Qu’est-ce que le réflexe de Moro ou de défense chez le bébé ?

· 17 septembre 2018
Le célèbre "réflexe de Moro" est l'un des premiers réflexes de l'être humain. Quand nos enfants commencent à donner ces réponses, ce réflexe attire généralement beaucoup notre attention. A un tel point que parfois ces sursauts soudains, pendant lesquels les bébés ouvrent leurs bras et deviennent rigides, nous font peur.

La première chose que vous devriez savoir c’est qu’il n’est en rien mauvais. Il s’agit simplement d’un automatisme ou d’un réflexe involontaire qui disparaît vers les 4 ou 5 mois. Ci-dessous, nous allons vous en dire plus à ce sujet afin de répondre à tous vos doutes.

Pourquoi est-il appelé le réflexe de Moro ?

La réflexion de Moro doit son nom au pédiatre autrichien qui l’a étudié au début du XXe siècle : Ernst Moro. On le définit comme la réaction instinctive qui apparaît lorsque l’enfant perçoit qu’il n’a pas de point d’appui sûr, ou lorsqu’il subit un brusque changement de position.

De même, ils peuvent également l’éprouver face à un son inattendu ou quand ils remarquent qu’ils tombent sur le dos. Il s’agit d’un réflexe réellement décisif dans le développement du système nerveux des bébés.

Comme curiosité, nous vous dirons aussi que c’est une réaction intimement liée à la peur ou à la menace, au point que le réflexe de Moro est considéré comme la seule crainte non apprise.

Comment, quand et pourquoi ?

Étant donné que pendant les premiers mois de la vie, le système nerveux (entre autres aspects) se développe chez le bébé, il est très fréquent de voir une série de changements, tels que les pleurs ou le réflexe de Moro. En d’autres termes, les réflexes involontaires nous disent que le bébé se développe normalement.

Le réflexe de Moro ou de défense chez le bébé
Ceux qui étudient et surveillent ce type de réflexes sont les médecins, et plus particulièrement les pédiatres. Ils confirmeront si le système nerveux du bébé se développe correctement ou non. Pour ce faire, placez le bébé dans une certaine position pour tromper le cerveau du bébé et l’amener à produire la réponse que vous voulez observer.

C’est une petite expérience pour confirmer ou exclure la présence du réflexe de Moro chez le bébé. Lors de la consultation, le pédiatre place le bébé sur un coussin très doux, lui prend la tête et simule ensuite brièvement sa chute, bien qu’il le reprenne instantanément avec ses mains pour éviter de toucher le coussin.

Pourquoi fait-on cela ? Parce qu’en retirant son propre poids au bébé et en lui faisant croire qu’il tombe, on active la réponse ou le réflexe automatique que vous voulez évaluer. Attention, on ne lève jamais le corps de l’enfant, seul le poids est enlevé pour simuler la sensation de tomber.

Face à cette sensation de chute, le bébé devrait sursauter. Ensuite, la réponse normale est pour le bébé de déplacer les bras sur les côtés, en plaçant les paumes des mains vers le haut, avec les pouces fléchis. A mesure que la peur disparaît et que le bébé se détend à nouveau, il rétractera lui-même ses bras vers le corps, les coudes pliés.

Nous devons garder à l’esprit que le cerveau des bébés continue de se développer. Parfois, le simple fait d’être en train de rêver leur fait ressentir cette décompensation. Parfois, même après un éternuement, ils peuvent réagir avec l’effet Moro. Un son inattendu ou un chatouillement modifie leur système nerveux – encore immature – ce qui les fait réagir de cette façon.

Le réflexe de Moro ou de défense chez le bébé
Le réflexe Moro est une expérience nécessaire au développement, mais désagréable pour le bébé. Ce réflexe est un mécanisme instinctif de survie.

Pour les parents du bébé, la première fois qu’ils voient ce réflexe peut être vraiment dramatique, puisqu’ils verront leur bébé se raidir et même prendre un teint plus coloré (ou violacé) en raison de l’augmentation de la pression artérielle due à la peur. Cependant, tout cela s’inscrit dans les paramètres normaux du développement.

Après avoir vécu ces 5 ou 6 secondes d’effroi, il est normal que les bébés pleurent de façon désordonnée. À ce moment-là, il est extrêmement important de les rassurer et de les aider à se détendre à nouveau pour éviter des souffrances prolongées.

D’autre part, il faut souligner que certains bébés, même dans le berceau et même endormis, ressentent le réflexe de Moro. Tout à coup, ils étendent leurs bras, deviennent rigides et pleurent instantanément.

Comment remarquer le réflexe de Moro chez le bébé ?

Le réflexe de Moro ou de défense chez le bébé

  • Expression de frayeur dans les yeux du bébé. Yeux grands ouverts.
  • Le bébé étend ses bras avec les paumes de ses mains vers le haut et les pouces fléchis. Après quelques secondes, le réflexe se termine, le corps se détend et les bras retournent à la poitrine du bébé
  • Des pleurs soudains

Que se passe-t-il si le bébé ne montre pas ce réflexe ?

Dans le cas où le pédiatre remarque l’absence de ce réflexe, on suspectera un problème dans le système nerveux. Par conséquent, on étudiera l’existence d’une hémiplégie, d’un type de paralysie ou même d’une simple fracture de la clavicule. S’il persiste après 6, 7 et 8 mois, l’on pourrait également soupçonner un problème neurologique.

A chaque fois que votre bébé le ressent, essayez de le calmer. Évitez de le prendre dans vos bras immédiatement. Il suffit de le caresser et de le laisser se détendre, petit à petit. Ainsi, jusqu’à ce que la peur passe et qu’il cesse de se sentir en danger. À vos côtés, il se sentira protégé et se calmera.

Dans le cas où il souffre de ce réflexe trop régulièrement, consultez votre pédiatre. Cependant, rappelez-vous : le réflexe de Moro est un mouvement primaire qui reflète le développement normal du nouveau-né. Aux environs des 4 ou 5 mois, il disparaîtra.