Qu'est-ce que le trouble réactionnel de l'attachement?

Une parentalité inappropriée ou dysfonctionnelle peut entraîner des troubles dans l'enfance. Parmi eux, on trouve le trouble réactionnel de l'attachement. En quoi consiste-t-il et quelles sont ses caractéristiques?
Qu'est-ce que le trouble réactionnel de l'attachement?

Dernière mise à jour : 23 avril, 2021

Connaissez-vous le trouble réactionnel de l’attachement? Il se diagnostique chez les enfants qui présentent un modèle profondément modifié de relations sociales. Ce sont des enfants excessivement inhibés ou, au contraire, qui agissent avec une familiarité excessive avec des inconnus, avec une ambivalence, des comportements contradictoires, etc. Ce modèle modifié apparaît avant l’âge de 5 ans.

Une de ses causes est une éducation qui n’a pas pris en compte les besoins émotionnels et physiques de l’enfant. On retrouve également, parmi ses causes, des changements répétés des principaux éducateurs (qui rendent les relations stables difficiles), un manque de stimulation, un abandon social, etc.

Qu’est-ce que le trouble réactionnel de l’attachement?

Le trouble réactionnel de l’attachement est un trouble de l’enfance caractérisé par un modèle de relations sociales très perturbé et inapproprié pour le niveau de développement de l’enfant. Ce schéma se produit dans la plupart des contextes et dans les relations commencées avant l’âge de 5 ans. Deux symptômes caractéristiques apparaissent: des difficultés dans les interactions sociales et des liens diffus.

Fille heureuse sur la place principale de Salamanque.

Difficultés dans les interactions sociales

Le premier symptôme du trouble réactionnel de l’attachement est une incapacité persistante chez l’enfant à initier la plupart des interactions sociales ou à y répondre d’une manière appropriée sur le plan du développement. Ce handicap se manifeste par l’apparition de réponses excessivement inhibées, hypervigilantes, ambivalentes ou contradictoires.

Liens flous

Un autre des symptômes de ce trouble de l’enfance est le lien diffus que l’enfant entretient avec les autres et qui se manifeste par une sociabilité aveugle. Ainsi, il existe une incapacité marquée à manifester des liens sélectifs appropriés. Le petit ne semble pas «discriminer» lorsqu’il s’agit de sélectionner ou d’établir des liens avec d’autres personnes.

Autres caractéristiques

Au-delà des symptômes évoqués, il est important de savoir que le trouble réactionnel de l’attachement ne correspond pas à un retard de développement. Il ne s’agit pas non plus d’un trouble envahissant du développement (autisme, syndrome de Rett…). Cependant, il peut être diagnostiqué avec une déficience intellectuelle.

Type de parentalité

La parentalité pathologique est la cause de ce trouble. Ainsi, pour diagnostiquer un trouble réactionnel de l’attachement, l’éducation de l’enfant doit répondre à au moins l’une des caractéristiques suivantes:

  • Inattention aux besoins émotionnels de base.
  • Changements répétés chez les principaux éducateurs, empêchant des liens stables.
  • Négligence des besoins physiques.

Cette éducation est celle qui serait à l’origine des relations sociales altérées et inadéquates chez l’enfant.

Types de trouble réactionnel de l’attachement

Le DSM-IV (Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux) établit deux types de trouble réactionnel de l’attachement en fonction de leurs caractéristiques:

Type inhibé (réactionnel)

L’enfant montre une incapacité à initier des interactions appropriées, en plus d’une inhibition excessive, d’une hypervigilance ou de relations hautement ambivalentes et contradictoires. Ce type de relation est plus évident dans les moments de séparation et de retrouvailles.

Type désinhibé

Le deuxième type de trouble n’est pas inhibé. Il se caractérise par un modèle de liens flous et par une importante incapacité à manifester des liens sélectifs appropriés.

L’enfant montre également une familiarité exagérée avec les étrangers, qui se manifeste par des comportements «collants». Des relations superficielles et des appels fréquents à l’attention de l’enfant peuvent également apparaître.

Modifications des manuels de diagnostic

Il est important de commenter les changements que ce trouble a subis dans les manuels de diagnostic de référence. Ainsi, le trouble réactionnel de l’attachement, inclus dans le DSM-IV-TR en tant que tel, subit quelques modifications dans la nouvelle édition du manuel (DSM-5).

Enfant dans le parc avec trouble réactionnel de l'attachement.

Alors que dans le DSM-IV-TR, ce trouble pourrait être de deux types (inhibé-réactif et non inhibé), ces deux sous-types deviennent deux catégories de diagnostique indépendantes dans le DSM-5:

  • Trouble réactionnel de l’attachement (l’ancien sous-type réactif).
  • Trouble des relations sociales désinhibé (l’ancien sous-type Désinhibé).

Afin de recevoir le diagnostic de l’un ou l’autre de ces deux types de troubles du DSM-5, un enfant doit avoir au moins 9 mois. L’altération devient évidente avant l’âge de 5 ans.

Traitement du trouble réactionnel de l’attachement

Le traitement de ce trouble donnera la priorité au changement dans l’éducation de l’enfant de toute urgence. Autrement dit, une parentalité positive et respectueuse sera encouragée. Cependant, si la négligence a été grave ou si des abus sont apparus, le cas doit être signalé et les parents peuvent perdre la garde de l’enfant.

Dans les cas où il est possible de travailler avec la famille, cela fonctionnera par le biais de la psychoéducation, des techniques de modification du comportement, etc. Afin que les parents puissent commencer à exercer une éducation respectueuse et qui favorise le développement positif de l’enfant.

Au-delà du travail avec les parents, il est indispensable de collaborer également avec l’enfant afin qu’il puisse développer des relations sociales appropriées en fonction de son niveau d’évolution.

“Ne préparez pas le chemin pour l’enfant, préparez l’enfant pour le chemin.”

Anonyme

C’est pourquoi des aspects tels que l’estime de soi, le concept de soi, les compétences sociales, la validation des émotions, l’autonomie, l’attachement, etc, prennent ici une importance particulière.



  • American Psychiatric Association –APA- (2014). DSM-5. Manual diagnóstico y estadístico de los trastornos mentales. Madrid: Panamericana.
  • American Psychiatric Association (1994). Diagnostic and statistical manual of mental disorders (4a. ed) Washington, DC EE. UU.
  • Comeche, M.I. y Vallejo, M.A. (2016). Manual de terapia de conducta en la infancia. Dykinson. Madrid.
  • Pérez, M., Fernández, J.R., Fernández, C. y Amigo, I. (2010). Guía de tratamientos psicológicos eficaces I y II:. Madrid: Pirámide.
  • Ramírez, M.A. (2005). Padres y desarrollo de los hijos: prácticas de crianza. Estudios pedagógicos (Valdivia).