre colère, vous pouvez obtenir une perspective différente et affaiblir vos émotions négatives.

  1. Pourquoi êtes-vous contrarié(e) ?

Demandez-vous pourquoi vous êtes contrarié(e). Quelqu’un vous a-t’il fait du mal physiquement ? Vous a déçu ? N’a pas respecté l’une de vos valeurs ? Découvrez pourquoi vous êtes frustré(e) et vous pourrez prendre les mesures nécessaires pour découvrir une solution. L’important est de savoir ce qu’il vous arrive pour trouver les solutions le plus tôt possible.

Trouver des solutions à sa colère.

  1. Savez-vous chercher des solutions et réfléchir ?

Cherchez des solutions pour essayer de vous sentir mieux. En agissant avec colère, vous essayez de vous sentir mieux. Au lieu de crier sur vos enfants, par exemple, travaillez ensemble pour trouver une solution pacifique.

Le résultat n’en sera que meilleur et en vaudra plus la peine. Vous vous sentirez tous mieux et vos enfants n’auront pas une blessure émotionnelle qu’ils traîneront avec eux toute leur vie.

  1. Connaissez-vous des techniques de relaxation ?

Apprenez des techniques de relaxation. Plus vous serez relaxé, moins vous serez énervé(e) et moins vous perdrez le contrôle. Les techniques de relaxation peuvent aussi être utiles après une dispute. Apprenez à vous calmer vous-même. C’est une capacité qui peut s’acquérir.

Pour réfléchir…

Voyez votre contrariété comme une opportunité pour trouver la paix. Chaque fois que vous vous sentez contrarié(e), voyez la situation comme une opportunité pour vous entraîner à gérer la colère. Engagez-vous à gérer cette attaque de frustration mieux que la fois dernière.

Evitez de laisser la colère, la frustration et la contrariété prendre possession de vous. En tant qu’être humain et parent réfléchi, vous avez des options disponibles. Cherchez à trouver des solutions et la paix au lieu de céder à vos impulsions immédiates, qui ne font que nuire, à vous et à votre famille.