Selon une étude, être enceinte d'un garçon est plus compliqué

Chaque grossesse est merveilleuse, qu'il s'agisse d'une fille ou d'un garçon.. Mais des études indiquent qu'être enceinte d'un garçon peut être plus risqué.
Selon une étude, être enceinte d'un garçon est plus compliqué

Dernière mise à jour : 24 janvier, 2022

Chaque grossesse est merveilleuse, qu’il s’agisse d’une fille ou d’un garçon, cependant, certaines études affirment qu’être enceinte d’un garçon peut être plus compliqué à bien des égards. On pense que cette grossesse peut entraîner des désagréments de toutes sortes. Et que, de manière générale, l’accouchement est généralement l’un des plus complexes. Bien que cette déclaration se base sur une étude de plus de 550 000 naissances, beaucoup d’entre nous conviennent qu’il n’y a pas de différences notables.

L’enquête comprenait une série d’analyses de la santé de la future mère. Elles ont montré une propension considérable à souffrir d’hypertension et de diabète gestationnel. Afin de conclure efficacement, l’enquête a été prolongée sur une période de trente ans. C’est-à-dire une analyse des naissances survenues entre les années 1981 et 2011 en Australie.

Il n’y a pas beaucoup de recherches axées sur des aspects tels que le sexe du bébé pour déterminer les effets possibles sur le bien-être de la grossesse en tant que telle. Par conséquent, certains problèmes assez fréquents chez les femmes enceintes, le fœtus ou le nouveau-né, n’ont jamais été associés à de telles causes.

Être enceinte d’un garçon

Un nouveau-né.

Après avoir obtenu les principaux échantillons, les spécialistes affirment que le sexe du bébé peut être lié aux complications et aux caractéristiques de la grossesse. Parmi les résultats les plus représentatifs figure le fait que les bébés garçons sont ceux qui naissent le plus souvent prématurément.

Les chiffres les plus significatifs répondent à la probabilité de naissance avant 24 semaines, qui selon l’étude est supérieure à 70%. De même, les accouchements précoces se reflètent dans 17 % des cas jusqu’à 34 et 36 semaines.

D’autres différences sont en lien avec la santé de la mère. Par exemple, une augmentation de 7 % du développement de la prééclampsie et un risque d’au moins 4 % de développer un diabète gestationnel ont été identifiés. Une certaine incidence a également été constatée dans la prise de poids excessive de la mère pendant la grossesse. Un aspect qui est peut-être en lien avec le développement d’autres problèmes de santé de la femme enceinte.

Afin de confirmer qu’être enceinte d’un garçon peut être lié à certaines complications de la grossesse, les spécialistes ont analysé 550 000 cas. Grâce à cela, ils ont pu déterminer qu’il s’agissait de maux survenus en raison de la grossesse.

En d’autres termes, la plupart des complications survenues n’étaient pas préexistantes. Elles sont apparues comme une conséquence directe de la grossesse et des changements naturels à ce stade.

Un jeune bébé.

Antécédents

Auparavant, d’autres spécialistes australiens avaient affirmé qu’il existait de nettes différences entre les grossesses filles et garçons. Par exemple, le placenta des grossesses non compliquées différait d’au moins 140 gènes des grossesses plus compliquées. Par coïncidence, les processus les plus compliqués observés dans l’échantillon précédent étaient les représentants du sexe masculin.

Compte tenu des différences évidentes entre des grossesses probablement égales, les experts ont conclu que les médecins pourraient commencer à traiter chaque cas spécifiquement. Il est donc judicieux que les examens pendant la grossesse se basent sur des différences appréciables.

En d’autres termes, une grossesse et une autre ne doivent pas être traitées de la même manière. Dans le but d’éviter des conséquences indésirables à toutes les étapes du processus.

Recherches complémentaires recommandées

Les responsables de l’étude ont pu confirmer la présence de variations liées au dimorphisme sexuel. Ce concept explique les différences morphologiques et physiologiques de gestation entre filles et garçons appartenant à la même espèce. Jusqu’à la révélation des résultats de cette enquête, on ignorait qu’il pouvait s’agir d’une condition présente dans la gestation humaine.

Désormais, les experts recommandent que davantage de recherches soient menées sur ce même aspect. Afin que davantage de doutes puissent être clarifiés à cet égard.

Enfin, l’objectif de la communauté scientifique est d’identifier les caractéristiques moléculaires qui causent les difficultés chez la mère qui attend un garçon. Ainsi que rechercher et appliquer les mécanismes qui permettent à la mère et à l’enfant de faire face à la grossesse de manière saine et d’atteindre son terme.

Cela pourrait vous intéresser ...
Quels facteurs déterminent le sexe du bébé ?
Être parents
Lisez-le dans Être parents
Quels facteurs déterminent le sexe du bébé ?

Les futurs parents ont souvent une préférence quand au sexe du bébé. Ce sera un garçon ou une fille ? Quels facteurs déterminent le sexe du bébé ?




Le contenu d'Être Parents est uniquement destiné à des fins éducatives et informatives. Il ne remplace à aucun moment le diagnostic, les conseils ou le traitement d'un professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.