Quels sont les risques de l'induction du travail ?

Lorsque vous approchez de la fin de votre grossesse et qu'il n'y a aucun signe de travail, votre obstétricien peut suggérer l'induction. Mais est-ce l'option la plus sûre?
Quels sont les risques de l'induction du travail ?
Leidy Mora Molina

Rédigé et vérifié par l'infirmière Leidy Mora Molina.

Dernière mise à jour : 20 décembre, 2022

Lorsque nous parlons d’induction du travail (PID), nous faisons référence à cette procédure obstétricale qui cherche à déclencher le processus de naissance par des méthodes artificielles. Bien qu’il s’agisse d’une pratique assez courante dans les maternités, il existe un certain nombre de risques auxquels les femmes en travail sont exposées et qu’il convient de connaître. Quels sont les risques de l’induction du travail?

Aujourd’hui, nous allons vous dire dans quelles circonstances il faut procéder ainsi et quels sont les avantages et les inconvénients de choisir cette technique plutôt qu’une césarienne.

L’induction du travail comporte ses risques

Le travail est un processus physiologique, commandé par l’action des hormones et d’autres agents chimiques dans le corps. Tous génèrent une série de changements progressifs au niveau de l’utérus, du col de l’utérus et du bassin, de sorte que le bébé est expulsé par le canal vaginal.

Ce processus ne commence que lorsque le corps de la mère est prêt et que le bébé est prêt à sortir. En général, les deux phénomènes se produisent lorsque la grossesse arrive à terme. C’est-à-dire à partir de la 37e semaine.

Maintenant, il existe un moyen de démarrer et d’accélérer artificiellement le processus de naissance, connu sous le nom d’induction du travail. Cette technique peut être bénéfique dans certaines conditions de santé. Notamment lorsque rester à l’intérieur de l’utérus est plus risqué pour l’enfant ou la mère.

Le problème réside lorsque le travail est déclenché sans cause médicale claire. Car dans de tels cas, la mère et le bébé sont exposés à des risques inutiles. Malgré cela, de jour en jour, le nombre d’inductions dans les hôpitaux augmente malheureusement. Que ce soit pour le confort de l’équipe médicale ou de la famille. En ce sens, la Société Espagnole de Gynécologie et d’Obstétrique se manifeste comme suit :

“L’induction est l’une des procédures les plus courantes en obstétrique, avec une utilisation mondiale passant de 9,5 % à 23,2 % entre 1990 et 2009. L’augmentation des indications de PID pour des raisons autres que des critères médicaux ».

Détaillons maintenant les méthodes d’induction du travail ainsi que les risques associés à chacune d’entre elles.

Rupture artificielle du sac amniotique

L’une des techniques de déclenchement du travail les plus connues est la rupture artificielle de la membrane amniotique ou l’amniotomie. Cette manœuvre pratiquée en milieu hospitalier vise à initier, accélérer et amplifier les contractions afin de raccourcir la durée du travail.

Cependant, la casser rompt également la protection ou le “joint étanche” qui protège le bébé des germes dans les voies génitales de la mère. Par conséquent, une rupture prématurée peut déclencher une infection chez la mère et le bébé. D’où l’importance que l’accouchement ne dure pas plus de 48 heures après la perte d’intégrité du sac amniotique.

Femme enceinte en cours d'induction du travail accès au goutte-à-goutte intraveineux via des moniteurs de tapis roulant surveillance de la fréquence cardiaque fœtale

Induction avec des hormones synthétiques

Une autre façon de déclencher le travail consiste à administrer des hormones synthétiques, telles que l’ocytocine et les prostaglandines. Celles-ci déclenchent des contractions et des changements dans le col de l’utérus. Cependant, parfois, la dynamique utérine peut être inefficace, bien que douloureuse et fréquente. Cela peut entraîner une hyperstimulation utérine, une réduction de l’apport d’oxygène au bébé. Puis provoquer une détresse fœtale nécessitant une césarienne d’urgence.

Toutes les techniques utilisées pour l’induction nécessitent une intervention médicale approfondie. Telle que l’administration d’une anesthésie péridurale, des examens vaginaux, une surveillance continue, entre autres. Cependant, beaucoup de ces accouchements sont lents et se terminent par une césarienne ou sont instrumentés avec des forceps.

Dans de nombreux cas, les méthodes d’induction ne permettent pas une progression adéquate du travail et le col de l’utérus ne se dilate pas correctement. De même, l’induction du travail augmente le risque de contractions intenses pouvant provoquer des déchirures dans l’utérus et des saignements internes.

Parfois, l’induction du travail est la seule alternative

Au cours des dernières semaines de grossesse, certaines complications potentiellement à risque peuvent survenir. Par exemple, les troubles de croissance du bébé, le vieillissement placentaire, la prééclampsie ou la cholestase maternelle, entre autres. Pour éviter les conséquences de sa progression ou la nécessité d’une césarienne, le médecin peut envisager la nécessité de déclencher le travail.

Parmi les causes les plus courantes de déclenchement du travail après la semaine 37, nous avons les suivantes :

  • Rupture du sac amniotique : lorsque le sac amniotique se rompt spontanément, le travail devrait commencer dans les 12 à 24 heures. Si cela ne se produit pas, le risque de développer une infection oblige les professionnels à accélérer le processus avec une induction du travail.
  • Grossesse prolongée : à partir de la semaine 41, le risque que le bébé souffre de complications de santé augmente. Cela se produit parce que le placenta commence à se calcifier ou à vieillir. Ce qui peut entraîner une souffrance fœtale, un retard de croissance et, dans les cas graves, la mort du bébé.
  • Autres problèmes : altérations de la croissance fœtale, hypertension artérielle, prééclampsie, cholestase ou diabète chez la mère. Dans ces situations, l’induction du travail est une nécessité.

Complications de l’induction du travail chez le bébé

Induire le travail sans raison obstétricale claire peut être contre-productif et finir par affecter la santé du bébé. S’il est vrai que le fœtus se forme au neuvième mois, la maturation de ses organes peut s’étendre au-delà de la semaine 39. Après 40 semaines, on dit que le bébé est arrivé à terme.

Lorsque les bébés naissent tôt ou lorsque le déclenchement du travail est effectué trop tôt (parfois en raison d’erreurs de calcul de la date d’accouchement), il existe des risques pour leur santé. Par exemple, difficulté accrue à s’alimenter, jaunisse ou problèmes de régulation de la température corporelle. Egalement, situations d’hypoxie périnatale, avec possibilité de conséquences neurologiques à long terme.

Bébé prématuré en couveuse

Conclusion à propos des risques de l’induction du travail

Enfin, le déclenchement du travail doit être indiqué par le médecin spécialiste après une évaluation détaillée des avantages et des inconvénients de son exécution. En suivant également les protocoles obstétricaux établis. De cette façon, les procédures inutiles qui pourraient mettre en péril le bien-être du binôme mère-enfant sont évitées.

Cela pourrait vous intéresser ...
Comment savoir quand le travail de l’accouchement a commencé ?
Être parents
Lisez-le dans Être parents
Comment savoir quand le travail de l’accouchement a commencé ?

Quels sont les signes qui permettent de savoir que le travail de l'accouchement a commencé ? Le corps met tout en oeuvre pour faciliter le travail.




Le contenu d'Être Parents est uniquement destiné à des fins éducatives et informatives. Il ne remplace à aucun moment le diagnostic, les conseils ou le traitement d'un professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.