Qu’est-ce que le syndrome des brides amniotiques ?

Le syndrome des brides amniotiques fait partie des malformations de naissance. Cela se produit quand le corps du foetus se retrouve emprisonné par une fibre qui vient limiter son développement. Les doigts, les jambes et les bras sont principalement touchés par ce syndrome.

Le syndrome des brides amniotiques fait partie des malformations de naissance. Cela se produit quand le corps du foetus se retrouve emprisonné par une fibre qui vient limiter son développement. Les doigts, les jambes et les bras sont principalement touchés par ce syndrome.

Les problèmes engendrés par ce problème sont divers et dépendent de la zone touchée. Cela peut également être une cause de mort du foetus, dans le cas où la bride s’enroule autour de zones plus délicates. Par exemple, cela peut provoquer des dommages lorsque le flux de sang dans le cordon ombilical se retrouve coupé.

Il s’agit d’un drame qui intervient par pur hasard. Malheureusement, il n’existe aucune prédisposition génétique ou de facteur de risque. Il n’a pas non plus été établi de relation entre l’activité de la femme enceinte et ce syndrome. Ce n’est pas non plus en relation avec des grossesses futures ou antérieures. C’est à dire que si cela s’est déjà produit sur ce bébé cela n’implique pas obligatoirement que cela va se reproduire à nouveau. De la même manière que si cela s’est produit avant il n’y a pas de garantie que cela ne se reproduise pas à nouveau.

Développement du syndrome des brides amniotiques

Les brides amniotiques

Les spécialistes considèrent que ce trouble commencent à se développer dans les premiers 28 jours suivant la fécondation. Cependant, il peut se développer jusqu’à 18 semaines plus tard. Il est de coutume de croire que si cela se passe aux alentours des 45 jours, cela a des  conséquences catastrophiques.

Alors que le foetus est très petit, il y a de plus grandes chances que les brides amniotiques affectent des organes vitaux. C’est à dire qu’il peut y avoir des dommages cérébraux ou des dommages plus importants. Passé ce cap les dommages peuvent être d’importance moindre puisque le foetus est plus résistant.

Certaines études mettent en évidence une relation entre l’apparition du syndrome et la réalisation d’une amniocentèse. Cependant, il a été prouvé que ce type de lésions peut avoir lieu sans la réalisation de cet examen.

Dans certains cas, le trouble a été diagnostiqué grâce aux ultrasons réalisés à la 21eme semaine de grossesse. A ce sujet, les spécialistes s’accordent à dire qu’il est difficile d’assurer la présence de ce syndrome de brides amniotiques avant la naissance.

Diagnostique

Il est parfois facile de repérer le trouble grâce aux ultrasons. Comme nous l’avons déjà mentionné, il peut arriver à différentes étapes de la grossesse, par conséquent il est possible d’en faire le diagnostic lors de contrôles de routine. Sachez que la plupart des enfants présentant ce problème naissent sans complication.

La majeure partie des grossesses où se produit un problème des brides amniotiques, elles se passent dans des conditions normales. Bien qu’en ayant diagnostiqué le problème il n’y pas d’autres problèmes.

Le principal inconvénient du syndrome des brides amniotiques est qu’il n’est pas facile de le diagnostiquer lors d’une échographie. Les brides sont très fines c’est pour cela que durant les 12 premières semaines elles sont difficiles à apercevoir. Après cette période, le médecin peut commencer à suspecter le trouble lorsqu’il observe les dommages causés lors d’un examen.

Un examen aux ultrasons n’est pas toujours suffisant pour arriver à le détecter. Pour autant, devant la suspicion de lésions, le spécialiste peut prescrire une IRM. On peut également confirmer le diagnostic grâce à un Doppler. Cependant, dans certains cas, le problème n’est pas diagnostiqué jusqu’à la naissance.

Conséquences du syndrome de brides amniotiques

Les brides amniotiques

Les effets peuvent se mesurer en fonction de la partie du corps affectée. Les parties le plus souvent touchées sont les doigts, les bras, les mains ou encore les jambes. Devant de tels cas, il se peut que l’enroulement de la bride sur le membre puisse causer une déformation ou aller jusqu’à l’amputation totale du membre.

Cela peut être la cause d’un palais fendu ou d’un bec-de-lièvre lorsque la bride se retrouve au niveau du visage. De plus, c’est la principale cause des naissances d’un bébé ayant un pied-bot. Ce syndrome est en cause dans de nombreuses malformations de naissance en relation avec un handicap ou une défiguration.

Les spécialistes affirment que tous les cas sont différents car la localisation du problème relève du hasard. De plus, la gravité du dommage dépend de facteurs en lien avec l’avancement de la grossesse ou encore l’emplacement de la constriction.

Certains cas les plus courants sont les suivants :

  • Le dommage est causé par l’apparition de plis qui n’empêchent pas le bon fonctionnement d’un organe
  • Des sillons profonds qui nécessitent une intervention chirurgicale car ils bloquent la circulation
  • La constriction des extrémités à plusieurs niveaux. Elles sont très graves lorsqu’elles compressent les doigts, empêchant ainsi leur bon développement
  • L’amputation congénitale qui se produit lorsque le membre n’est pas assez irrigué. Lorsque l’enfant nait il a été amputé d’une partie de son corps lors de son développement
  • La fusion des parties lésionnées, il s’agit plus précisément de troubles comme la syndactylie, qui est la présence de doigts en moins.
  • Dystrophie des ongles 
  • Sous-développement de l’un des membres donnant lieu à une différence de développement
  • Contracture des articulations en raison de la pression exercée sur le nerf par les brides
  • Encéphalocèle
  • Acranie qui est l’absence de voute cranienne
  • Ancéphalite qui a lieu lorsque le cerveau de se développe pas correctement
  • Luxation des hanches
  • Formation de fausses articulations plus connu sous le nom de pseudo arthrose 

 

 

 

 

 

 

 

A découvrir aussi