Qu'est-ce que la dermatite plantaire juvénile ?

14 décembre, 2020
La dermatite plantaire juvénile est une affection courante chez les enfants. Avec les soins corrects, il est facile de l'éviter et de la traiter.

La dermatite plantaire juvénile est l’une des affections les plus fréquentes liées à la dermatite atopique. Elle s’observe entre 3 et 15 ans, avec une plus grande prévalence chez les préadolescents, comme le signale l’Association Espagnole de Pédiatrie.

Elle se caractérise par l’inflammation de la plante des pieds et, dans une moindre mesure, de la paume des mains. Par ailleurs, le prurit (démangeaisons) est généralement si intense qu’il faut établir un diagnostic différentiel entre le tinea pedis (pied d’athlète) et le psoriasis palmaire.

Quelles sont les causes de la dermatite plantaire juvénile ?

La dermatite plantaire juvénile est plus fréquente chez les personnes qui ont des antécédents de dermatite atopique. De plus, elle survient davantage chez les enfants, dont l’âge moyen est de 8 ans. Voici quelques-unes des causes suggérées :

La dermatite plantaire.

  • Mouvements constants de frottement.
  • La transpiration excessive, également appelée hyperhidrose, peut maintenir le pied dans des conditions humides.
  • Les chaussures fermées, particulièrement celles qui sont en matériau synthétique, en plastique ou imperméables.
  • Prédisposition génétique et hypersensibilité de la peau.
  • Changements saisonniers : une aggravation est observée pendant les mois d’été en raison de la transpiration excessive et de la chaleur. Ainsi que pendant les mois d’hiver à cause des chaussures fermées.

Lisez également : Transpiration excessive chez l’enfant : les causes ? 

Manifestations de la dermatite plantaire juvénile

Comme son nom l’indique, la dermatite plantaire juvénile affecte la plantes des pieds, à l’exception de la voute plantaire et des espaces interdigitaux.

Elle se manifeste généralement de manière bilatérale et symétrique. Et parfois, comme le montre cette étude publiée dans Acta Dermato-Venereologica, elle affecte les paumes des mains ainsi que la pulpe des doigts.

La peau devient rouge, brillante, douloureuse et démange constamment. Ce qui entraîne un grattage intense. En outre, ce type de lésion ne présente pas d’exsudation, mais on observe une desquamation modérée des régions touchées.

Parfois, des fissures et des crevasses douloureuses prédominent. Elles sont plus importantes avec l’humidité et la transpiration excessive propres à ce type d’affection.

Complications de la dermatite plantaire juvénile

Les complications les plus communes qui peuvent se développer lors d’un cadre de dermatite plantaire juvénile sont les crevasses et les fissures douloureuses. En effet, elles peuvent prendre des semaines ou des mois pour guérir et régénérer complétement l’épithélium.

Dans certains cas, lorsque l’hygiène n’est pas adéquate, une infection bactérienne secondaire de la peau peut se développer. Si l’affection de la peau s’étend à la zone péri-unguéale, une dystrophie des ongles peut être observée dans le futur.

Diagnostics différentiels à écarter

Les manifestations cliniques de la dermatite plantaire juvénile sont semblables à d’autres pathologies dermatologiques. C’est pourquoi, lors de l’établissement d’un diagnostic, il est fondamental d’écarter les maladies suivantes :

  • Psoriasis palmoplantaire.
  • Dyshidrose palmoplantaire.
  • Dermatite atopique.
  • Teigne du pied.
  • Dermatite allergique de contact.
  • Kératolyse exfoliative.

En cas de doute au moment du diagnostic, il est possible de recourir à un examen mycologique pour écarter les autres possibilités.

Découvrez aussi : 4 remèdes contre le psoriasis chez les enfants

Comment le diagnostic est-il établi ?

Le diagnostic de la dermatite plantaire juvénile s’effectue lors de la consultation avec un dermatologue. Par conséquent, les résultats des manifestations cliniques du patient sont ceux qui détermineront la pathologie.

En cas de nécessité d’un examen diagnostic, des curetages cutanés peuvent être réalisés pour écarter une cause mycologique. Même le patch test peut être effectué pour exclure la dermatite de contact. Une biopsie n’est généralement pas nécessaire pour ce type de pathologie.

Rougeur sous le pied.

Quelles sont les options thérapeutiques ?

Il n’existe pas de traitement spécifique pour la dermatite plantaire juvénile. En effet, il s’agit d’une affection qui, une fois le problème résolu, a tendance à réapparaître.

Réduire le frottement des chaussures

Il faut opter pour la bonne taille de chaussures et utiliser des chaussettes 100 % coton et respirantes. Les matières n’aident pas à résoudre le problème.

Dans la mesure du possible, essayez de ne pas rester trop longtemps avec les chaussures de sport, surtout après avoir transpiré. En cas de transpiration excessive, il est préférable de changer régulièrement les chaussettes afin d’éviter un environnement humide.

Hydrater la peau

Comme toutes les pathologies d’origine atopique, il est recommandé, en première ligne de traitement, d’hydrater la peau de façon habituelle et constante.

Après chaque bain ou avant de se coucher, il est judicieux d’hydrater correctement la peau. Pour cela, il est possible d’utiliser des crèmes à base de vaseline ou d’urée pour la zone plantaire et les talons.

Les crèmes sur ordonnance

En cas de fissures et de crevasses, l’usage d’onguents à base de tacrolimus ou de corticostéroïdes peut être utile. Les corticoïdes topiques sont des composants qu’il ne faut pas utiliser plus de 10 jours, ni de manière habituelle. A cause de leur grand pouvoir d’adaptation à la peau et de leurs effets secondaires en cas d’usage prolongé.

Cependant, il est toujours conseillé de consulter un professionnel de la santé en cas de doute. Il apportera un diagnostic ainsi qu’un traitement adéquats pour chaque cas.

  • Lachapelle JM, Tennstedt D. Juvenile plantar dermatosis: a report of 80 cases. Am J Ind Med. 1985;8(4-5):291-5. doi: 10.1002/ajim.4700080407. PMID: 4073027.
  • Neering H, van Dijk E. Juvenile plantar dermatosis. Acta Derm Venereol. 1978;58(6):531-4. PMID: 83078.
  • Ashton RE, Jones RR, Griffiths A. Juvenile plantar dermatosis. A clinicopathologic study. Arch Dermatol. 1985 Feb;121(2):225-8. PMID: 3977336.
  • Pirkl S, Tennstedt D, Eggers S, Lachapelle JM. Juvenile plantar dermatosis: wann sind Epikutantestungen indiziert? [Juvenile plantar dermatosis: when are epicutaneous tests indicated?]. Hautarzt. 1990 Jan;41(1):22-6. German. PMID: 2138140.
  • Jones SK, English JS, Forsyth A, Mackie RM. Juvenile plantar dermatosis–an 8-year follow-up of 102 patients. Clin Exp Dermatol. 1987 Jan;12(1):5-7. doi: 10.1111/j.1365-2230.1987.tb01843.x. PMID: 3652505.